Forumuslim : Le Forum Musulman pour le muslim



Recherche Avancée


 Message du Forum 
Le Guide des meilleurs restos Halal



=>>Aider ACDLP à s'agrandir avec vos dons<<=

Afficher votre pub ici ?
   
  
               
           
   
Le soufisme ? Témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites.


 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Islam Sunnite Index du Forum -> Forum Membres -> Histoires et Rappel de l'Islam
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Rashid
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2012
Messages: 2 657
Sexe: Masculin
Localisation: Erbil, Irak-Kurdistan

MessagePosté le: 31/03/2015 20:05:31    Sujet du message: Le soufisme ? Témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites. Répondre en citant
salâmou^alaykoum wa rahmatoulahi barakatouh


On cite ici quelques témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites, ainsi que les témoignages de l'Imâm Al-ghazâlî et de l'Imâm Ibn Taymiyya, à propos du soufisme.

L'Imâm Abû Hanîfa (85-150 H.) a dit : 'Si il n'y a avait pas eu ces deux ans, j'aurais péri. (…) Pendant deux ans, j'ai été le compagnon de Sayyidina Ja‘far as-Sâdiq et j'ai acquis la science spirituelle qui a fait de moi un Connaissant ('ârif) de la Voie.' [1]

L'Imâm Mâlik Ibn Anas (95-179 H.) a dit : 'Celui qui étudie la jurisprudence (tafaqaha) et n'étudie pas le soufisme (tasawwuf) est un pervers (fâsiq); et celui qui étudie le soufisme et n'étudie pas la jurisprudence est un hérétique (zindîq); celui qui allie les deux, atteint la vérité ou est le parfait réalisé (tahaqqaqa).' [2]

L'Imâm Shâfi‘î (150-205 H.) a dit : « J'ai fréquenté des soufis et j'ai tiré profit de ce (compagnonnage) à travers trois de leurs paroles :
Le temps est comme une épée, si tu ne le coupe pas, il te coupe.
Si tu n'occupes pas ton âme avec la vérité, elle t'occupe avec l'erreur (ce qui est vain).
Le manque de protection (une totale indigence ou pauvreté). »
Il a dit aussi :
« j'ai aimé trois choses de votre religion : le fait de ne pas imposer ce qui est (trop) difficile, que les gens se réunissent dans la douceur, (l'amabilité), la suivance (l'imitation) de la voie des gens de “ tassawwuf ”»[3].

L'Imâm Ahmad Ibn Hanbal (164-241 H.), avant la compagnie des soufis a dit à son fils : “ Oh! Mon fils, sois avec ceux qui étudient le Hadîth, et loin des assemblées de ceux qui se nomment soufis. Car parmi eux, certains ignorent les principes de la religion. Alors, il fut le compagnon de Hamza Al-Baghdâdî, le soufi; et il connut les états spirituels des initiés et il dit à son fils : “ Sois dans les assemblées de ceux qui sont soufis, (al qawm), car par leur fréquentation la science, la vigilance intérieure (al-murâqabah), l'humilité (al-khashiyah), le renoncement (az- zuhd), et l'aspiration spirituelle augmentent.
On a rapporté que l'Imâm Ahmad Ibn Hanbal a dit des soufis : “ Ne sais-tu pas que parmi les groupes, le meilleur est le-leur ?
On a dit : mais, ils font le samâ‘ (chants spirituels) et connaissent l'extase (al-wajd, al-jadhb), il a dit : “ Ils appellent à se réjouir en Allah... ” [4]

L'Imâm Al-Ghazâlî (450-505 H.) a dit : 'J'ai su avec certitude que les Soufis sont ceux qui cheminent sur la Voie d'Allah, que leur conduite est la plus parfaite, que leur voie est la plus sûre et la plus droite, et que leur caractère est le plus pur. Je dirais plus, même si l'on additionne l'intelligence des hommes, la sagesse de sages et la science des savants avertis des secrets de la loi religieuse pour pouvoir réformer la conduite des Soufis, ou même l'améliorer, on n'y arriverait pas. Car tout dans leur mouvement ou leur immobilité, extérieurement et intérieurement, est puisé dans la lumière de la Niche (Mishkât) de la Prophétie' [5]

