Forumuslim : Une question, une réponse



Recherche Avancée


 Message du Forum 
Le Guide des meilleurs restos Halal


=>>Aider ACDLP à s'agrandir avec vos dons<<=

Afficher votre pub ici ?
   
  
               
           
       
Sourate Al-Mâ’ida


 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Islam Sunnite Index du Forum -> Forum Membres -> Le Saint Coran -> Explications verset du Coran
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
rym
Elève du forum
Elève du forum

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2006
Messages: 303

MessagePosté le: 05/09/2008 09:07:50    Sujet du message: Sourate Al-Mâ’ida Répondre en citant
salâmou^alaykoum wa rahmatoulahi barakatouh


Sourate Al-Mâ’ida (La Table servie)

Sourate Al-Mâ’ida révélée après sourate Al-Fath (La Victoire) est médinoise avec certaines parties révélées à La Mecque après le pèlerinage d’adieu. Elle vient à la suite de An-Nissâ’ dans l’ordre du Coran et comprend cent vingt versets.
Sourate Al-Mâ’ida est la seule sourate du Coran à commencer par cet appel “Ô vous les croyants !” Venu quatre-vingt-huit fois tout au long du Livre sacré, il est répété seize fois dans cette sourate seule.
‘Abdullah ibn Mas‘oûd  dit : “Lorsque vous entendez “Ô vous les croyants !” prêtez l’oreille, c’est un ordre de faire du bien ou une défense de faire du mal.” Cet appel signifie : Ô vous qui avez vraiment cru en Allah, ô vous qui avez accepté d’adorer Allah et de l’avoir comme Seigneur, écoutez et obéissez.
 

Son objectif : Ô les croyants ! Remplissez fidèlement vos engagements.
L’objectif de la sourate est clair depuis le premier appel : “Ô les croyants ! Remplissez fidèlement vos engagements.” C’est à dire soyez fidèles à vos promesses, ne violez pas tout ce à quoi l’Homme s’est engagé: le port de la responsabilité de la Terre, le vicariat confié par Allah, la pratique de la Salât et le port du Hijâb, l’abandon des boissons alcoolisées et des gains illicites.
Comme nous l’avons mentionné, cet appel “Ô vous les croyants !” n’a été répété dans aucune sourate autant que dans sourate Al-Mâ’ida, seize fois en tout. Al-Baqara, par exemple, avec un nombre de versets supérieur n’en contient que dix. 
Ces appels constituent des axes importants dont chacun apparaît accompagné de nouvelles injonctions et de nouveaux interdits. La sourate passe d’un ordre à un autre pour nous enjoindre d’être fidèles aux engagements. ‘Â’icha (qu’Allah soit satisfait d’elle) disait : “Respectez les ordres et les interdits de sourate Al-Mâ’ida, car c’est ce qui a été révélé du Coran en dernier lieu.”
On y trouve la dernière sentence révélée dans le Coran durant le pèlerinage d’adieu: “Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait.  Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous.verset 3.
Je pense que l’objectif de la sourate commence à apparaître: Aujourd’hui que la religion a été parachevée, préservez-la, respectez vos engagements envers Allah, tenez-vous en au licite et abstenez-vous de l’illicite précisés par cette sourate. Le hadith nous dit : “Apprenez sourate Al-Mâ’ida à vos garçons et sourate An-Noûr à vos filles.
 

Les principaux sujets de la sourate.
Comme nous l’avons mentionné, à chaque fois que l’appel “Ô vous les croyants !” apparaît, la sourate aborde un nouveau sujet important et d’autres sentences explicatives. Tous les versets de la sourate tournent autour des sujets suivants et clarifient le licite et l’illicite à propos de :
 

1.      La nourriture, la boisson, la chasse et l’abattage des bêtes.
2.      La famille et le mariage.
3.      La foi et l’expiation de la mauvaise action.
4.      Les cultes.
5.      L’arrêt de jugement, le témoignage et l’instauration de la justice.
6.      La relation des Musulmans avec les autres religions, spécialement les Juifs et les Chrétiens.  
 

Elle se concentre sur le licite et l’illicite en ce qui concerne la nourriture, la boisson, la chasse et les produits d’abattage. Ainsi, le titre Al-Mâ’ida (La Table servie) lui sied bien.  Mais, s’il faut se soucier du licite et de l’illicite au sujet de la nourriture qui est une des premières nécessités de la vie, que dire alors du reste ? En outre, au milieu de ces très nombreuses énonciations d’ordres et de défenses il est dit continuellement, depuis le premier verset, que la législation appartient à Allah Seul : “Allah en vérité, décide ce qu’Il veut.” Cela jusqu’à l’arrivée aux trois versets qui avertissent catégoriquement contre l’émission de sentences contraires à celles d’Allah : “Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, les voilà les mécréants.verset 44.  

