Forumuslim : Une question, une réponse



Recherche Avancée


 Message du Forum 
Librairie Musulmane Souk Ul Muslim


Toutes l'équipe vous souhaitent de bonnes fête de l'Aid. 


=>>Aider ACDLP à s'agrandir avec vos dons<<=

Afficher votre pub ici ?
   
  
               
           
        
 
 
Le Mawlid n'est pas une bid'a
Aller à la page: 1, 2  >

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Islam Sunnite Index du Forum -> Science de la religion (Verrouillé) -> Avis des Savants - Fatwa
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Muslim-93
Administrateurs
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2006
Messages: 4 493
Sexe: Masculin
Localisation: Région Parisienne

MessagePosté le: 26/03/2008 21:46:26    Sujet du message: Le Mawlid n'est pas une bid'a Répondre en citant
Bislmil-Lâh y rahmen y rahim
 



http://www.acmv.info/index_fichiers/Page1151.htm 



Al-Mawlid an-Nabawî ash-Sharîf

T.Younès, enseignant à l’E.M.S.
Article, revu et corrigé par le Dr ABIDI Ahmed, directeur de l’IFESI


Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le très Miséricordieux
Que la paix et le salut soient sur Son Messager Muhammad, sa lignée et ses Compagnons 



La commémoration de la naissance du Prophète (psl) suscite deux appréciations :
- La première voulant que cette célébration soit un impératif, preuve de notre attachement au Prophète (psl).
- La deuxième, à l’opposé, prétend qu’une telle commémoration relève de la Bid‘ah (innovation).
En vérité, ces deux postures sont discutables :
- Pour la première, aussi salutaire soit-elle, une « pratique » n’ayant pas le caractère de Sunnah ne peut être décrétée comme faisant parti de la normativité (législation) islamique, même si elle fut pratiquée et perpétuée, durant des siècles et légitimée par d’illustres savants.
- Pour la deuxième, le fait que le Prophète (psl) ou ses Compagnons n’aient pas, en dehors de la ‘Ibâdah (pratique cultuelle), exécuté ou perpétué un autre acte ou comportement n’en fait pas, pour autant, une Bid‘ah si pareil acte vient plus tard à être pratiqué.

Qu’est ce qu’une Bid‘ah ?

Il est primordial, pour répondre à ce type de question, de définir les termes employés, notamment lorsque ceux-ci sont couramment usités en dehors de leur cadre scientifique.
Le Prophète (psl) dit : « Quiconque apporte à notre prescription-ci quelque innovation qui n’y est pas fondée, cela doit être catégoriquement rejeté. » (Hadîth recueilli par Al-Bukhârî et Muslim)
Il dit aussi : « La meilleure parole est celle d'Allah et la meilleure voie celle de Muhammad, tout nouveau (précepte) est innovation (Bid‘ah), toute innovation est égarement et tout égarement est en enfer ». (Recueilli par Muslim)

Il convient tout d’abord de noter que les termes employés par le Prophète (psl) ne le sont pas dans leur acception linguistique. Ils renvoient plutôt à une définition conventionnelle et ont, en conséquence, un champ bien déterminé. Autrement ce serait prétendre que le Prophète (psl) a condamné sa communauté à l’immobilisme en lui interdisant toute nouveauté.

Si, par ailleurs, plusieurs définitions ont été données par les savants à ce terme de Bid‘ah, nous citerons ici la plus répandue d’entre elles, à savoir celle de l’Imâm Ash-Shâtibî : « Une voie religieuse innovée qui est contraire à la Sharî‘ah et dont la pratique a pour but l’exagération en matière de la ‘Ibâdah (adoration) d’Allâh ».
En d’autres termes, pour qu’une pratique relève de la Bid‘ah, il faut que s’y réunissent les deux conditions suivantes :
Aller à l’encontre d’un texte ou d’un dessein de la Sharî‘ah (Maqsad min Maqâsid ash-Sharî‘ah) ;
et
Être perpétuée en tant que ‘Ibâdah (adoration).

Il est important, alors, de distinguer deux domaines : celui des pratiques cultuelles (‘Ibâdât) et celui des transactions (Mu‘âmalât). Dans le premier, la règle fondamentale veut qu’à l’origine tout est prescrit par Allâh, exalté soit-Il, dans ce sens que toute chose en dehors de ce qu’Il a enjoint et prescrit est proscrite. Pour ce qui est des transactions, l’origine de toute chose est la licéité, jusqu’à ce qu’un texte péremptoire vienne établir le contraire.
Quant à l’argument, c’est justement la parole du Prophète (psl) citée plus haut qui restreint le champ de la Bid‘ah à « notre prescription-ci ». Ce qui est entendu par-là est tout ce qui se rapporte au domaine du Dogme (Al-‘Aqîdah) et des pratiques cultuelles fondamentales (‘Ibâdât), en excluant donc les dispositions mondaines (Al-Ahkâm ad-dunyawiyyah) que le Législateur a laissé à l’appréciation des savants dans le cadre des fondements établis (‘Ilm al-Usûl), ainsi que les dispositions subsidiaires (Al-Juz’iyyât) qui ne sont pas quantifiables et qui sont soumises à évolution selon les époques (Az-Zamân), les espaces (Al-Makân) et les coutumes (Al-‘Urf).

D’autres savants, comme l’Imâm Ash-Shâfi‘i, l’Imâm As-Suyûtî, Abû Hâmid Al-Ghazâlî, Ibn Al-Athîr, etc., distinguent deux types de Bid‘ah : Al-Bid‘ah al-Mamdûhah (louable) et Al-Bid‘ah al-Mazhmûmah (condamnable). La Bid‘ah louable étant celle qui se trouve en accord avec les principes de l’Islam et la mauvaise celle qui va à leur encontre. Cette différenciation se base sur certaines paroles et pratiques des Compagnons (Ads). L’Imâm Al-Bukhârî rapporte que le Calife ‘Umar ibn Al-Khattâb (Ads) dit à propos de la prière des Tarâwîh: « Quelle bonne Bid‘ah (Ni‘mat al-Bid‘ah) que celle-ci ».
Aussi, les Musulmans, à travers les époques, ont adopté des pratiques qui n’existaient pas à l’époque du Prophète (psl). Nous citerons, en exemple, l’adoption par le Calife ‘Uthmân (Ads) d’un second Azhân le jour du vendredi, ou encore l’insertion de la prière sur le Prophète (psl) « As-Salât ‘alâ an-Nabiyy » dans le Azhân par le Calife Salâh ad-Dîn Al-Ayyûbî. Il en est de même pour la formalisation et l’enseignement des sciences comme le Fiqh, ‘Ilm Usûl al-Fiqh, ‘Ilm An-Nahw, la rémunération de l’enseignement religieux, etc., qui n’existaient pas à l’époque du Prophète (psl), mais que l’évolution de la société a rendu impératifs pour la préservation du patrimoine islamique.

Enfin, ces pratiques, absentes à l’époque du Prophète (psl), répondent plutôt à l’acception de Sunnah Hasanah ou Sunnah Sayyi’ah, comme le Prophète (psl) l’avait précisé : « Celui qui apporte une bonne tradition (Sunnah Hasanah) en Islam en aura sa récompense et la récompense de celui qui la met en pratique après lui, sans qu'aucun ne soit lésé dans sa récompense. Celui qui apporte une mauvaise tradition (Sunnah Sayyi’ah) en portera le fardeau et celui de ceux qui la mettent en pratique après lui, sans qu'aucun d'eux ne soit déchargé de son fardeau ». (Recueilli par Muslim)


Le Mawlid n’est pas une Bid‘ah

La commémoration de la naissance du Prophète (psl) ne relève pas du domaine de la ‘Ibâdah, mais de celui des us et coutumes (transactions) que les gens ont innovés et que la législation viendra autoriser lorsqu’ils n’incarnent pas d’interdits (mixité, musique débauchée...). Aussi, il n’a été aucunement allégué que cette célébration est une prescription religieuse. C’est tout juste qu’elle incarne plutôt l’expression populaire d’un attachement au souvenir du bien aimé Prophète (psl). L’Imâm As-Suyûtî, lorsque lui fut soumise cette question, répondit : « Commémorer le Mawlid qui réunit essentiellement les gens ensemble, récitant les parties du Qur’ân, relatant des histoires sur la naissance du Prophète et les miracles qui l'ont accompagnée, est l’une des bonnes innovations. Celui qui la pratique est récompensé.» (Al-Hâwî li al-Fatâwâ).Ibn Al-Jawzî, quant à lui, a composé un livre de poésie et de Sîrah, Mawlid Al-‘Arûs, destiné à être lu durant les célébrations du Mawlid. Ibn Hajar dit : « Celui qui s’applique à célébrer cet événement en évitant les interdits aura accompli une Bid‘ah Hasanah ». Ibn Kathîr, le célèbre exégète du Coran, ira dans le même sens dans son livre Al-Bidâyah wa an-Nihâyah (tome 3, page 136). L’Imâm Ash-Shawkânî, dans son livre Al-Badr at-Tâli‘, dit : « Il est permis de célébrer la naissance du Prophète. » Etc. Un nombre infini de dires d’illustres savants viennent corroborer la licéité de cette célébration.