L'Imâm Ibn-Taymiyya (661-728 H.) a dit :

'…certains ont critiqué les Soufis et le Soufisme en disant qu'ils étaient des innovateurs, en dehors de la Sunna, mais la vérité est qu'ils s'efforcent d'obéir à Allah (…) Parmi eux on trouve les personnes les plus proches [d'Allah] grâce à leurs efforts (actes) '[6]
'les prodiges des saints sont absolument vrais et corrects et reconnus par tous les savants musulmans. Le Coran l'a indiqué en différentes places et les Hadîth du Prophète (paix et salut sur lui) l'ont mentionné et celui qui nie les prodiges des saints, est innovateur ou disciple d'innovateurs.' [7]
'Allah Tout-puissant dévoilera à Ses saints des états qui n'ont jamais été dévoilé auparavant et Il leur donnera l'appui sans mesure. Si ce saint commence à parler des choses de l'invisible, passées ou présentes ou futures, cela est considéré comme Bâb Al-‘Ilm Al-khâriq, la connaissance extraordinaire. Tout ce qu'un saint fait qui est de l'extraordinaire, pour les gens ou pour des auditeurs, de guérison ou de connaissance d'enseignement, est accepté et nous devons remercier Allah pour cela.'[8]
'Les grands sheikhs Soufis sont bien connus et acceptés, tels que : Bayazîd Al-Bistâmi, sheikh Abdul Qâdir Jilâni, Junayd ibn Muhammad, Hasan Fudayl Al-Basrî, Ibn Al-Ayyâd, Ibrahim Ibn Al-Adham, Abî Suleymân ad-Dâranî, Ma‘rûf Al-Karkhî, Siri as-Saqtî, sheikh Hammâd, sheikh Abul Bayân. (…) Ces grands Soufis étaient les leaders de l'humanité et ils appelaient à ce qui était juste et interdisaient ce que Dieu avait interdit de mauvais.'[9]
'J'ai porté le manteau soufi (khirqa) d'un certain nombre de sheikhs soufis, appartenant à des Turuq (voies, confréries) diverses, parmi eux Abdel Qâdir Al-Jîlâni, dont la Tariqa est la plus grande de celles bien connues, que la miséricorde d'Allah soit sur lui.'[10]
'Il est dit qu'après le Sceau des Prophètes (paix et salut sur lui), la révélation ne descend pas sur un autre. Pourquoi pas ? En fait elle descend, mais alors ce n'est pas appelé 'la révélation' (mais une inspiration : Ilhâm). C'est ce que le Prophète (paix et salut sur lui) a mentionné quand il a dit, ' le croyant voit avec la Lumière de Dieu. ' Quand le croyant regarde avec la Lumière de Dieu, il voit toutes les choses : le premier et le dernier, le présent et l'absent. Comment une chose peut-être cachée de la Lumière de Dieu ?... Donc la signification de la révélation existe, même si elle n'est pas appelée révélation. (…) ce qui est considéré comme un prodige pour un saint est que parfois le saint pourrait entendre quelque chose que les autres n'entendent pas ou voir quelque chose que les autres ne voient pas, pas lorsqu'il est endormi, mais dans un état réveillé de vision (mushâhada). Il peut connaître des choses que d'autres ne peuvent pas connaître, par le biais de l'inspiration.'[11]

Notes de bas de page et références:

[1] Phrase tirée de Durr al-Mukhtâr.

[2] Phrase rapportée par le spécialiste du hadîth Ahmad Zarrûq, par le spécialiste du hadîth 'Ali ibn Ahmad al-'Adawî dans le tome 2 de ses œuvres, par al-Hâfiz `Ali al-Qari al-Harawi et d'autres.

[3] Phrase citée par 'Ijluni dans son Kashf al-Khafâ, vol. 1, p. 341.

[4] Phrase citée dans le Tanwir al-Qulûb.

[5] Passage tiré de Al-Munqid min Azalâl, traduit en français sous le titre Erreur et Délivrance.

[6] Passage extrait de Majmu'a Fatawa Ibn Taymiyya al-Kubra, volume 11.