L’enchaînement et la cohérence des sourates du Coran. 
Remarquez l’enchaînement des sourates précédentes avec Al-Mâ’ida. Sourate Al-Baqara a annoncé la responsabilité de l’Homme envers la Terre, ’Âl-‘Imrân l’a incité à consolider sa foi et, pour parvenir à réaliser ceci, An-Nissâ’ est venue nous apprendre qu’il nous faut absolument instaurer la justice et la compassion envers les plus faibles et spécialement les femmes. Enfin sourate Al-Mâ’ida vient nous ordonner de parfaire tout ce qui a précédé. Elle nous demande d’être justes envers l’épouse, les faibles et tout un chacun. Elle nous demande également de rester fermes et fidèles au système voulu pour nous par Allah et exposé dans sourate Al-Baqara. C’est pour cela qu’y figure le verset 3 qui annonce la fin de l’instauration du système et son parachèvement.
Remarquez également la progression du ton des sourates lorsqu’elles s’adressent aux gens du Livre :
Sourate Al-Baqara souligne leurs fautes et nous invite à nous en distinguer.
Sourate ’Âl-‘Imrân discute calmement de leurs croyances et en signale les points communs avec l’Islam.
Sourate An-Nissâ’ leur reproche leurs abus et leur divergence au sujet de Jésus.
Sourate Al-Mâ’ida est une confrontation directe : “Ce sont certes des mécréants, ceux qui disent : «En vérité, Allah est le troisième de trois. » verset 73.

On en conclut que, pour s’adresser aux autres religions, l’Islam utilise un discours qui respecte une certaine progression. 
 

Le premier appel :Remplissez fidèlement vos engagements.
Ô les croyants ! Remplissez fidèlement vos engagements.  Vous est permise la bête du cheptel.
Quel est la relation entre la fidélité aux engagements et la permission de manger du cheptel ?
Après l’ordre d’être fidèle aux engagements, notre Seigneur a commencé par mentionner le licite pour ne pas nous rebuter. “Remplissez fidèlement vos engagements” dont le ton et les mots suggèrent la sévérité est suivi de “Vous est permise” pour manifester la miséricorde d’Allah (que Son nom soit exalté) envers la Umma. C’est une méthode que les  prédicateurs qui invitent à la religion doivent suivre pour gagner les cœurs. Il ne convient pas de commencer par parler des interdits avec ceux qu’ils invitent parce qu’à l’origine tout est permis. Ils doivent tout d’abord leur mentionner ce qui est permis et ensuite attirer leur attention sur ce qui est défendu. 
En plus de la miséricorde et de l’amabilité des paroles, il y a de la douceur dans le premier appel : remplissez fidèlement vos engagements pour que Nous ne soyons pas obligés de vous restreindre le licite comme dans le cas des Juifs.
Il est à remarquer que les sourates qui encadrent Al-Mâ’ida (An-Nissâ’ et Al-An‘âm) font allusion à cette question des restrictions du licite :
Nous voyons dans An-Nissâ’ : “C’est à cause des iniquités des Juifs que Nous leur avons rendu illicites les bonnes nourritures qui leur étaient licitesverset 160.
Dans Al-An‘âm : “Aux Juifs, Nous avons interdit toute bête à ongle unique.verset 146.  
Pourquoi eurent-ils à subir cette interdiction ? “Ainsi les avons-Nous punis pour leur rébellion. Et Nous sommes bien véridiquesAl-An‘âm (Les Bestiaux) verset 146.
Les Juifs n’avaient pas été fidèles à leurs engagements et Allah avait restreint le licite pour les punir. Attention, ô vous les Musulmans, d’en arriver là.
 

Le second appel : “Ne profanez ni les rites du pèlerinage…
Ô les croyants ! Ne profanez ni les rites du pèlerinage (dans les endroits sacrés)…verset 2.
Ô vous les croyants ! Ne transformez pas la religion d’Allah, ce qu’elle permet et ce qu’elle interdit.
… ni le mois sacré, ni les animaux de sacrifice, ni les guirlandes, ni ceux qui se dirigent vers la Maison sacrée cherchant de leur Seigneur grâce et agrément.  Une fois désacralisés, vous êtes libres de chasser. Et ne laissez pas la haine pour un peuple qui vous a obstrué la route vers la Mosquée sacrée vous inciter à transgresser. Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression.” verset 2.
Le premier verset a validé les nécessités de la vie (la nourriture) ensuite le second a commencé l’instauration de principes humains sublimes :
 

-          La justice :
(Confirmation de l’objectif de sourate An-Nissâ’ au sujet de l’instauration de la justice) “Et ne laissez pas la haine… vous inciter à transgresser.
 