Si les Compagnons du Prophète n’avaient pas célébré sa naissance, la Hijrah ou la Bataille de Badr, c’est qu’ils ont été les témoins et les architectes de ces événements. La Sîrah du Prophète était intégrée à leur existence, ancrée profondément dans leur conscience.
Sa‘d ibn Abî Waqqâs disait : « Nous contions à nos enfants les batailles du Prophète (psl) au même titre que nous leur enseignions les versets du Coran ». Les générations étaient ainsi baignées, dès l’enfance dans la vie de cet homme qu’ils apprendront à aimer… Leur vie était empreinte par la sienne…
Puis vint l’époque de l’oubli, du laxisme, de l’insouciance et du déracinement… Il s’est alors avéré nécessaire aux yeux des gens soucieux du devenir de cette communauté de revivifier cette mémoire, de conscientiser de nouveaux les générations en leur remémorant les événements fondateurs.

Ainsi, le souvenir des bienfaits d’Allâh est légitime, voir même requis... Allâh, exalté soit-Il, nous a exhorté à cela dans le Coran : « Vous qui avez la foi, rappelez-vous le bienfait d'Allâh sur vous, quand des troupes sont venues vers vous et que Nous avons envoyé contre elles un vent et des troupes que vous n'avez pas vues. Allâh demeure Clairvoyant sur ce que vous faites. » Allâh nous demande de nous souvenir, de nous remémorer, de ne pas oublier Ses bienfaits. Et quel plus grand bienfait que l’avènement du bien aimé Prophète (psl)…


Quel sens donner à cette célébration ?

Il faut que, durant ce mois de Rabî‘ al-Awwal, nos cœurs s’emplissent de joie pour la Miséricorde dont nous avons été gratifiés par l’envoi du bien aimé Prophète (psl). Il convient à ceux qui célèbrent cet événement de se remémorer la Sîrah de celui dont ils fêtent la naissance, afin que ce jour soit une semence plantée dans leur cœur et que fleurisse en son sein l’amour du bien aimé (psl).

Il nous revient, en ce mois de la Miséricorde divine, de fêter cette naissance par la réaffirmation de la Sunnah de notre Prophète (psl) au sein de notre entourage, nos familles, nos amies… Soyons les dignes héritiers de ce Prophète (psl) en portant sa lumière dans chaque endroit que fouleront nos pas…

Cette naissance eut lieu au printemps, saison qui voit éclore la nature, fleurir les arbres et donner des fruits… Et c’est ainsi que chaque Musulmane, chaque musulman, se doit d’être un printemps pour sa société, pour ses proches, en témoignant de cette Foi dont il est l’heureux porteur. Que cette occasion soit pour nous une nouvelle naissance, un moment d’espoir, dans une réalité tragique qui porte au pessimisme… Réalité qu’il est de notre devoir de réformer…


Wallahu a‘lam
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Si nos PECHES avaient une Odeurs Les Gens se seraient Eloignés de Nous!!! [Savants]
Les membres suivants remercient Muslim-93 pour ce message :
Abida (29/12/12), Sâhib (22/01/13)


Dernière édition par Muslim-93 le 18/08/2013 18:45:46; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 26/03/2008 21:46:26    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Muslim-93
Administrateurs
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2006
Messages: 4 493
Sexe: Masculin
Localisation: Région Parisienne

MessagePosté le: 30/03/2008 17:30:54    Sujet du message: Le Mawlid n'est pas une bid'a Répondre en citant
salâmou^alaykoum wa rahmatoulahi barakatouh

Voici un dars (Sermon) du Cheikh Abdelhamid Kechk à l'occasion de la naissance du Messager
il dit clairement que c'est un dars à l'occasion de la fête du mawlid à 3:52min


http://www.4shared.com/file/42431604/25427aae/__online.html

Source: Aslama
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Si nos PECHES avaient une Odeurs Les Gens se seraient Eloignés de Nous!!! [Savants]
Les membres suivants remercient Muslim-93 pour ce message :
Abida (29/12/12)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sih
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 27 Déc 2006
Messages: 2 862
Sexe: Féminin
Localisation: Région parisienne

MessagePosté le: 26/04/2008 13:10:54    Sujet du message: Le Mawlid n'est pas une bid'a Répondre en citant
Source : doctrine-malikite.fr

Avis sur la célébration du Mawlid


En parlant du Prophète (paix et salut sur lui), Allah dit dans le Coran :
«Nous ne t'avons envoyé que par miséricorde pour les univers.»[1]
Dieu dit aussi dans le Coran: « De la grâce d'Allah et de Sa miséricorde qu'ils se réjouissent donc !»[2]. Il incombe donc à tous les musulmans et au-delà à toutes les créatures de se réjouir de la Naissance du Prophète (paix et salut sur lui) qui est la miséricorde pour les univers.

Un verset du Coran dit : « Dieu et Ses Anges bénissent le Prophète. Ô vous qui avez cru ! Invoquez pour lui (priez sur lui) sans cesse la bénédiction et le salut de Dieu » [3]
Allah nous recommande de prier sur le Prophète (paix et salut sur lui), et ce verset mentionne le pluriel.
La prière sur lui peut se faire en groupe ou individuellement. Prier sur lui abondamment est un signe de son amour.
L'emploi du terme «Ô les croyants » sous-entend que celui qui ne prie pas sur le Prophète (paix et salut sur lui) n'est pas complètement croyant.

De nombreux hadîths marquent la prééminence du jour de la naissance du Prophète (paix et salut sur lui) sur les autres jours :
-Dans le sahîh de Muslim, il est rapporté qu'un Compagnon avait interrogé l'Envoyé de Dieu sur le jeûne du lundi et celui-ci avait répondu : «C'est en ce jour que je suis né et c'est en ce jour que j'ai reçu la prophétie.»
-Parlant de la grandeur du Vendredi, le Messager d'Allah a dit : «En ce jour, Allah créa Adam». Ce jour est jugé comme spécial par le fait que Adam (sur lui la paix) est né ce jour-là. Qu'en est-il alors du jour de la Naissance du dernier messager (paix et salut sur lui) ? L'Envoyé de Dieu a dit: «En vérité, Allah me fit le sceau des Prophètes pendant qu'Adam était entre eau et argile»[4].
De la même manière, le jeûne surérogatoire du jour de ‘Âshûrâ fût institué en mémoire de Moïse (paix et salut sur lui), puisque les juifs jeûnaient ce jour-là en commémoration du miracle qui sauva Moïse et noya ses ennemis.

La célébration du Mawlid est une manière d'accroître notre amour pour le Prophète (paix et salut sur lui). Le Prophète - que la Bénédiction et la Paix soient sur lui - a dit: « Nul n'est véritable croyant s'il ne m'aime pas plus que son père, son fils et tous les gens.»[5]

Un verset du Coran ordonne au Prophète de proclamer sa grande station auprès d'Allah (sa grandeur et le devoir de le suivre) :
«Dis-leur: Si vous aimez Allah, suivez-moi et Allah vous aimera et vous pardonnera vos péchés. »[6].

La commémoration du Mawlid est aussi une occasion de se rappeler les vertus du Prophète (paix et salut sur lui) et d'essayer de les mettre en pratique de manière accrue. Allah affirme «En vérité tu es (Ô Muhammad) d'un caractère sublime. »[7]

Montrer de la joie pour la naissance du Prophète (paix et salut sur lui) est bénéfique, même pour les non-croyants. Ainsi il est rapporté dans le Sahîh d'Al-bukhârî : «Chaque Lundi Abû Lahab est libéré de son châtiment, dans sa tombe, parce que de son vivant il libéra sa servante Thuwayba lorsqu'elle lui rapporta la nouvelle de la naissance du Prophète (paix et salut sur lui) son neveu.».

Les biographes du Prophète (paix et salut sur lui) rapportent que de son vivant l'Envoyé de Dieu (paix et salut sur lui) appréciait les poètes qui faisaient son éloge. La plupart de ses panégyristes ont écrit des poèmes sur la naissance du Prophète (paix et salut sur lui). Par exemple : ‘Ali, Fâtima, Abû Bakr, Al-‘abbâs etc…Ce dernier a laissé un poème où il écrit :
Lorsque tu es né, la terre brillait et le firmament contenait à peine ta lumière ! Grâce à cette splendeur, à cette lumière, et à cette voie bien guidée, nous pouvons espérer traverser le chemin.

De nombreux savants ont donné leur avis concernant les bienfaits du Mawlid : Dans une fatwa restée célèbre, l'Imâm As-suyutî écrit :
« Célébrer l'anniversaire de la Naissance du Prophète pour se réunir, réciter des passages du Coran, raconter les histoires concernant la naissance du Prophète et les signes qui l'ont accompagné, servir de la nourriture, est une bonne innovation ; et celui qui y participe recevra une récompense parce que cela implique de vénérer le degré du Prophète et d'exprimer de la joie pour son honorable naissance. »
Pour sa part, Ibn Taymiyya considère que : « même s'il n'y avait aucune raison pour célébrer le Mawlid, il n'y aurait aucune raison contre sa célébration. »
Le Sheikh Abû Shâma, qui était le maître de An-nawawî, a dit que le Mawlid était la meilleure des innovations (bid‘a hasana). De grands savants comme Ibn Hajar, Ibn Al-jawzî, An-nawawî et d'autres encore, ont approuvé et même rédigé de petits traités sur les bienfaits du Mawlid.[8]

[1] Les Prophètes : sourate 21, verset : 107.

[2] Sourate 10, verset 58.

[3] Sourate al Ahzâb, 33, verset 56.

[4] Rapporté par Al-hâkim dans le « Mustadrak » (2/417,600) et At-tbarânî dans son « Kabîr » (18/253).

[5] Tradition rapportée par Al-Bukhârî, Hadîth 14 et 15 (p 19) : le livre de la foi (2): « le sommaire du sahih al-bukhârî » par L'Imam Zein Ed-Dine Ahmed ibn Abdul-Latif A-Zoubaidi (Tome I), rapporté aussi par Muslim et Nasa'î.

[6] Sourate 3, verset 31.