[7] Passage extrait de Mukhtasar al-Fatawa al-Masriyya.

[8] Passage extrait de Majmu'a Fatawa Ibn Taymiyya al-Kubra, volume 11.

[9] Passage extrait de Majmu'a Fatawa Ibn Taymiyya al-Kubra, volume 10.

[10] Passage cité à partir de al-Mas'ala at-Tabraziyya, transmise par Jamal ad-Din al-Talyani dans son Targhib al-Mutahâbbin fi labs Khirqat al-Mutammayyizîn.

[11] .Passages cités dans Majmu'a Fatawa Ibn Taymiyya al-Kubra.

Source : http://www.doctrine-malikite.fr/forum/Le-soufisme-entre-les-quatre-doctrines-Al-ghazali-et-Ibn-taymiyya_m44261.html



Les fruits d'un grand saint de l'islam : Abdel Qadir al-Jilani, rahimulLah.

« Le mensonge exclut la foi », disait notre prophète (salallahu’ alayhi wa salam) : « Il est son contraire ».

En effet, en vertu de cette loi que deux choses opposées ne peuvent trouver place ensemble, le mensonge, lui aussi, ne peut exister dans le cœur du croyant ; de même la foi ne peut avoir de place dans le cœur d’un homme qui s’adonne au mensonge.

Or, en ce qui vous concerne, je ne vois pas que vous agissiez selon vos dires. La plupart du temps, ce que vous conseillez aux autres vous ne le pratiquez pas vous-mêmes. Quand donc accorderez-vous vos actes et vos paroles ? Quelles preuves autres que vos actes comptez-vous fournir, pour attester ce à quoi vous croyez, ce à quoi vous prétendez ?

Sur ce point, le Coran dit ceci : « Dieu hait ceux dont les actes démentent les paroles » (Coran 61, 3)


En vérité ! Si vous étiez fermement convaincus, que tous vous ferez retour à Dieu, alors tout naturellement, vous eussiez donné des preuves de votre droiture, dans toutes vos paroles et dans tous vos actes : continuellement, vous eussiez travaillé à de bonnes œuvres.

Méditant sur cet avertissement, vous vous efforcerez d’embellir vos œuvres, et de les vivifier par la sincérité, en vous dégageant de l’hypocrisie et du mensonge, de la médisance et de la calomnie, ainsi que du faux témoignage. Ce faisant, votre foi se trouvera fortifiée, et le mensonge vous deviendra impossible. Prêtez attention à tout ceci, afin que vous ne déviiez pas du droit chemin.

Car celui qui suit ses propres suggestions risque de s’égarer. Si vous supposez ne pas avoir besoin des conseils des savants, alors c’est que vous prétendez posséder le savoir. Dans ce cas, démontrez-le par la pratique. Les preuves qui étayaient vos prétentions où sont-elles ? Si vous gardez en réserve ces éclatants témoignages de votre vertueuse conduite, lorsqu’une épreuve vous atteindra, ferez-vous alors montre de patience ? Conserverez-vous votre sérénité ? N’irez-vous pas auprès de chacun vous répandre en lamentations et gémir ?

O peuple ! repens toi de tes péchés passés : O insensé prétentieux ! Ne revendiquez-vous pas pour vous-mêmes : l’amour de Dieu ! S’il en est ainsi : repentez-vous des affections et des attachements que vous concevez les uns pour les autres ! Car, en vérité, toute affection profonde, pour un autre que pour le seigneur notre Créateur et Dieu, est un péché ! Elle est même un très grand péché, en se plaçant au point de vue des degrés initiatiques !

O prétentieux ! Apprenez tout cela de moi ! Car j’ai parcouru toutes les étapes, de la première à la dernière. Des signes indiscutables me signalent ceux qui sont véridiques et sincères, et ceux qui affichent faussement ces sentiments. Oui, croyez-le, vos secrets sont exposés à mes regards.

On relate que Jésus (qu’Allah le salue) prêchait l’ascétisme, l’abstention et la mortification à ses disciples. Il leur disait : « Qui voyez-vous édifier et construire sur les vagues de la mer » ?
Combien profonde et grande est cette parole de Jésus ! Comparant le monde aux vagues de la mer, il a voulu faire entendre ainsi, que le monde n’est pas plus solide et ferme comme base, pour édifier un œuvre durable, que le liquide et mouvant océan et que, sur lui, il ne faut pas construire l’édifice de notre vie.