-          L’entraide :
(Confirmation d’un des messages de sourate Âl ‘Imrân, l’unité) “Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression.” Verset qui renvoie à quantité de manifestations de la bienfaisance, de la piété et de l’entraide dans les relatons sociales.
 

-          La piété :
 “Et craignez Allah, car Allah est, certes, dur en punition !” (Pour nous rappeler que ce Livre “est un guide pour les pieux” comme mentionné au début de sourate Al-Baqara).
 

Ensuite, nous voyons dans le troisième verset : “Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, …
Le premier engagement à respecter est donc de consommer la bonne nourriture licite et d’abandonner l’illicite.
 

Dans le cinquième verset : “Vous sont permises, aujourd’hui, les bonnes nourritures. Vous est permise la nourriture des gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise. (Vous sont permises) les femmes vertueuses d’entre les croyantes, et les femmes vertueuses d’entre les gens qui ont reçu le Livre avant vous…
Ce dernier verset indique deux choses licites ayant trait à la nourriture et à l’épouse qui, à   condition d’être chaste et de bonnes mœurs, peut être musulmane ou issue des gens du Livre. C’est une généreuse tolérance envers ces derniers dans la même sourate qui s’adresse à eux d’un ton sévère et rejette leurs croyances. Allah (que Son nom soit exalté) nous permet d’épouser les femmes vertueuses, musulmanes ou des gens du Livre.
 

Dans cette même sourate nous voyons : “Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait.  Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous.” Un verset fondamental, bien à sa place dans cette sourate puisqu’il comprend les dernières sentences révélées dans le Coran et que les engagements ne peuvent avoir lieu avant leur exposition complète. Ainsi, puisque la religion a été complétée, ô toi le croyant, engage-toi devant Allah à respecter Ses commandements et Ses lois. Sentons-nous cette grâce du parachèvement de la religion et en avons-nous remercié Allah ?
Un Juif est venu dire à ‘Omar ibn Al-Khattâb : “Ô prince des croyants, si un certain verset que vous lisez dans votre Livre nous avait été révélé, nous aurions décrété le jour de sa révélation jour férié.” ‘Omar demanda lequel et le Juif récita ce verset (cité plus haut).  ‘Omar répondit : “Je connais le jour et l’endroit de sa révélation. C’était un vendredi, le jour de Arafat et les deux sont, par la grâce d’Allah, des jours fériés pour nous.” 
 

Allah est, certes, dur en punition !” “Car Allah est, certes, prompt dans les comptes. ” Il est à remarquer que la plupart des versets de la sourate, surtout ceux de l’introduction, se terminent sur ce ton ferme, à part le troisième verset qui énonce la sentence de la contrainte “Si quelqu’un est contraint par la faim … ” et se termine par un rappel de la miséricorde d’Allah “alors, Allah est Pardonneur et Miséricordieux
 

Le troisième appel : la spiritualité.
Ô les croyants ! Lorsque vous vous levez pour la Salāt, lavez vos visages et vos mains jusqu’aux coudes … verset 6.  
Certains se demandent pourquoi ce verset figure au milieu des paroles au sujet des engagements et de leur respect. En réalité, le verset a commencé avec le licite dans la nourriture et le mariage pour passer ensuite à la spiritualité et à la pureté de l’âme qui commence avec les ablutions. Il unit ainsi les délices du culte à ceux de la vie ici-bas, et la globalité de l’Islam à travers ces versets devient apparente puisque les sentences au sujet des transactions humaines figurent à côté de celles concernant le culte.
Nous remarquons également que tous les dix versets, il y en a un qui rappelle des engagements et des pactes avec Allah. Ils viennent en formules directes comme pour dire aux Musulmans : Maintenant que la doctrine est parachevée, vous y conformerez-vous ?  Le septième verset dit : “Et rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous, ainsi que l’alliance qu’Il a conclue avec vous, quand vous avez dit : «Nous avons entendu et nous avons obéi» …” Notons la ressemblance marquante avec sourate Al-Baqara qui, à sa fin, loue également les croyants : “Et ils ont dit : «Nous avons entendu et obéi.  Seigneur, nous implorons Ton pardon. C’est à Toi que sera le retour».Al-Baqara (La Vache) verset 285.  Les Banî Isra’ĩl avaient dit : “Nous avons écouté et désobéi Al-Baqara (La Vache) verset 93.  
Voyez-vous comment les sourates du Coran s’enchaînent et se lient dans leurs sujets et leurs objectifs ?
 