[7] Sourate 68, verset 4.

[8] Voir absolument « Ihtîfâl bi al-mawlid An-nabawî bayna fatâwî at-tashrî‘ wa fatâwî at-tabdî‘» du professeur Al-Bashîr Al-mahmoudî : éd. : Al-matba‘atu wa al-warrâqatu Al-wataniyya : Marrakech, 2006.
Les membres suivants remercient Sih pour ce message :
Abida (29/12/12)
Revenir en haut
Muslim-93
Administrateurs
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2006
Messages: 4 493
Sexe: Masculin
Localisation: Région Parisienne

MessagePosté le: 05/03/2009 15:04:05    Sujet du message: Le Mawlid n'est pas une bid'a Répondre en citant
salâmou^alaykoum wa rahmatoulahi barakatouh

A lire : http://muslim.xooit.com/p75094.htm

Commémoration de la naissance du prophète saw le Lundi 9 Mars 2009 insh'Allâh.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Si nos PECHES avaient une Odeurs Les Gens se seraient Eloignés de Nous!!! [Savants]


Dernière édition par Muslim-93 le 05/03/2009 15:13:16; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Idrissid
Frère
Frère

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2007
Messages: 2 274
Sexe: Masculin
Localisation: Aix en Provence

MessagePosté le: 05/03/2009 15:11:46    Sujet du message: Le Mawlid n'est pas une bid'a Répondre en citant



 
Citation:

Commémoration du prophète saw le Lundi 9 Mars 2009 insh'Allâh.
Commémoration de la naissance du Prophète saw

Barakelahou fik pour le rappel.

ALlahomma salli 3ala Mohammad wa aali Mohammad
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
&quot;Est-ce que celui dont Allah ouvre la poitrine à l'Islam et qui détient ainsi une lumière venant de Son Seigneur.&quot;[22/39]
Revenir en haut
Muslim-93
Administrateurs
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2006
Messages: 4 493
Sexe: Masculin
Localisation: Région Parisienne

MessagePosté le: 05/03/2009 15:16:00    Sujet du message: Le Mawlid n'est pas une bid'a Répondre en citant
Wa 3laykoum salâm

akhy Idrissid pour ta correction, je viens de l'éditer...

:brillee Allâhouma salu ^ala saydina Muhammed wa ^ala alayhi wa sahbihi wa salim. ::etoile::
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Si nos PECHES avaient une Odeurs Les Gens se seraient Eloignés de Nous!!! [Savants]
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Idrissid
Frère
Frère

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2007
Messages: 2 274
Sexe: Masculin
Localisation: Aix en Provence

MessagePosté le: 05/03/2009 15:18:35    Sujet du message: Le Mawlid n'est pas une bid'a Répondre en citant


Wa fik cher akhi
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
&quot;Est-ce que celui dont Allah ouvre la poitrine à l'Islam et qui détient ainsi une lumière venant de Son Seigneur.&quot;[22/39]
Revenir en haut
Sih
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 27 Déc 2006
Messages: 2 862
Sexe: Féminin
Localisation: Région parisienne

MessagePosté le: 06/03/2009 22:10:28    Sujet du message: Le Mawlid n'est pas une bid'a Répondre en citant
L'avis des savants sur la commémoration de la naissance du Prophète Muhammad saw 
[al-Mawlid]

 







Bismillâh ar-Rahman ar-Rahim,

En ces temps ou une poignée de savants Wahhabites-Salafis se mettent à crier à l'innovation (bida'a) quand on parle de célébrer la naissance de notre bien aimé Prophète
, il semblait important que la vérité soit rétablie.

Pour comprendre le sujet, il est important de savoir que l'innovation (bida'a), n'est pas un statut juridique en soit et ne signifie donc pas forcement quelque chose à rejeter. L'imam ash-Shafi'î
a divisé l'innovation en deux parties, la première étant la "bida'a mahmûda" (approuvée) et la seconde la "bida'a madhnûma" (désapprouvée). Quant au Sheykh an-Nawawî
, l'imam dont l'autorité, la grandeur, le rang et l'intelligence dans toutes sortes de sciences islamiques font l'unanimité, il classe l'innovation en cinq catégories. Il a écrit dans son ouvrage Al-Qawa'id (Al-Kubrâ) :" L'innovation est divisée en celle qui est obligatoire (wâjiba), interdite (muharrama), recommandée (mandûba), déconseillée (makrûha) ou indifférente (mubâha). La manière de décider est d'examiner l'innovation à la lumière des règles de la Loi (qawâ’id al-sharî’a). Si elle tombe dans le champ des obligations (îjab), elle est donc obligatoire, si elle tombe dans le champs des interdictions, elle est interdite (tahrîm), dans le champs des recommandations, elle devient recommandée, déconseillé si elle concerne ce qui l’est et permise si elle touche aux permissions."

Parmi ces bonnes coutumes que les savants ont encouragé et accepté on peut citer : La construction d'écoles pour l'apprentissage de la Sharî'ah, la commémoration du Mawlîd, la prière de Tarawîh en congrégation, la mise en place d'outils scientifiques
dans les différentes sciences islamiques(règles, fondements, classification des hadiths), les calendriers avec les horaires de prières, les haut-parleurs dans les mosquées pour l'adhan, l'étude approfondie de la langue Arabe, etc ...

Commémorer la naissance du Prophète Muhammad
est un acte que la très grande majorité des shouyoukh du monde musulman ont accepté et continuent d'accepter. A la lecture de ces avis de très grands savants musulmans sur la question du Mawlid, chacun pourra peser les dires de sommités de science qui œuvrent depuis des siècles pour l'islam face à une poignée de savants contemporains radicaux qui dénigrent cette commémoration.

Qu'Allâh comble nos pieux savants de Son infinie Miséricorde, les récompense pour leurs efforts et qu'Il (Exalté soit-il) leur pardonne leurs erreurs.

Salut et bénédictions sur Sayyiduna Muhammad
, sa famille et ses compagnons.



Les grands Savants de L'Islam qui ont autorisé la célébration du Mawlid :



- Sheikh Ahmad Ash-Sharabâsî déclare : " Nous avons besoin de nous souvenir de toute chose liée au Messager de Dieu
, car il est le modèle par excellence pour tout musulman. Ainsi, il n'y a pas de mal à ce que les musulmans, aux quatre coins de la terre, profitent de cette occasion - la naissance du noble Prophète - pour étudier sa Sunnah , sa prédication, ses nobles manières, et pour approfondir leur compréhension de la religion et du Livre de leur Seigneur, pourvu que cela les pousse à multiplier les oeuvres pies et les efforts dans le bien. Nous devons donc comprendre que la célébration de la naissance du plus noble Messager, Muhammad
, est une bonne habitude. Il n'y a aucun mal à ce que les musulmans lui accordent des soins et se réunissent à son occasion, à condition que leur célébration reste dans le cadre de ce que Dieu a légiféré et autorisé. " [1]

- L'imam as-Suyuti a écrit tout un chapitre sur la validité du Mawlid ou il dit ceci : " Il y a une question qui était posée concernant la commémoration du Mawlid du Prophète au mois de Rabi ' Al-Awal : Quelle est la décision légale religieuse à cet égard, c'est bon ou mauvais ? Celui qui le célèbre est-il récompensé ou non ?" La réponse selon moi est comme suit : Pour commémorer le Mawlid qui réunit essentiellement les gens ensemble, récitant les parties du Qour'an, relatant des histoires de la naissance du Prophète et les miracles qui l'ont accompagné, est une des bonnes innovations (bid'a hassana); et celui qui le pratique est récompensé, parce qu'il implique la vénération du statut du Prophète et l'expression de la joie pour sa naissance honorable.
"[2]

- L'imam al 'Iraqi
(le sheykh des huffad du hadith) a écrit un ouvrage également sur le sujet. [3]

- L'imam as-Sakhawi
dit dans ses fatawi : " La commémoration du Mawlid a été innovée après les trois premiers siècles. Par la suite, les gens de l'Islam dans les grandes villes des différents pays n'ont pas cessé de commémorer le Mawlid, de donner les différentes sortes d'aumônes durant ses nuits, et de s'appliquer à la lecture de l'histoire de sa noble naissance, et tous les mérites largement répandus rejaillissaient sur eux grâce à ses bénédictions." [4]

- L'imam al-Shihab al-Qastalani
le commentateur du Sahih al-Boukhâri a dit : " Qu'Allâh ait pitié de celui qui rend les nuits du mois de la naissance du Prophète
en festivités afin de réduire les souffrances de ceux dont les cœurs sont malades ! " [5]

- L'imam Abu al-Khattab ibn Dihya
a écrit tout un mujallad dessus. On y trouve tous ses arguments ainsi que les noms des savants qui fêtaient al-Mawlid à son époque. [6]

- Sheikh 'Atiyyah Saqr, ancien président du Comité de Fatwa de l'université d'Al-Azhar ash-Sharîf, dit à propos de la commémoration de Mawlid : " Mon opinion est qu'il n'y a pas de mal à faire cela, notamment à cette époque où les jeunes ont bientôt oublié leur religion et leur gloire, noyés dans les autres célébrations qui dominent tyranniquement les célébrations religieuses. Cette célébration doit consister à méditer sur la vie du Prophète
et à faire des œuvres qui immortalisent le souvenir de la naissance du Prophète, par exemple, en construisant des mosquées ou des instituts, ou toute autre bonne œuvre qui lie celui qui la contemple au Messager de Dieu et à sa vie. " [7]

- Sheykh Ahmad ibn Zayni Dahlan, le Mufti de la Mecque a écrit : " Célébrer le Mawlid et se rappeler le Prophète est accepté par tous les savants musulmans. " [8]

- L'imam as-Subki a dit : " Quand nous célébrions l'anniversaire du Prophète
,
un grand état de 'uns' (caractère familier) vient à notre cœur et nous sentons quelque chose spécial."