En vérité, vos longs projets, et vos imposantes demeures, ne sont pas plus solidement établis que sur les vagues de la mer. Le monde est un mirage ; chaque minute qui passe le modifie ou le détruit ; l’ange de la mort ou de la dissolution crie constamment : « enfantez et produisez pour la mort ! Construisez pour la destruction ! » De même que les vagues sont inconsistantes et fugitives, les affaires et les circonstances de ce monde sont changeantes et capricieuses. Ces vicissitudes sont visibles jusqu’à l’évidence !

O mes fils ! Vos fautes et vos crimes vous enveloppent et vous encerclent, comme les bûches autour du bûcher, où ils vous ont emprisonnés. Les passions de la bête humaine et satan attisent avec un farouche entrain le feu latent dont ce bois est porteur. Lorsque vous commettez un acte mauvais, ce bois s’enflamme, mais une bonne œuvre vient étouffer ce foyer. Eteignez donc ce foyer tout entier, afin qu’un jour vous ne risquiez pas d’être consumés par lui ! Que vos bonnes actions, non plus, ne vous illusionnent pas. En ce qui concerne chaque chose et chaque acte c’est la fin qu’il faut considérer. Pensez à votre fin et soyez sincères : repentez-vous. Chaque repentance efface les fautes du registre de vos actions ; repentez-vous et retournez à dieu, priez-Le qu’Il accepte votre repentir. Gloire à Dieu qui couvre nos fautes : O Seigneur ! couvre nous du voile de Ton pardon ! Accorde-nous la droiture et délivre-nous du mensonge !

O mon peuple ! La droiture mène l’homme au paradis ; le mensonge le guide vers l’enfer. Mohammed disait ceci : « Les bienheureux respireront les parfums délicieux du paradis à la distance de cinq cents années ; quant à ceux qui sont fiers de leurs bonnes actions, de leurs bonnes œuvres, de leurs travaux et en tirent vanité, ils ne respireront jais ces délicates senteurs, ces divins parfums ! Ceux qui s’enorgueillissent de leurs pratiques et pensent placer ainsi Dieu dans cette obligation, et tous ceux qui sont hypocrites, n’auront pas de part à cette faveur.

O peuple ! Vous voulez des récompenses obtenues sans efforts et sans peines ; sans accomplir aucune belle action, et sans avoir eu à persévérer dans le bien ? Les compagnons du prophète n’obtinrent cependant le rang si élevé qu’ils occupent aujourd’hui, qu’après de longs efforts et près avoir souffert de grandes peines.

L’été, en plein soleil, ils faisaient leurs prières et leurs prosternations sur un sol et des pierres si brûlantes que la peau de leur front et de leur visage se détachait toute brûlée. En hiver, avec leurs vêtements, détrempés par les pluies, ils supportaient les odeurs des misérables loques qui les vêtaient, faites de peaux mal tannées, qui se décomposaient sur leurs corps. La plupart du temps, la faim et la soif leur tenaillaient les entrailles. Ce pendant, ils persévérèrent, et souffrirent tous ces maux patiemment, et bien d’autres encore. C’est par de telles vertus qu’ils méritèrent ce titre glorieux de « compagnons » Telles étaient les choses dans le passé
« O Seigneur ! accordez-nous la patience dans toutes les circonstances ».

Sermon du mardi 18 Djumad II de l’an 545 de l’Hégire

Source : « Un grand saint de l’Islam – ‘Abd al-Kâdir Guilânî » pp 135-139, Geuthner Editions

Pour ceux qui ne connaissent pas ou peu l’éminent savant et maître Muhyi ad-dîn 'Abd al-Qâdir al-Jîlânî auteur du texte (traduit) ci-dessus, on a choisi pour vous cette biographie- qui malgré sa richesse-reste insuffisante pour décrire et donner la vraie image de ce grand maître:

Source : http://membres.lycos.fr/jilani/ (entre autre)