Le quatrième appel : la justice.
Les versets se suivent ensuite jusqu’au quatrième appel : “Ô les croyants ! Soyez stricts (dans vos devoirs) envers Allah et (soyez) des témoins équitables.  Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injustes. Pratiquez l’équité : cela est plus proche de la piété. Et craignez Allah. Car Allah est certes Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.verset 8.
Après avoir traité du respect des engagements en ce qui concerne la nourriture, la boisson, le mariage et les ablutions, les versets passent à un point très important, la justice, même envers nos adversaires ou ceux que nous n’aimons pas. Cette règle est une des règles importantes de l’Islam dans sa tolérance et son équité avec les gens des autres croyances.
 

Le cinquième appel : rappelez-vous la grâce d’Allah.
Le onzième verset nous rappelle qu’Allah a préservé les croyants de la perfidie de leurs ennemis. Craignez donc Allah et soyez fidèles à vos engagements, ô vous les croyants : “Ô les croyants ! Rappelez-vous le bienfait d’Allah à votre égard, le jour où un groupe d’ennemis s’apprêtait à porter la main sur vous (en vue de vous attaquer) et qu’Il repoussa leur tentative.
Allah (loué soit-Il) est fidèle à Ses engagements envers nous comme cela est visible dans le neuvième verset : “Allah a promis à ceux qui croient et font de bonnes œuvres qu’il y aura pour eux un pardon et une énorme récompense.” Serons-nous fidèles à nos engagements envers Lui ?
 

Les Banî Isrâ’ĩl et leurs engagements.
Ensuite, la sourate nous parle pendant tout un Rub’ (quart) d’autres exemples, les Bani Isra’ĩl, qui n’ont pas respecté leur engagement et leur pacte avec Allah et n’ont pas obéi à Ses ordres : “Nous avons écouté et désobéi ”. Allah leur avait dit : “Et Allah certes prit l’engagement des enfants d’Israël. Nous nommâmes douze chefs d’entre eux.  Et Allah dit : «Je suis avec vous, pourvu que vous accomplissiez la Salāt, acquittiez la Zakāt, croyiez en Mes messagers, les aidiez et fassiez à Allah un bon prêt. Alors, certes, j’effacerai vos méfaits, et vous ferai entrer aux Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux. Et quiconque parmi vous, après cela, mécroit, s’égare certes du droit chemin» !verset 12.  
Quel en fut le résultat ? “Et puis, à cause de leur violation de l’engagement, Nous les avons maudits et endurci leurs cœurs.” C’est pour nous un avertissement sévère de ne pas faire comme eux et de ne pas nous attirer la colère et la malédiction divines.
 

L’histoire de Moïse (le salut sur lui) avec son peuple.
Les versets nous amènent ensuite à l’histoire de Moïse avec les Banî Isrâ’ĩl lorsqu’il leur avait demandé d’entrer dans la terre sacrée (la Palestine) désignée par Allah comme lieu du rendez-vous : “Ô mon peuple! Entrez dans la terre sainte qu’Allah vous a prescrite. Et ne revenez point sur vos pas [en refusant de combattre] car vous retourneriez perdants. Ils dirent : «Ô Moïse, il y a là un peuple de géants. Jamais nous n’y entrerons jusqu’à ce qu’ils en sortent.  S’ils en sortent, alors nous y entrerons».  versets 21,22.  
Ils refusèrent, violèrent leurs engagements envers Allah et furent punis : “Il (Allah) dit : «Eh bien, ce pays leur sera interdit pendant quarante ans, durant lesquels ils erreront sur la terre.verset 26.  Allah leur a ainsi interdit l’entrée de la terre sainte pendant quarante ans. 
Nous avons mentionné que la sourate avait commencé avec ces termes : “Ô les croyants! Remplissez fidèlement vos engagements. Vous est permise la bête du cheptel.” pour inciter à la fidélité aux engagements et éviter de voir Allah restreindre le licite pour la Umma. Nous avons également vu dans ce récit qu’Il avait fait subir aux Banî Isrâ’ĩl des restrictions parce qu’ils avaient manqué à leurs engagements. La règle générale de la sourate est donc : Allah traite généreusement la personne fidèle aux engagements et rend la vie difficile à l’infidèle. 
 