- L'imam Shawkani a dit : " Il est permis de célébrer l'anniversaire du Prophète. " [9]

- Mullah 'Alî Qari a tenu le même avis dans un livre écrit spécifiquement soutenir la célébration de l'anniversaire du Prophète. [10] Dans un autre ouvrage il stipule que le Mawlid est une manière d'honorer et de montrer l'estime que nous avons pour le Prophète
.

- L'imam Abu Shama, le sheikh de l'imam an-Nawawi
, a dit dans son livre sur des innovations ayant droit : " La meilleure innovation (bida'a hassana) en notre jour est le souvenir de l'anniversaire du Prophète. Ce jour, les gens donnent beaucoup, font beaucoup d'adoration, montrent beaucoup d'amour au Prophète et donnent beaucoup de remerciements à Allâh Tout-puissant pour l'envoi parmi eux de Son Messager, et pour préserver la Sunna et la Shari'a. " [11]

- L'imam as-Sakhawi a dit : " Le Mawlid a été introduit trois siècles après le Prophète, et toutes les nations Musulmanes l'ont célébré et tout 'Ulama (savant) l'a accepté, en adorant Allâh seul, en donnant des donations et en lisant la Sira du Prophète
. "

- L'Imam Mohammed bin Abu Bakr Abdullâh al-Qaisi al-Dimashqi confirme sa permissivité dans plusieurs de ses ouvrages. [12]

- Hafiz Ibn Hajar al-Haytami
a dit : " Comme les Juifs ont célébré le jour de Ashoura en prenant part au jeûne pour remercier Allâh, nous devons aussi célébrer le jour de Mawlid. "

- Ibn Hajar 'al-Asqalani a dit qu'il y a un dalil pour cela, il a fait référence à un hadith sahih où un compagnon demanda au prophète
: " Pourquoi ya Rassul Allâh jeûnes-tu le lundi ? " Sayyidna Muhammad a répondu : " Car c'est le jour où je suis né ". L'imam Ibn Hajar al-'Asqalani a dit : " Le Prophète lui-même commémorait sa naissance. "

Ibn Hajar a aussi déclaré : " On remercie Allâh pour la faveur qu'Il a donnée un jour particulier ou pour un grand bienfait, ou pour la prévention d'un désastre. Ce jour est célébré chaque année ensuite. L'action de grâces entraîne les formes diverses d'adoration comme la prosternation, le jeûne, l'aumone et la récitation de Qour'an et quel plus grand bienfait y a t-il que l'apparition de ce Prophète, le Prophète de la Miséricorde, en ce jour de Mawlid ? ".


- Ibn Al-Jawzi
a composé un livre de poésie et de Sira destiné à être lu lors des célébrations du Mawlid. [13]

- Sheykh Hisham Muhammad Kabbani écrit : " Célébrer l'anniversaire du Prophète
est un acte que tous les Ulamas du monde musulman ont accepté et continuent d'accepter. Cela signifie qu'Allâh l'accepte, car selon le hadith de Ibn Mas'oud rapporté dans le Musnad de l'Imam Ahmad : « Tout ce que la majorité des Musulmans considère juste est vrai pour Allâh, et tout ce que la majorité des Musulmans considère faux est faux pour Allâh » ".

- L'imam Shams ud-Din ibn al-Jazri, l'imam des récitateurs, a écrit un livre qu'il a nommé : "Le parfum de l'annonce de l'anniversaire Béni ".


- Sheikh al-Qardawi approuve également la célebration du Mawlid en ces termes : " Actuellement, célébrer l'anniversaire du Prophète signifie célébrer la naissance de l'Islam. On est censé en une telle occasion rappeler aux gens comment le Prophète a vécu. Je pense que ces célébrations, si elles sont faites de la façon appropriée, serviront un grand but, rapprochant les Musulmans des enseignements d'Islam et de la vie et de la Sounna du Prophète
. "
[14]

- Sheykh ibnou Taymiyya
a écrit : " Même si nos prédécesseurs ne le faisaient pas (comprendre : ne célébraient pas le Mawlid) et qu'ils avaient de bonnes raisons, il n'y a rien qui soit contre (cette célébration). " [15]

Il dit également dans son encyclopédie de Fatawa : " Célébrer et honorer la naissance du Prophète
et en faire un moment exceptionnel, comme le font certains, est une bonne chose en laquelle réside une grande récompense, à cause de la bonne intention d'honorer le Prophète
". [16]

- Al-Hafiz Ismaïl Ibnou Kathir
le célèbre exégète autorise également la célébration du Mawlid et enchante cette fête dans un de ses ouvrages. Il a dit " La nuit de la naissance du Prophète est une magnifique, noble, bénie et sainte nuit, une nuit de bonheur pour les croyants, pure, radieuse avec des lumières, et des prix inestimables. " [17]


Parmi ceux qui ont approuvé le Mawlid on peut également citer :


Autorisation du Dar el-Ifta d'Egypte, autorisation du CNI (Conseil National Islamique de Côte d'Ivoire), autorisation du ISCC (Islamic Supreme Council of Canada), autorisation du ministère des affaires religieuses des Emirats Arabes Unis,autorisation du Darul-Ifta Darul-Uloom de Karashi au Pakistan, le grand moufti sheykh 'Atiyya Saqr, sheykh Ibrahim ad-Dusuqi, sheykh an-Nabhani, sheykh al-Qahtaniy, sheykh ash-Sharabasi, l'imam ibn Dahiya,sheykh Faysal Mawlawi le célèbre mufti du Liban et vice-président du haut conseil de la fatwa en Europe,sheykh Abdu Allah ibn as-Siddiq al-Ghumari (l'un des plus grand imams du hadith du 20ème siècle),sheykh Muhammad Abdul Muntaqim Sylheti,sheykh 'Abdel Khaliq ash-Sharif,le Mufti Muhammad Rafi Usmani, sheykh Suhaib Webb, sheykh Shah Farid ul-Haqq (vice président de la World Islamic Mission), sheykh Zaïd Shakir, le Mufti 'Abdul Rauf Sakharvi, le Syrien sheykh al-Bouti, sheykh Ahmad Khalil, sheykh Faraz Rabbani, le grand savant du hadith de Médine sheykh Hassan al-Maliki, l'imam Wajihu Din bin 'Ali al-Dayba al-Shaybani al-Zubaidi, et bien d'autres encore ...



Notes :

[1] Dans son livre Yas'alûnaka fî ad-Dîn Wal, Volume 1, pages 462-464

[2] Intitulé Husnu al-Maqssad fi 3amali al-Mawlid

[3]
Son livre sur al-Mawlid est intitulé al-Mawridu al-Hani fi Mawlidi an-Nabiyy

[4] Voir Fatawi as-Sakhawi

[5] Dans son livre al-Mwahib Al-Dunniya (1-148)

[6] Son ouvrage est intitulé at-Tanwir fi Mawlidi al-Bachir an-Nadir

[7] Fatwa tiré du site de la mosquée d'Al-Azhar

[8] Dans son livre Al-Sira Al-Nabawiyya wa al-Athar Al-Muhammadiyya, page 51

[9] Dans son livre Al-Badr à -Tali

[10]
Livre ayant pour titre al-Mawrid ar-Rawi fial-Mawlid al-Nabawi

[11]
Dans Alba 'ith' ala inkar Al-bida ' wa Al-hawadith

[12] Dans Jami' al-athar fi Mawlid, al-Nabiy al-Mukhtar, Al lafz al-ra'iq fi Mawlid khayr al-Khala'iq et Mawlid al-Sa'ada fi Mawlid al hadi

[13]
Le livre a pour titre Mawlid Al-'arus et commence par les mots: al-Hamdulillah al-Ladhi abraza min ghurrati 'arusi al-Hadrati subhan Mustanira...

[14]
Source: Mufti Islam Online Fatwa Committee (19/04/2001)

[15]
Dans son ouvrage intitulé Iqtidâ As-Sirâte al-Mustaqîm : Mukhâlafatu Ashâb al-Jahîm

[16] Dans Majma' Fatawi Ibn Taymiyya Vol. 23, page 163

[17]
Dans son ouvrage al-Bidaya wa an-Nihaya, Tome 3 page

Wa Allâhou a'alam.


Source :
http://www.sunnisme.com/pages/Lavis_...d-1111217.html
Les membres suivants remercient Sih pour ce message :
Abida (29/12/12)
Revenir en haut
Abida
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2007
Messages: 2 325
Sexe: Féminin
Localisation: France

MessagePosté le: 29/12/2012 14:58:55    Sujet du message: Le Mawlid n'est pas une bid'a Répondre en citant
:assalam!

Cheik Hicham Muhammad Kabbani

::fleurmauve!!

Dix preuves montrant
que la célébration de la naissance du Prophète
est acceptée dans la Charia



 



1. Dieu dit: Réjouissez-vous du Prophète


:fleur!
 

Se réjouir à cause de la venue du Prophète à l'humanité est une obligation ordonnée par Allah dans le Coran comme suit: «De la grâce d'Allah et de Sa miséricorde qu'ils se réjouissent donc!» (Younus 10:58).

Cet ordre fut révélé parce que la joie rend le cœur reconnaissant de la miséricorde d'Allah. Et y a-t-il plus grande miséricorde de la part de Dieu que de nous envoyer le Prophète , auquel Il s'adresse en ces termes: «Nous ne t'avons envoyé que par miséricorde pour les univers» (Les prophètes 21:107).