Shaykh Muhyi ad-dîn 'Abd al-Qâdir al-Jîlânî (1077 A.D./472 H. - 1166 A.D./561 H.).
Il est Abû Muhammad 'Abd al-Qâdir al-Jîlânî Ibn Mûsâ Ibn 'Abdellah Ibn Yahyâ Az-zâhid Ibn Muhammad Ibn Dâwud Ibn Mûsâ Ibn 'Abdellah Ibn Mûsâ Al-joun Ibn 'Abdellah al-kâmil Ibn Al-hasan Al-muthannâ Ibn Al-hasan As-sibt fils de 'Alî et Fâtima Az-zahrâ fille du Prophète (paix et salut sur lui).
Il fut le phare de son époque dans les sciences spirituelles et les disciplines relatives à la Loi divine(Sharî’a). Sa réputation fut telle dans les sciences du soufisme et de la sharî`a qu’il finit par être connu comme le pôle de son temps, al-ghawth al-a`zam.
Il est né dans la cité de Jîlân, dans la province nord-est de la Perse, en l’an 1077 A.D.
A l’âge de dix-huit ans, il partit pour Bagdad à la poursuite de la connaissance et de la guidance divines.

Il fut le contemporain d’Ibn Taymiyya (ce dernier fut d'ailleurs l’un de ses disciples), et il vécut aussi la grande épreuve de l’invasion mongole de Bagdad.

Ses premiers maîtres en Loi divine furent le shaykh Abul Wafa ibn Aqil, le shaykh Muhammad ibn al-Hasan al-Baqlani et Abû Zakariyâ’ Tabrizî. A l’ombre de ces trois grands, il apprit la science de l’exégèse du Coran, la science des traditions, la science de la vie du Prophète (sîrah), la théologie, la jurisprudence (fiqh), la grammaire, la récitation du Coran et la philologie. Il étudia l’école de jurisprudence hanbalite, mais il était aussi capable de donner des décisions dans l’école chaféite. Il connaissait le Coran par coeur, non pas sous une seule forme, mais dans les sept méthodes de récitation.

Après avoir acquis la maîtrise de treize disciplines relatives à la loi religieuse et des sciences annexes, il se tourna alors vers la voie spirituelle sous la guidance du shaykh Hammâd ibn Muslim ad-Dabbâs. Il reçut l’initiation dans la voie des chercheurs du shaykh al-Mubarak Sa`id ibn al-Hasan. Le shaykh al-Mubarak Sa`id fut le shaykh de la plupart des plus grands chercheurs et maîtres de son temps à Bagdad.

Shaykh `Abd al-Qâdir al-Jîlânî reçut l’ijaza et la direction de la tarîqa à l’âge de cinquante ans, de son shaykh, Shaykh al-Mubarak Sa`id. Peu de temps après avoir reçu le titre officiel de shaykh at-tarîqa, on le reconnaissait dans la cité et ses environs comme un grand maître, et comme la source à laquelle tous les cœurs habités d’un désir ardent devaient se tourner pour trouver la guidance et l’illumination propres à diriger les cœurs sur la voie de l’amour divin et de l’inspiration divine. Sayyidina `Abd al-Qâdir raconte : ' Au commencement, seules quelques personnes fréquentaient mon groupe. Quand de plus en plus de gens eurent entendu parler de moi, l’école devint surpeuplée. Je pris alors l’habitude de m’installer dans la mosquée de Bab al-Hilba, qui finit par être trop petite pour accueillir le grand nombre de gens qui venaient m’écouter. Ils venaient même au milieu de la nuit, portant des lampes et des bougies pour voir. Finalement le lieu ne put contenir les foules, et on transporta la chaise d’où j’enseignais sur une voie de circulation, puis dans les faubourgs de la ville, dans un endroit qui devint le nouveau lieu de rassemblement. Les gens y venaient à pied, à cheval, à dos de mule, d’âne ou de chameau. On put voir jusqu’à soixante-dix mille auditeurs assistant à ces rassemblements. '