L’histoire des fils d’Adam (le salut sur lui).
Et raconte-leur en toute vérité l’histoire des deux fils d’Adam. Les deux offrirent des sacrifices; celui de l’un fut accepté et celui de l’autre ne le fut pas.verset 27.
Le fils d’Adam a tué son frère impudemment par colère, envie et rancune et la relation de leur histoire avec celle de l’entrée des Banî Isrâ’ĩl en terre sainte en fait les meilleurs exemples de l’infidélité aux engagements : Les Banî Isrâ’ĩl ne tinrent pas leurs engagements par lâcheté et le fils d’Adam par impudence. Deux spécimens de natures opposées qui ont mené à la violation des engagements avec Allah. C’est pourquoi l’Islam nous ordonne toujours d’être une Umma de juste mesure.
Ensuite, le verset 32 vient commenter le récit : “C’est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d’Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes.  Et quiconque lui fait don de la vie, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les hommes.
Après que le Coran nous ait représenté l’ignominie du crime dans l’histoire des fils d’Adam, les versets qui suivent énoncent des sentences fermes pour supprimer l’immoralité dans la société et définir les limites de la liberté individuelle et les peines relatives au vol et à la débauche sur terre. 
Il est à noter que le monde vient récemment de connaître les lois du droit social alors qu’elles sont énoncées dans le Coran depuis 1400 ans. Allah (exalté soit-Il) dit clairement : “quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes.verset 32.  Un crime n’est pas une agression contre un individu mais un danger pour toute la société et un viol du droit général qui doit être réparé.
 

Le sixième appel : Le Jihâd (la lutte pour la grâce d’Allah). 
Allah (glorifié soit-Il) : “Ô les croyants ! Craignez Allah, cherchez le moyen de vous rapprocher de Lui et luttez pour Sa cause.  Peut-être serez-vous de ceux qui réussissent !” Après que le verset précédent ait exposé le danger de la débauche, le verset 35 est venu ordonner la lutte et le combat contre elle.
Remarquez que chaque fois que la lutte est mentionnée, sa cause l’est aussi (comme dans sourate An-Nissâ’ lorsque la lutte fut mentionnée pour le soutien des faibles) : “Ô les croyants ! N’adoptez pas pour alliés ceux qui prennent en raillerie et jeu votre religion, parmi ceux à qui le Livre fut donné avant vous et parmi les mécréants.An-Nissâ’ verset 75.
 

Les septième, huitième et neuvième appels : non à l’imitation aveugle.
La sourate nous mène à un nouveau Rub‘ où se trouvent trois appels pour donner à cette Umma une identité particulière.
Ô les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs.  Allah ne guide certes pas les gens injustes.” verset 51.
Ô les croyants! Quiconque parmi vous apostasie de sa religion. . .  Allah va faire venir un peuple qu’Il aime et qui L’aime, modeste envers les croyants et fier et puissant envers les mécréants…verset 54.
Ô les croyants! N’adoptez pas pour alliés ceux qui prennent en raillerie et jeu votre religion, parmi ceux à qui le Livre fut donné avant vous et parmi les mécréants.verset 57.
Ces versets ne cherchent pas à abaisser ou insulter les autres religions mais préserver l’identité du Musulman. C’est une invitation à l’affiliation complète à l’Islam.
Pourtant sourate Al-Mâ’ida ne défend pas d’avoir des relations avec les gens du Livre et la preuve en est les versets comme le verset 5 : “… et les femmes vertueuses d’entre les gens qui ont reçu le Livre… ” qui a autorisé le mariage avec les femmes chastes issues des gens du Livre.
Mais, si la tolérance et la compassion envers eux sont nécessaires, cela ne doit pas aller jusqu’à perdre son identité de Musulman et son affiliation à sa religion.  Il y a une différence entre le respect, l’entraide, la compassion, la tolérance et entre la complète dilution dans l’autre et la perte de l’identité.  Nous voyons ainsi que les septième et neuvième appels se focalisent sur la défense de s’affilier aux non croyants et d’avoir de l’amitié pour eux, tandis que le huitième appel avertit contre l’apostasie qui est une des conséquences les plus dangereuses de la perte de l’identité.
Il est à remarquer que les versets du Rub’ précédent se sont concentrés sur le cas de l’adoption d’autres lois que celles d’Allah :
Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, les voilà les mécréants.verset 44.
Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, ceux-là sont des injustes.verset 45.
Ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, ceux-là sont les pervers. verset 47.  
Est-ce donc le jugement du temps de l’Ignorance qu’ils cherchent? Qu’y a-t-il de meilleur qu’Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme ?verset 50.  
La relation de ces versets avec les appels que nous commentons vient du fait que l’imitation aveugle entraîne l’adoption de lois contraires à celles d’Allah. 
Ô vous les jeunes, soyez fidèles aux engagements en abandonnant l’imitation aveugle, en vous affiliant complètement à votre religion et en vous conformant à ses injonctions et à ses interdits.
 