Du fait que le Prophète a été envoyé comme une miséricorde à toute l'humanité, il incombe non seulement aux Musulmans, mais à tous les êtres vivants de se réjouir de sa personne. Malheureusement, aujourd'hui, certains Musulmans sont les premiers à rejeter cet ordre divin.


2. Dieu dit: Invoquez les bénédictions sur le Prophète
 
:fleur!

 
L'anniversaire du Prophète nous encourage à invoquer les bénédictions d'Allah sur lui et à faire ses éloges, ce qui est une obligation qui nous incombe selon l'ordre d'Allah dans le verset: «Allah et ses anges envoient les bénédictions sur le Prophète. O croyants! invoquez sur lui les bénédictions et les meilleures salutations!» (al-Ahzab 33:56).

«Les meilleures salutations,» ce sont les salutations pleines de respect et d'amour, pleines de louanges et d'admiration pour le haut rang du Prophète et de son message. Se réunir dans le but de se rappeler le Prophète nous amène à invoquer les prières sur lui et à le louer comme Allah le demande. Quelqu'un oserait-il nier l'obligation qu'Allah nous impose à travers le saint Coran?

La récompense qu'on obtient quand on exécute un ordre divin, et la lumière divine que cette récompense apporte au cœur sont inestimables! Notons que le verset mentionne le pluriel: «Allah et ses anges envoient...» en assemblée. Il est donc incorrect de dire qu'invoquer les prières sur le Prophète et faire ses éloges doit se faire individuellement.


3. Le Prophète
a souligné le lundi comme jour de sa naissance

:fleur!

 
Abou Qatada al-Anari raconte dans ai Mouslim, Kitib as-iayam, que le Prophète avait été interrogé au sujet du jeûne du lundi et qu'il avait répondu: «C'est en ce jour que je suis né et c'est en ce jour que j'ai reçu la prophétie.»

Nous citons de nouveau Moutawalla Charawi:
Plusieurs évènements extraordinaires se sont déroulés le jour de sa naissance comme cela est mentionné dans les hadiths et les livres de sira, et la nuit de sa naissance n'est semblable à celle d'aucun autre être humain.

Ces évènements et les hadiths s'y référant, dont le tremblement de la court de Chosroès, l'extinction en Perse du feu vieux de 1000 ans, la lumière issue d?Amina l'honorable mère du saint Prophète , etc. sont relatés dans le livre al-Bidaya d'Ibn Kathir.

Nous citons pour vous un passage du Kitab al-Madkhal d'Ibn al-ajj (Vol. 1, p. 261): «C'est un devoir pour nous chaque lundi de Rabi` al-Awwal d'augmenter nos actes d'adoration afin de remercier Allah de nous avoir accordé une immense faveur: celle de nous envoyer son bien-aimé Prophète pour nous diriger vers l'Islam et la paix... Le Prophète répondit à quelqu'un qui l'interrogeait au sujet du Lundi: «En ce jour-là je suis né.»

Ce jour du lundi honore le mois de Rabi` al-Awwal parce que c'est le jour du Prophète ... et il a dit: «Je suis le maître des enfants d'Adam et je dis cela sans orgueil»... et il a dit: «Adam et toute sa descendance seront sous ma bannière le jour du Jugement.» Ces hadiths ont été transmis par les deux cheicks [Boukhari et Mouslim]. Et, Mouslim cite dans son hadith que le Prophète a dit: «Je suis né un lundi et le premier message m'est parvenu un lundi.»»

Le Prophète commémorait donc le jour de sa naissance et remerciait Allah pour la grande faveur de l'avoir fait naître en jeûnant le lundi comme cela est mentionné dans le hadith de Abou Qataa. Cela signifie que le Prophète exprimait sa joie pour ce jour par le jeûne, qui est une forme d'adoration.

Depuis ce temps, toute sorte d'adoration pour marquer ce jour est acceptable. Même si nous changeons la forme (de l'acte pour exprimer sa joie), l'essence reste la même. Partant de là, jeûner, nourrir les pauvres, se rassembler pour louer le Prophète ou se remémorer ses vertus et son excellent caractère tout ceci est considéré comme une commémoration du jour de sa naissance. (Voir plus loin le hadith «mourir le lundi».

4. Le Prophète
commémorait l'anniversaire des autres prophètes

:fleur!
 

Le Prophète commémorait le jour et le lieu de naissance des Prophètes qui l'ont précédé. Parlant de la grandeur du vendredi, le Messager d'Allah a dit dans son hadith: «En ce jour, Allah créa Adam.» Ceci signifie que le jour du vendredi est commémoré parce qu'Allah créa Adam en ce jour. En d'autres termes, ce jour est important du fait qu'il vit la création d'Adam 'alayhi Salam, prophète et père de tous les êtres humains. Qu'en est-il donc du jour où le plus grand des prophètes et le meilleur de l'humanité fut créé? Le Prophète a dit: «En vérité, Allah me fit le sceau des Prophètes pendant qu'Adam était entre eau et argile.».

Pourquoi Boukhari a nommé un chapitre «Mourir le lundi» L'Imam Qastallani dit :
Dans son livre intitulé Jana'iz (Funérailles), Boukhari a nommé un chapitre entier «Mourir le lundi.»

Dans ce chapitre figure un hadith rapporté par Aïcha au sujet d'une question posée par son père Abou Bakr qui lui demanda: «Quel jour le Prophète est-il décédé?» Elle répondit: «Lundi.» Il demanda: «Quel jour sommes-nous aujourd'hui?» Elle répondit: «O père, nous sommes lundi aujourd'hui.» Il dit alors: «J'espère mourir avant la nuit.»

L'Imam Qastallani continue, «Pourquoi Abou Bakr demanda-t-il que sa mort soit un lundi? Afin qu'elle coincide avec le jour du décès du Prophète pour qu'il reçoive la baraka de ce jour. Quelqu'un a-t-il fait objection à la demande d'Abou Bakr de mourir le lundi dans l'intention de bénéficier de sa baraka? Pourquoi donc les gens refusent-ils aujourd'hui d'honorer le jour de la naissance du Prophète en vue de recevoir sa baraka?»

   ::fleur::   Le Prophète commémorait le lieu de naissance des autres prophètes ::fleur::
 


Un hadith chez Bazzar, Abu Yacla, et Tabarani, déclaré authentique par Ibn hajar Haythami et Ibn hajar Asqalani, relate qu'à la nuit de l'Isra' et du Micraj (l'ascension nocturne) l'ange Gabriel ordonna au Prophète de prier deux rakcat à Bayt Lam (Bethléem), puis lui dit: «Sais-tu où tu viens de prier? Lorsque le Prophète lui demanda: où? Il lui dit: A l'endroit où Issa (Jésus) est né.»

5. Le Prophète
célébrait les grands évènements historiques

:fleur!

 

Le Prophète a toujours concilié les évènements religieux et les évènements historiques. Ainsi, pour chaque évènement significatif, il exhortait ses Compagnons de se le rappeler et de le commémorer, même s'il s'était déroulé dans un passé lointain. Ce principe est déduit entre autre du hadith suivant: Lorsque le Prophète arriva à Médine, il vit les juifs jeûner le jour de `Achoura. Il se renseigna (sur leur raison) à ce sujet et il lui fut rapporté que c'était en ce jour qu'Allah avait sauvé son Prophète Sayyidina Moussa et noyé ses ennemis. Il dit alors ces mots bien connus: «Nous avons plus droit à Moise que vous.» Et le prophète encouragea les gens à jeûner ce jour et celui qui le précède.

6. L'obligation d'accroître notre amour pour le Prophète
et de l'honorer

:fleur!
 

Allah demande au Prophète de rappeler à sa Communauté qu'il est primordial pour ceux qui prétendent aimer Allah d'aimer aussi le Prophète : «Dis-leur: Si vous aimez Allah, suivez-moi (et aimez-moi et honorez-moi) et Allah vous aimera» (3:31).

La célébration du Mawlid est motivée par cette obligation d'aimer le Prophète , de lui obéir, de se rappeler de lui, de suivre son exemple, et d'être fiers de lui comme Allah l'est, car Il l'exalte aux nues dans le Coran avec ces mots: «En vérité tu es (O Mouhammad) d'un caractère sublime (68:4).»

L'amour pour le Prophète est l'élément qui différentie les croyants dans la perfection de leur iman (foi). Dans un hadith authentique transmis par Boukhari et Mouslim, le Prophète a dit: «Nul d'entre vous n'est croyant jusqu'à ce qu'il m'aime plus qu'il n'aime ses enfants, ses parents, et tous les gens.» Et dans un autre hadith dans Boukhari il dit: «Aucun de vous n'est croyant jusqu'à ce qu'il m'aime plus que sa propre personne», et Sayyidina `Oumar dit: «O Prophète, je t'aime plus que ma propre personne.»

La perfection de la foi est liée à l'amour pour le Prophète parce qu'Allah et Ses anges l'honorent continuellement, comme souligné dans le verset du Coran vu précédemment: «Allah et Ses anges envoient des bénédictions sur le Prophète». L'ordre divin qui suit immédiatement ce verset est «O croyants, invoquez des bénédictions sur lui,» ce qui signifie que la condition sine qua non d'être un croyant dépend et doit se manifester par l'invocation de prières sur le Prophète . Seigneur! répand Ta Bénédiction, Ta paix et Ta miséricorde sur le Prophète, sa Famille, et ses Compagnons.