Délicatesse et amabilité. 
Nous remarquons l’amabilité du Coran dans le huitième appel : “Ô les croyants ! Quiconque parmi vous apostasie de sa religion. . .  Allah va faire venir un peuple qu’Il aime et qui L’aime, modeste envers les croyants et fier et puissant envers les mécréants.verset 54.
Le Coran avertit les individus avec délicatesse et amabilité de ce qui peut leur arriver avec l’apostasie. Le verset ne dit pas : Quiconque parmi vous apostasie de sa religion, Nous le punirons et nous l’enverrons en Enfer. Ce verset utilise l’amour et non le feu comme moyen de persuasion et cet appel délicat a une grande influence sur les esprits après les paroles et les ordonnances rudes qui abondent dans la sourate.
 

Le neuvième appel : ne déclarez pas illicites les bonnes choses qu’Allah vous a rendues licites.
Ô les croyants : ne déclarez pas illicites les bonnes choses qu’Allah vous a rendues licites. Et ne transgressez pas. Allah, (en vérité,) n’aime pas les transgresseurs.” verset 87.  
Cet appel ordonne aux croyants de ne pas interdire les bonnes choses licites permises par Allah. Les ordres et les défenses sont du droit d’Allah seul qui ne permet que l’utile et ne défend que le nocif. Le verset suivant vient appuyer ce sens : “Et mangez de ce qu’Allah vous a attribué de licite et de bon. Craignez Allah, en qui vous avez foi.verset 88.
Cet appel se trouve lié au second “Ne profanez ni les rites du pèlerinage” dans le sens où défendre le licite est aussi grave que de permettre l’illicite.
Nous voyons ainsi que les signes caractéristiques du licite et de l’illicite s’éclairent peu à peu. Chaque verset ajoute une nouvelle notion pour compléter les sentences avant la fin des révélations des versets.
 

Le onzième appel : les boissons illicites.
Après avoir parlé du licite, les versets abordent l’illicite (dans le même ordre que dans les versets 1 et 2).
Ô les croyants ! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu’une abomination, œuvre du Diable. Ecartez-vous en, afin que vous réussissiez.” verset 90.
La sourate a commencé par mentionner l’illicite de la nourriture et il était donc absolument nécessaire de le faire pour les boissons (n’oublions pas qu’elle a pour titre « La Table servie »). Elle doit avertir le Musulman de ne pas se laisser noyer dans les délices terrestres défendus. Il doit être fidèle à son engagement et ne pas prendre une seule goutte d’alcool et causer de la dissension dans la Umma.
Remarquez que le verset traite le sujet de la boisson avec fermeté et la compare aux idoles et aux flèches de divination qui sont des restes de polythéisme. Il dénonce la boisson comme une des causes de la ruine des nations, et utilise le terme “écartez-vous” qui est une défense plus forte qu’une simple interdiction.
 

Les douzième et treizième appels : attention aux épreuves qui concernent le licite et l’illicite.
Allah (exalté soit-Il) dit : “Ô les croyants ! Allah va certainement vous éprouver par quelque gibier à la portée de vos mains et de vos lances. C’est pour qu’Allah sache celui qui Le craint en secret.” Ce verset 95 avertit de l’épreuve au sujet du licite et de l’illicite à laquelle Allah (exalté soit-Il) peut soumettre le Musulman. Il fut révélé quand les Compagnons étaient en état de sacralisation pour le pèlerinage. Le gibier abondait autour d’eux et Allah (exalté soit-Il) voulait leur faire passer cette épreuve. Le verset suivant vient appuyer le même sens : “Ô les croyants ! Ne tuez pas de gibier pendant que vous êtes en état d’Ihram.” Il y a d’ailleurs une relation évidente entre le début de la sourate et sa fin où elle se concentre sur les sentences au sujet de la chasse. 
 

Le quatorzième appel : ne vous mettez pas à l’étroit.
Les appels continuent ainsi jusqu’à ce verset : “Ô les croyants! Ne posez pas de questions sur des choses qui, si elles vous étaient divulguées, vous mécontenteraient. Et si vous posez des questions à leur sujet, pendant que le Coran est révélé, elles vous seront divulguées. Allah vous a pardonné cela. Et Allah est Pardonneur et Indulgent.” verset 101.
Le verset énonce une règle instaurée par Allah (exalté soit-Il) au sujet du licite et de l’illicite à propos desquels nombreux sont ceux qui se méprennent. Il s’agit de la règle qui défend l’enquête minutieuse et répétée à propos du licite au point de se trouver obligé de le restreindre, de le rendre difficile à exécuter et de tomber dans le prohibé.
Le verset nous invite à la modération car si Allah (exalté soit-Il) nous demande d’être fidèles aux engagements, cela ne doit pas nous mener à trop de restrictions à force de questions.
Ces derniers versets ont un lien notable avec la sourate Al-Baqara et l’histoire de la vache des Banî Isrâ’ĩl. Le verset 102 dit : “Un peuple avant vous avait posé des questions (pareilles) puis, devinrent de leur fait mécréants.” Il signale le grand nombre de questions que posaient les gens des nations anciennes à leurs prophètes et qui ont été la cause de fortes restrictions auxquelles ils ne purent s’astreindre.
Dans l’histoire de la vache : “Ils l’immolèrent alors mais il s’en fallut qu’ils ne l’eussent pas fait.” Ils avaient posé trop de questions au sujet de la nature de la vache, de sa couleur et de toutes choses qui ne leur avaient pas été imposées. L’ordre inconditionnel s’en est trouvé restreint. Nous avons un bel exemple en la personne du Messager (BP sur lui) à ce sujet :
Un jour le Messager d’Allah (BP sur lui) dit à ses Compagnons : “Allah (exalté soit-Il) vous ordonne d’accomplir le Hajj (pèlerinage). Un des Compagnons demanda : “Chaque année, ô Messager d’Allah ? ” Le Messager se tut un moment puis reprit : “Si je dis oui, cela deviendra obligatoire.”
Il y a donc un équilibre dans sourate Al-Mâ’ida entre la soumission aux ordres et aux défenses, la fidélité à l’engagement avec Allah et entre le durcissement vis à vis du licite.
 

Le quinzième appel : ne suivez pas n’importe qui.
Les versets continuent jusqu’au quinzième appel qui énonce une nouvelle règle à propos du licite et de l’illicite : “Ô les croyants ! Vous êtes responsables de vous-mêmes ! Celui qui s’égare ne vous nuira point si vous avez pris la bonne voie . . . ”  verset 105. 
Abou Bakr dit un jour au gens dans un discours : “Vous n’utilisez pas ce verset à bon escient.” Les gens avaient compris de “Vous êtes responsables de vous-mêmes” ne pas devoir guider les autres et laisser libre celui qui voulait s’égarer. Ce contresens leur fit abandonner la Da‘wa (invitation à la religion). Le verset leur disait : Si tous les gens autour de vous mélangent le licite et l’illicite et violent leurs engagements, maintenez-vous dans la vérité, vous les croyants, et ne changez pas les ordonnances de la religion. Ce qui appuie ce hadith du Prophète (BP sur lui) : “ Ne sois pas atone, en faisant le bien si les gens le font et en faisant le mal s’ils le font. Si les gens font le bien fais-le et s’il font le mal, ne sois pas injuste envers toi-même.
Ainsi la sourate s’est concentrée dans les quatorzième et quinzième appels sur deux règles au sujet des ordres et des défenses : Ne vous restreignez pas et ne vous laissez pas influencer par votre entourage.
 

Le seizième appel : le licite et l’illicite au sujet des témoignages et des testaments. 
Ô les croyants ! Quand la mort se présente à l’un de vous, le testament sera attesté par deux hommes intègres d’entre vous.” Le verset 106 vient compléter la série des prescriptions de la sourate et prouver la globalité de l’Islam pour toutes les choses de la vie depuis la nourriture, les boissons, l’épouse, les relations familiales et les sanctions pénales jusqu’aux relations internationales, les transactions, les témoignages et les testaments.
Contemplez avec moi, une fois de plus, le verset qui est venu mettre le point final à la doctrine et annoncer sa globalité pour tous les aspects de la vie : “Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous…
Remerciez Allah (exalté soit-Il) pour la grâce de vous avoir donné cette religion et les sentences de Sa noble législation.
 

Les objectifs de la législation dans la sourate.
Sourate Al-Mâ’ida est la seule qui ait assemblé les cinq objectifs de la législation islamique :
 

1.      Préservation de la religion.
2.      Préservation de l’âme.
3.      Préservation de la raison et de l’intellect.
4.      Préservation de l’honneur.
5.      Préservation des biens.
 

Est-ce donc le jugement du temps de l’Ignorance qu’ils cherchent? Qu’y a-t-il de meilleur qu’Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme?” Ces paroles nous font comprendre que la législation d’Allah (exalté soit-Il) est la meilleure pour garantir les intérêts de l’humanité dans ce monde ici-bas et dans celui de l’au-delà au moyen de :
 

1.      La préservation de la religion :
Ô les croyants! Quiconque parmi vous apostasie de sa religion...verset 54. Le plus important dans la législation est la préservation de la religion et la suppression du paganisme.
 

2.      La préservation de la vie :
C’est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d’Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes.” verset 32 qui défend l’homicide.
 