7. L'effet du Mawlid sur les non-croyants
:fleur!
 

Exprimer sa joie pour la naissance du Prophète et célébrer son anniversaire comporte des effets bénéfiques, par la miséricorde d'Allah, même sur les incroyants. Ceci est mentionné dans Boukhari qui rapporte en effet: «Chaque Lundi Abou Lahab est libéré de son châtiment, dans sa tombe, parce que de son vivant il libéra sa servante Thouwayba lorsqu'elle lui rapporta la nouvelle de la naissance du Prophète son neveu».

Le afi Chamsouddin Mouhammad ibn Nasirouddin ad-Dimashqi a écrit à ce sujet dans son livre Mawrid as-ada fi Mawlid al-Hadi :

Si un kafir qui était condamné pour l'éternité à l'enfer avec «Tabbat yada Abi Lahab» (sourate 111) gagne un sursis tous les lundis parce qu'il s'était réjoui de la naissance d'Ahmad, que pensez-vous du serviteur qui, toute sa vie, fut heureux avec Ahmad et qui, mourant, dit : La ilaha illallah Mouhammadoun Rassouloullah ?

8. L'obligation de connaître la vie du Prophète
et de l'imiter

 
:fleur!

 
Il nous est recommandé de connaître le Prophète , ses miracles, sa naissance, son caractère, sa foi, ses signes et miracles, ses retraites spirituelles, ses actes d'adoration, et tout ceci n'est-il pas obligatoire pour un Musulman? Par conséquent, qu'est-ce qui est meilleur que la célébration de sa naissance qui symbolise l'essence de sa vie? Se souvenir de sa naissance nous emmène, en effet, à nous souvenir des autres aspects de sa vie, et cela attire la satisfaction d'Allah sur nous, car ce faisant, nous connaîtrons mieux le Prophète et nous serons mieux préparés à nous corriger, à l'imiter, et à le prendre comme modèle. Voilà pourquoi la célébration de sa naissance est bénéfique pour nous.
 

9. Le Prophète
acceptait la poésie en son honneur

:fleur!
 

De son vivant, il est bien connu de tous que les poètes venaient au Prophète faire son panégyrique, décrivait ses campagnes et ses combats, et faisaient de même avec ses Compagnons. Abou Bakr, Ali, Fatima, et nombreux autres parents et proches du Prophète ont composé des poèmes en son honneur. Cela est vérifié dans les traditions ainsi que les Sira ou livres biographiques dont ceux d'Ibn Hicham, al-Waqidi, et autres. Le Prophète appréciait ces compositions et il est rapporté dans l'Adab al-moufrad de Boukhari qu'il a dit: «Il y a une sagesse dans la poésie.» L'oncle du Prophète al-`Abbas a composé un poème où il célèbre la naissance du Prophète en ces termes:


:coeurs::

Lorsque tu es né, la terre brillait
et le firmament contenait à peine ta lumière!
Grâce à cette splendeur, et à cette lumière,
et à cette voie bien guidée,
nous pouvons espérer traverser le chemin.

:coeurs::

 

Ibn Kathir mentionne aussi que d'après les Sahabas, le Prophète chanta ses propres éloges et récita de la poésie au sujet de sa propre personne en pleine bataille de Honayn dans le but d'encourager ses Compagnons et de faire peur à ses ennemis. Ce jour-là il dit: «Je suis le Prophète, en vérité! Je suis le fils de `Abd al-Moualib!»

Le Prophète par conséquent était content de ceux qui faisaient son éloge et les récompensait avec ce qu'Allah lui donnait comme provisions. Si nous nous réunissons dans le but d'accomplir un acte qui nous rapproche du Prophète , cela veut dire que nous nous rapprochons d'Allah et bénéficions de Sa miséricorde.

   ::fleur::   Chant et récitation de poèmes ::fleur::
 


Ibn Qayyim al-Jawziyya
écrit dans son livre, Vol. 1, page 489: Le Prophète ( a recommandé à Aicha de permettre à deux dames de chanter le jour de la cId. Il dit à Abou Bakr : «Laisse-les chanter parce que pour chaque nation il y a une fête et celle-ci est la nôtre

Ibn Qayyim commente que le Prophète donnait aussi la permission de chanter pendant les cérémonies de mariage et, comme on l'a déjà dit, autorisait la poésie à son égard. Anas et les autres Compagnons louaient le Prophète et récitaient ce poème avant la célèbre bataille des tranchées:

Nous sommes ceux qui avont prêté serment de loyauté à Mouhammad pour la jihad aussi longtemps que nous serons en vie.

Ibn Qayyim mentionne aussi le long poème de cAbdoullah ibn Rawaqui où ce dernier chanta les éloges du Prophète à son entrée à la Mecque, après cette audition le Prophète pria pour lui. Il pria aussi pour un autre poète, Hassan ibn Thabit, afin qu'Allah le soutienne avec le Saint-Esprit. Similairement, Ka`b ibn Zoubayr fut récompensé d'une robe par le Prophète pour son poème.

Le Prophète demanda à Aswad ibn Sari de composer des poèmes louant Allah, et demanda à un autre de réciter le poème de 100 vers que Oumayyah ibn Abi al-al avait composé. Ibn Qayyim continue, « `A'icha récitait tout le temps des poèmes à sa louange et il les appréciait.»

Oumayyah ibn Abi al-Salt est un poète de la Jahiliyya qui est mort à Damas avant la venue de l'Islam. Il était un homme pieux qui évita l'alcool et l'adoration des idoles, comme cela fut rapporté par Dhahabi dans Siyar a`lam al-noubala' (2:23).

Au décès du Prophète, Hassan ibn Thabit récita cette éloge funèbre:

:coeurs::

 
Je dis, et personne ne peux me taxer d'être dans l' erreur,
Sauf celui dépourvu de tous les sens:
Je ne cesserai jamais de le louer.
Il se peut que faire cela m'éternise au Paradis
Avec l'Elu dont mon espoir réside en son support.
Et pour atteindre ce jour j'applique tous mes efforts.


:coeurs::
 


   ::fleur::   Le Prophète a permis de jouer du tambour pour une bonne intention ::fleur::
 


Ibn `Abbad le Mouaddith a donné la fatwa (décision) suivante dans ses «lettres»: Il commence par citer le adith suivant: «Une dame vint au Prophète à son retour d'une bataille et lui dit: O Messager d'Allah, j'ai fait le voeu de jouer de ce tambour à tes côtés si Allah te ramenait sain et sauf. Le Prophète lui dit alors: Exécute ton voeu.» (Abou Dawoud, Tirmidhi et Ahmad).

Ibn `Abbad continue, «Il n'y a pas de doute que jouer du tambour est une forme de divertissement quoique le Prophète lui ait ordonné de remplir son voeu. Il le fit parce que l'intention de la dame était de l'honorer à son retour sain et sauf de la bataille. Son intention était bonne et ce n'était pas dans le but de commettre un péché ou de donner cours à des futilités. Partant de là, toute personne qui célèbre l'anniversaire du Prophète avec une belle voix, avec de bonnes intentions, par la lecture de la Sirah et les louanges au Prophète n'est pas à condamner.


  ::fleur:: Chant et récitation du Coran ::fleur::
 


Ibn al-Qayyim dit dans son livre Madarij as-Salikin:

Allah donna la permission au Prophète de réciter le Coran mélodieusement. Abou Moussa al-Ach`ari récitait un jour le Coran d'une voix mélodieuse et le Prophète l'écoutait. Lorsqu'il eut finit, le Prophète le félicita pour sa belle voix et l'assura qu'Allah lui avait donné un mizmar (une flûte) comme celle de Daoud (alayhi salam). Abou Moussa répondit: «O Messager d?Allah, si j'avais su que vous m'écoutiez, je l'aurais récité avec plus de mélodie et avec une plus belle voix, une voix que vous n'avez jamais entendu auparavant.»

Ibn Qayyim continue en disant que le Prophète a dit: «Décorez le Coran avec votre voix» et «Celui qui ne chante pas le Coran n'est pas des nôtres

Ibn Qayyim commente à la page 490:«Prendre plaisir à écouter une belle voix est acceptable, comme on prend plaisir à un beau paysage aux montagnes, à la nature, à une odeur agréable ou à un bon repas, aussi longtemps que cela est en conformité avec la Charica. Si écouter une belle voix est haram, de même prendre plaisir à toutes ces choses est aussi aram.»

Ibn Qayyim conclue à la page 498: Ecouter une belle voix célébrer l'anniversaire du Prophète ou célébrer n'importe quel autre jour important de notre histoire procure la paix et achemine au cœur de l'auditeur la lumière du Prophète , et il boira de la source de Mouhammad
(al-`ayn al-Mouammadiyya).


10. L'unanimité (ijma`) des oulama sur la permissibilité du Mawlid
:fleur!
 

Célébrer l'anniversaire du Prophète est un acte que tous les oulama du monde musulman ont accepté et continuent d'accepter. Cela signifie qu'Allah l'accepte, car selon le hadith de Ibn Mas`oud rapporté dans le Musnad de l'Imam Ahmad : "Tout ce que la majorité des Musulmans considère juste est vrai pour Allah, et tout ce que la majorité des Musulmans considère faux est faux pour Allah"

© As-Sunna Foundation of America

 

Lien source de l'article: Aslama.com
Revenir en haut
'Abd Al-Majid
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 29/12/2012 15:12:50    Sujet du message: Le Mawlid n'est pas une bid'a Répondre en citant
salaam
Pour les anglophones, sinon peut être que quelqu'un traduira



Dernière édition par 'Abd Al-Majid le 29/12/2012 16:38:03; édité 1 fois
Revenir en haut
Abida
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2007
Messages: 2 325
Sexe: Féminin
Localisation: France

MessagePosté le: 29/12/2012 15:30:54    Sujet du message: Le Mawlid n'est pas une bid'a Répondre en citant
:assalam!