3.      La préservation de la raison et de l’intellect:
Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination...verset 90.  Les boissons alcoolisées sont prohibées dans le but de préserver l’intellect.
 

4.      La préservation de l’honneur :
les femmes vertueuses d’entre les gens qui ont reçu le Livre avant vous, si vous leur donnez leur mahr avec contrat de mariage, non en débauchés ni en preneurs d’amantes.verset 5.  Défense des relations extraconjugales.
 

5.      La préservation des biens :
Le voleur et la voleuse, à tous deux coupez la main. . . verset 38.
 

Ces cinq objectifs de la législation sont mentionnés dans Al-Mâ’ida pour nous prouver que les ordres et les défenses auxquels nous devons être fidèles ne font que garantir l’intérêt des gens dans les cinq axes mentionnés.
 

Révision des engagements au Jour de la Résurrection.
Quand les engagements seront-ils revus ?
(Rappelle-toi) le jour où Allah rassemblera (tous) les messagers, et qu’Il dira: «Que vous a-t-on donné comme réponse?» Ils diront: «Nous n’avons aucun savoir: c’est Toi, vraiment, le grand connaisseur de tout ce qui est inconnu». verset 109.
Remarquez le lien entre les versets de la sourate. Nous avons au début (soyez fidèles à vos engagements), au milieu du verset 67Ô Messager, transmets ce qui t’a été descendu de la part de ton Seigneur.” (à propos du licite et de l’illicite) et à la fin “(Rappelle-toi) le jour où Allah rassemblera (tous) les messagers, et qu’Il dira: «Que vous a-t-on donné comme réponse?»verset 109.
Nous avons l’histoire de Jésus à la fin de la sourate qui désavoue les Chrétiens qui ont déserté son chemin. Cela confirme la défense de l’imitation aveugle traitée plus haut. Car comment pouvez-vous les imiter, vous les Musulmans, sachant que Jésus lui-même les désavouera au Jour du Jugement.
Un verset remarquable vient inciter les gens à la fidélité aux engagements en leur rappelant le Jour de la Résurrection “Allah dira: «Voilà le jour où leur véracité va profiter aux véridiques. . .” Les véridiques sont ceux qui ont honoré leurs engagements avec Allah (exalté soit-Il) et avec les gens.
 

Pourquoi la sourate a-t-elle reçu ce nom ?
Est-ce à cause de l’histoire de la Table servie? La sourate parle de la fidélité aux engagements. Quelle relation y a-t-il donc entre ces deux sujets ?
(Rappelle-toi le moment) où les Apôtres dirent: «Ô Jésus, fils de Marie, se peut-il que ton Seigneur fasse descendre sur nous du ciel une table servie?» Il leur dit: «Craignez plutôt Allah, si vous êtes croyants». Ils dirent: «Nous voulons en manger, rassurer ainsi nos cœurs, savoir que tu nous as réellement dit la vérité et en être parmi les témoins». «Ô Allah, notre Seigneur, dit Jésus, fils de Marie, fais descendre du ciel sur nous une table servie qui soit une fête pour nous, pour le premier d’entre nous, comme pour le dernier, ainsi qu’un signe de Ta part. Nourris-nous: Tu es le meilleur des nourrisseurs.» «Oui, dit Allah, Je la ferai descendre sur vous. Mais ensuite, quiconque d’entre vous refuse de croire, Je le châtierai d’un châtiment dont Je ne châtierai personne d’autre dans l’univers.»versets 12-15.
 

Le dernier verset est capital Oui, dit Allah, Je la ferai descendre sur vous. Mais ensuite, quiconque d’entre vous refuse de croire…” (qui signifie : Celui d’entre vous qui manquera à ses engagements après le descente de la Table…). Il leur avait exaucé leur demande et les avait avertis d’un châtiment terrible s’ils venaient à manquer à l’engagement. L’histoire des gens qui ont demandé la Table et desquels Allah exigea un serment solennel est donc directement en rapport avec le thème central de la sourate. 
A notre Umma, Allah (exalté soit-Il) a donné cet autre verset capital “Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous...” C’est une grâce de la part d’Allah (exalté soit-Il) comme La Table octroyée aux apôtres qui ont été fidèles à leur engagement. Le serons-nous?
En lisant cette sourate, il faut ressentir la grâce qui nous a été donnée avec cette religion et s’efforcer à être fidèle aux engagements dans tous les aspects de notre vie.



salâmou^alaykoum wa rahmatoulahi barakatouh
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 05/09/2008 09:07:50    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Islam Sunnite Index du Forum -> Forum Membres -> Le Saint Coran -> Explications verset du Coran Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Bienvenue sur le Forum Muslim