Commémorer la naissance du Prophète


:petaleblanche:

Conseil de la fatwa de Dar Al Ifta' d'Egypte



 
Revenir en haut
Abida
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2007
Messages: 2 325
Sexe: Féminin
Localisation: France

MessagePosté le: 29/12/2012 15:35:56    Sujet du message: Le Mawlid n'est pas une bid'a Répondre en citant
:assalam!

La célébration du Mawlid an-Nabawi dans la charia

fleursbleu

Ministère des Habous et des Affaires Islamiques du Maroc




 
 
Revenir en haut
Abida
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2007
Messages: 2 325
Sexe: Féminin
Localisation: France

MessagePosté le: 29/12/2012 15:49:47    Sujet du message: Le Mawlid n'est pas une bid'a Répondre en citant
:assalam!

Célébrer l’anniversaire du Prophète et faire son éloge
  
  

  

  
:feuille:

  
Question

Est-ce que la célébration du mawlid (anniversaire du Prophète) et l’éloge du Prophète est une "bonne innovation" ou un acte blâmable ? En effet, des savants disent que c’est une bonne chose alors que d’autres affirment le contraire. Quelle est l’opinion correcte à ce sujet ?


Réponse de Sheikh Ahmad Ash-Sharabâsî


La naissance du Messager de Dieu, paix et bénédiction de Dieu sur lui, marqua par la Volonté de Dieu l’arrivée du Sceau des Prophètes et l’Imâm des Messagers - Muhammad, paix et bénédiction de Dieu sur lui. Nul doute que le rappel profite aux croyants. Nous avons besoin de nous souvenir de toute chose liée au Messager de Dieu, paix et bénédiction de Dieu sur lui, car il est le modèle par excellence pour tout musulman, conformément à la Parole de Dieu - Exalté Soit-Il : "En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle." [1]

Ainsi, il n’y a pas de mal à ce que les musulmans, aux quatres coins de la terre, profitent de cette occasion - la naissance du noble Prophète - pour étudier sa Sunnah, sa prédication, ses nobles manières, et pour approfondir leur compréhension de la religion et du Livre de leur Seigneur, pourvu que cela les pousse à multiplier les oeuvres pies et les efforts dans le bien.

Un savant et juriste dit : "Celui qui est le plus en droit de susciter par sa mémoire la joie des musulmans c’est Muhammad Ibn `Abd Allâh. Chaque jour de sa vie mérite de susciter joie et bonheur, mais les jours qui méritent le plus la joie des musulmans et la revivification de leur souvenir sont au nombre de trois.

Le premier jour, c’est le jour de sa naissance, le jour où poussa cet arbre bon et béni, le jour où se manifesta le soleil lumineux.

Le deuxième jour, c’est le jour où il reçut la mission prophétique, le jour où apparurent les premiers fruits de cet arbre bon et béni, le jour où commença la révélation du Coran comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement, le jour où la lumière du soleil commença à rayonner.

Le troisième jour c’est le jour de son Hégire, le jour où l’arbre béni porta ses fruits les meilleurs, le jour où le soleil rayonna dans tout l’univers. Les gens puisèrent leur subsistance dans ces fruits et suivirent cette lumière.

Ce que les musulmans ont de mieux à faire pour manifester leur joie lors de ces événements c’est de rappeler la grandeur de ce noble Messager. Ils doivent tirer les grandes moralités et leçons bénéfiques cristallisées dans ses nobles manières, ses actes et ses paroles.

Si nous étudions sa vie lorsqu’il était enfant ou jeune homme, ou en sa qualité d’époux, d’ami, ou de Messager, de Commandant, de juge ou de père, nous verrons qu’il est, sur tous les plans, un excellent modèle à suivre.

Nous devons donc comprendre que la célébration de la naissance du plus noble Messager, Muhammad, paix et bénédiction de Dieu sur lui, est une bonne habitude. Il n’y a aucun mal à ce que les musulmans lui accordent des soins et se réunissent à son occasion, à condition que leur célébration reste dans le cadre de ce que Dieu a légiféré et autorisé.

La célébration devrait se limiter à l’exposé de sa vie, la présentation de sa Sunnah et de sa prédication, par le biais de conférences, exhortations, discours et prêches, et par des réunions organisées dans les mosquées, les associations et les lieux de rassemblement pour écouter toute chose relative à l’Islam et au Messager de l’Islam, paix et bénédiction de Dieu sur lui. On peut aussi recourir aux journaux, magazines et autres supports des médias dans les pays musulmans pour parler de la vie du Prophète et du message islamique.

Si certains disent que la célébration de la naissance du Prophète est une innovation non louable, il est probable que cette opinion est motivée par les choses blâmables qui, parfois, accompagnent cette célébration. Sinon, s’il n’y a pas de transgression, il n’y a aucun mal à ce que des musulmans se réunissent pour écouter la vie du Prophète, ses principes et son éthique.

Quant à l’éloge du Prophète, paix et bénédiction de Dieu sur lui, par ce qui est digne de lui, cela est non seulement permis, mais c’est même un devoir de chaque musulman. En effet, Dieu - Exalté Soit-Il - dit : "Certes, Allah est Ses Anges prient sur le Prophète ; ô vous qui croyez priez sur lui et adressez lui vos salutations." [2] Notre prière sur le Messager inclut son éloge et la demande de l’élévation de son rang auprès de Dieu.

Dieu - Exalté Soit-Il - fit l’éloge de son Messager dans divers passages du Noble Coran : "Tu es certes doté d’excellentes manières" [3], "Nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour l’univers" [4], "Ô Messager ! Nous t’avons envoyé en tant que témoin, annonciateur de la bonne nouvelle et avertisseur, appelant à Allah, par Sa permission, et comme un flambeau éclairant" [5], et "Certes, un Messager choisi parmi vous, est venu à vous, auquel pèsent lourd les difficultés que vous subissez, qui est plein de sollicitude pour vous, qui est compatissant et miséricordieux envers les croyants" [6].

Que les musulmans, aux quatre coins de la terre, célèbrent la naissance du Messager de Dieu, paix et bénédiction de Dieu sur lui, par des prêches et des exhortations, en saisissant les leçons, et que leur célébration soit une clef de leur application de la Sunnah du Messager et le cheminement selon sa guidance.
  
P.-S.Traduit de l’arabe du livre de Sheikh Ahmad Ash-Sharabâsî, Yas’alûnaka fî Ad-Dîn Wal-Hayâh (Ils te questionnent sur la religion et sur la vie), v. 1, p. 462-464.

 
Notes
[1] Sourate 33, les Coalisés, Al-Ahzâb, verset 21.  
[2] Sourate 33, les Coalisés, Al-Ahzâb, verset 56.  
[3] Sourate 68, la Plume, Al-Qalam, verset 4.  
[4] Sourate 21, les Prophètes, Al-Ambiyâ’, verset 107.  
[5] Sourate 33, les Coalisés, Al-Ahzâb, versets 45 et 46.  
[6] Sourate 9, le Repentir, At-Tawbah, verset 128.  

  
Lien source: Islamophile.org  
Revenir en haut
Abida
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2007
Messages: 2 325
Sexe: Féminin
Localisation: France

MessagePosté le: 29/12/2012 16:21:01    Sujet du message: Le Mawlid n'est pas une bid'a Répondre en citant
:assalam!
   

   
Si tu n’aimes pas le mawlid...
 
:bouquetbleu:  

  
par Shaykh Hamza Yusuf

   

   

L’anniversaire du Prophète, « paix et bénédictions d’Allah sur lui », est une grande bénédiction pour notre communauté, en fait, pour tous les croyants. Donc si nous connaissons la valeur de ce jour, cela devrait nous procurer une immense joie. Le Mawlid  fut traditionnellement un moment pour réfléchir – et être reconnaissant envers – notre Prophète,  « paix et bénédictions d’Allah sur lui », ces miracles et les sacrifices qu’il a fait pour sa communauté.

La plupart de nos savants ont considéré la célébration du Mawlid comme une bonne pratique, en se basant sur le hadith authentique, « « Quiconque introduit dans l’Islam une pratique  louable (sunnah hasanah)  en retirera une double récompense : la première pour l’avoir introduite, la seconde constituée par la somme des récompenses acquises par ceux qui l’auront imité(fait) après lui sans que cela ne diminue en rien leur propre récompense. »

Ce hadith, ne contredit pas la narration de notre mère Aisha, « qu’Allah lui soit miséricordieux », ou  elle rapporte que le Messager d’Allah, « paix et bénédictions d’Allah sur lui », a dit, « Quiconque accomplit un acte ne faisant pas partie de notre religion, son acte est rejeté »

Le dernier hadith se réfère aux innovations blâmables qui ne font pas partis de l’Islam. Ibn Daqiq Al-Eid, un maître de la pensée universelle, de tradition Islamique, dit que ce hadith est fondamental et qu’il rejette n’importe quelle innovation dans la religion et explique ensuite plus loin,

Quant à ces actes qui sont enracinés dans la Sunnah, alors ce rejet ne s’applique pas à eux, comme par exemple, la reproduction du Coran [avec ses orthographes innovées] et les écoles juridiques diverses qui sont apparues suite aux études de nos savants mujtahid, capables de voir la relation entre les branches et les racines, qui sont ce que le Messager, « paix et bénédictions d’Allah sur lui », a transmis;  à ne pas inclure aussi [dans cette interdiction] les livres postérieurs de grammaire, d’arithmétique, des lois de succession et d’autres sciences dont leurs sources sont les mots du Messager d’Allah, « paix et bénédictions d’Allah sur lui ». Rien de tout cela ne s’applique à ce hadith.

La célébration du Mawlid, comme celle des grands savants, tel que l’imam Al-Suyuti, n’a t’elle pas été  puisés dans la sounna afin qu’ils expriment leur amour envers le Messager, « paix et bénédictions d’Allah sur lui » ?   
Leur amour pour le Prophète « paix et bénédictions d’Allah sur lui »  fait parti de la Sunnah, comme illustre ce hadith dans lequel Omar, « qu’Allah soit satisfait de lui », lui exprime aussi son amour, « Ô Messager d’Allah ! Je jure que tu es la personne que j’aime plus que tout, à part ma propre personne. » Le Prophète « paix et bénédictions d’Allah sur lui »   rétorqua : « Non Omar ! Je jure par celui qui détient mon âme dans sa main, il est indispensable que tu m’aimes plus que ta propre personne.» 

C’est alors qu’Omar répondit : « Par Allah, tu es certes, ô Messager d’Allah, la personne que j’aime plus que ma propre personne. » Le Prophète « paix et bénédictions d’Allah sur lui »   dit alors : « Ô Omar ! Maintenant, oui. » Rapporté par Boukhâry
  
C’est à ce moment, que la foi d’Omar fut complétée – lorsque son amour mûri, est passa de l’amour naturel vers l’amour inconditionnel. L’amour naturel est celui qu’un enfant ressent pour ces parents ou l’amour d’un étudiant ressentit pour un professeur. Ceci émane d’une simple vérité, comme nous dit le Prophète, « paix et bénédictions d’Allah sur lui »   : « les cœurs aime ceux qui leur font du bien. » 

Autrement dit, l’amour naturel est inné dans le cœur humain – l’amour y réside tout simplement. D’autre part, l’amour inconditionnel, a un degré plus haut; c’est l’amour perçu après la contemplation profonde du bien-aimé « paix et bénédictions d’Allah sur lui » et avoir conscience que cet amour est parfait, comme dans notre relation avec Dieu, ou après avoir réalisé que nous avons une immense dette envers le bien-aimé, Prophète, « paix et bénédictions d’Allah sur lui ». L’amour inconditionnel est une question de choix et d’introspection. 


Omar s’est rendu compte que sa propre âme qu’il aimée tant, ne valait rien, sans la bénédiction du Messager d’Allah, « paix et bénédictions d’Allah sur lui ». C’est à ce moment la que son amour inconditionnel est né; Il prit alors le dessus sur l’amour naturel, celui que tout le monde ressent instinctivement, sans avoir besoin de réfléchir ou de méditer.
  
La célébration de son anniversaire, « paix et bénédictions d’Allah sur lui », est une question d’amour inconditionnel, et nous savons tous qu’il est de notre devoir, d’honorer, de se rappeler et de prier sur le Prophète « paix et bénédictions d’Allah sur lui »,  qui est un acte servant au rappel d’Allah (Dhikr). Tout ce qui nous aide à le faire n’est pas une innovation, mais une bonne chose. Ibn Lubb et d’autres ont défini l’innovation comme « tout acte qui supprime une sunnah. » En encourageant la communauté des croyants à se remémorer du Prophète, « paix et bénédictions d’Allah sur lui »,  le 12ème jour du mois de Rabi’a Al-Awwal, le jour de sa naissance, n’est pas acte détruisant la Sunnah qu’il nous a apporté.

De plus, le jour lui-même est propice – car ce fut aussi  le jour de l’arrivée du Prophète à Médine après sa migration (hijrah). Ce fut aussi le jour de sa mort. Ce ne sont pas des coïncidences. Alors laissez les amoureux aimer dans la paix. Le Mawlid est considéré comme un jour férié dans chaque pays musulman dans le monde à l’exception d’un seul. Pour cette fois, pouvez-vous lire la sirah (biographie du Prophète) et méditer sur les bénédictions de sa naissance ?  
Pour conclure, j’aimerais partager avec vous ce poème écrit par l’un de mes savants favoris, Ibn Juzayy al-Kalbi, qui mourut en martyr en défendant l’empire musulman dans la bataille de Tarifah:  

  
:coeurs::

  
J’ai désiré louer l’élu « paix et bénédictions d’Allah sur lui » mais je fus gêné  
  
Par ma propre incapacité à saisir la grandeur de sa gloire.  
  
Comment puis-je mesurer un océan, quand l’océan est si énorme ?  
  
Et comment puis-je compter toutes les pierres et toutes  les étoiles ?  
  
Si tous mes membres devenaient des langues, -  
  
Même avec ça je ne pourrais le louer comme je le désire.  
  
Et si toutes les créations étaient réunies pour une tentative  
  
Pour le louer, alors elles seraient limitées pour atteindre son dû.  
  
J’ai cessé d’essayer – frappé par la terreur, m’accrochant à la courtoisie,  
  
Tempéré par la timidité, glorifiant son rang le plus exalté.  

  
:coeurs::

Lien source: Darralhikma.com  
  
Les membres suivants remercient Abida pour ce message :
(29/12/12)
Revenir en haut
Abida
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2007
Messages: 2 325
Sexe: Féminin
Localisation: France

MessagePosté le: 29/12/2012 16:51:00    Sujet du message: Le Mawlid n'est pas une bid'a Répondre en citant




Shaykh Mohammed Sa'id Ramadhan al-Bouti

à propos du Mawlid an-Nabawi
Recopié par l'équipe souboul-assakina.bbfr.net
à partir de son livre : "L'Islam, refuge de l'humanité"



 



" (...) Avant tout la commémoration de la naissance du prophète ‘alayhi salatu wassalam et des événements similaires, ne peut être qualifié d’innovation blâmable. Parce que nul participant à ces fêtes ne croit qu’il s’agit d’éléments intrinsèques à la religion ou de fondements de celle-ci, de sorte que ceux qui les négligeraient en porteraient une responsabilité. Il s’agit donc seulement d’activités sociales susceptibles d’être bénéfique à la religion. Mais si les gens pensaient qu’elles font partie de la religion, elles seraient alors, pour cette raison, assimilables à des innovations blâmables.

Puis de tels événements ne peuvent pas non plus être considérés comme des usages condamnables, si l’on veille, en les mettant en œuvre, qu’ils n’ouvrent pas la porte à de graves déviances et qu’ils sont débarrassés de tout ce qui pourrait entrainer des suites néfastes compromettant ou corrompant les bienfaits escomptés.

Si nous voyons quelqu’un mêler ces activités à des éléments qui leurs sont nuisibles, il convient de mettre en cause ces éléments, non l’activité en elle-même. Sans quoi, on pourrait mentionner beaucoup d’actes légitimes et prescrits que les gens accomplissent de façon malséante, au point qu’elles produisent l’inverse des effets escomptés. Cela justifie t-il pour autant que l’on dénonce le fait de les pratiquer ?

Certes les réunions qui se tiennent pour raconter aux gens l’histoire de la naissance bénie de l’Envoyé de Dieu ‘alayhi salatu wassalam, sont un fait apparu après l’époque prophétique, ils ne sont même apparus qu’au début du sixième siècle de l’hégire. Mais cela justifie t-il de les qualifier d’innovation blâmable et de les associer à ce qu’a dit l’Elu à ce sujet : « Quiconque apporte une nouveauté à notre affaire la verra rejetée ? » S’il en est ainsi, que les gens épurent leurs vies de tout ce qui est apparut après son époque, s’ils le peuvent, car tout cela n’est qu’innovation !

Je suis étonné de voir ces gens qui vaguent d’une conférence islamique à l’autre et qui y prennent place soit en tant que chercheurs intervenants ou en tant qu’organisateurs, sans se rappeler que cela est également une innovation (selon le sens qu’ils lui donnent) et qu’il n’y a absolument aucune différence entre celle-ci et la commémoration de la naissance du Prophète ‘alayhi salatu wassalam par les musulmans. Si ce n’est que des fortunes colossales et sans bénéfices sont dépensées pour certaines de ces conférences et que parfois s’y répandent des choses qui déplaisent au Seigneur.

Cependant que la réunion de petits groupes de musulmans dans leurs demeures ou dans les mosquées pour fêter la naissance du Prophète ou l’hégire n’engage pas de tels frais.

Pourtant, à peine ces gens à qui je fais référence entendent-ils parler de la commémoration de la naissance bénie ou d’une autre commémoration de ce type, qu’ils ne se mettent à fulminer et à vociférer, puis à qualifier ces réunions d’égarements et d’innovation blâmable. Mais je ne sais : si on intégrait ces fêtes à des conférences auxquelles seraient conviés des gens des quatre coins du monde, et que l’on dépensait pour cela des sommes exorbitantes, cela élèverait-il ces activités du rang d’innovations insidieuses au rang d’œuvre méritoire ?

Il va sans dire que je ne condamne aucune des ces nouveautés dans leurs diversités, mais je ne les prône pas non plus pour elle-même. Car on mesure que les choses sont recevables ou non recevables à la lumière des conséquences qui en résultent : elles sont comme l’eau qui prend la teinte du récipient dans lequel elle se trouve. Et les préceptes du code islamique ne s’appliquent à l’ensemble des faits et des habitudes que forgent les gens, qu’en se fondant sur cette règle dont la validité ne fait pas l’ombre d’un doute (...)".
 

Lien source: Souboul-Assakina.bbfr.net
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 24/09/2018 03:35:35    Sujet du message: Le Mawlid n'est pas une bid'a
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Islam Sunnite Index du Forum -> Science de la religion (Verrouillé) -> Avis des Savants - Fatwa Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Bienvenue sur le Forum Muslim