Dans ces rassemblements, il enjoignait aux gens de faire le bien, et il les dissuadait de commettre le mal. Son conseil s’adressait aux gouvernants, aux ministres, aux gouverneurs, aux juges, à ses disciples et aux gens ordinaires. Selon Ibn Kathîr, le grand historien, ' il se tenait debout dans les mosquées, il réprimandait publiquement les gouvernants qui commettaient le mal. Il le faisait en présence de tous, qui pouvaient ainsi en témoigner, dans des interventions publiques. Il évitait toutes les formes de conciliabule politique, et ne craignait personne quand il parlait, sinon Dieu Tout Puissant. Aucun reproche ne l’affectait. '

Un jour, comme le calife du monde islamique venait de nommer une personne injuste comme juge en chef, `Abd al-Qâdir al-Jîlânî se leva, dans la plus grande mosquée de Bagdad, pour prononcer le sermon du vendredi. Il s’y adressa directement au calife. Il dit : ' Tu as désigné le pire des injustes pour juger des affaires des musulmans ! Que répondras-tu demain au Seigneur des mondes, au Plus Miséricordieux des miséricordieux ? ' Entendant cela, le calife trembla de peur. Versant des larmes abondantes, il se hâta, après la prière, de démettre ce juge.

`Abd al-Qâdir appelait les gens à se corriger eux-mêmes, à purifier leur cœur et à chasser de leur cœur l’amour excessif de la vie terrestre. Il les pressait de remplir leur cœur de l’amour de Dieu et de Son Messager et de ses saints. Il les exhortait à suivre le Prophète dans chacun de leurs actes et chacune de leurs pensées, en tout comportement et en toute attitude, il les exhortait à éviter l’hypocrisie et les feintes, à chasser de leur cœur l’orgueil, l’auto-satisfaction, la haine et l’hostilité, la jalousie, la tyrannie, la tromperie et la rancœur. Il appelait les gens à briser leurs attachements à ce monde et à ceux qui en sont les esclaves, et de se tourner de tout leur cœur vers Celui qui nourrit, Dieu Tout Puissant, cherchant Sa satisfaction, Sa guidance, Sa miséricorde et Son pardon.

Il ouvrait la porte aux gens pour qu’ils renouvellent leur pacte avec leur Seigneur. Musulmans comme non musulmans, ils venaient en masse l’écouter, se repentir de leurs mauvaises actions et l’accepter comme chef et guide sur la voie qui mène à Dieu, acceptant de n’associer personne à Dieu, que ce soit ouvertement ou de façon subtile, de louer Dieu et de Le remercier pour Ses faveurs bienveillantes, de suivre la voie des prédécesseurs vertueux dans la religion et la guidance droite, d’éviter toute déviation et schisme en religion, d’unifier leurs cœurs et de les réunir comme au creux d’une main, dans l’amour de Dieu, de Ses prophètes et de Ses saints. Ils détournaient leur cœur de l’amour de la vie de ce monde et le dirigeaient vers l’amour de l’au-delà, ils le détournaient des plaisirs des sens et de la recherche de la fortune et du pouvoir et le dirigeaient vers l’amour de Dieu et l’acceptation de Ses ordres et de Ses interdits.

Dans une de ses causeries, dont on dit qu’y assistaient plus de quatre cents scribes, il dit : ' Les murs de la religion sont tombés et leurs fondations ont craqué. Rassemblons-nous, ô gens de la terre, et reconstruisons ce qui est en ruine, rétablissons ce qui est tombé ! C’est inacceptable. Ô soleil ! Ô lune ! Ô jour ! Venez tous ! Ô gens, la religion implore aide et assistance, tenant ses mains au-dessus de sa tête en signe de détresse, une détresse due aux débauchés, aux insolents, aux innovateurs, à ceux qui pervertissent la loi divine, aux gens insouciants, aux injustes et aux tyranniques, à ceux qui falsifient la connaissance divine et pourtant la revendiquent, alors qu’en fait elle n’est pas entre leurs mains. '
Ô hommes ! Que vos cœurs sont devenus durs ! Même un chien sert son maître. Il le garde, l’accompagne dans ses marches, chasse pour lui, garde ses troupeaux et veille sur lui avec loyauté dans l’espoir que son maître lui accordera quelques bouchées de son repas ou les lui mettra de côté pour plus tard. Réfléchissez-y et comparez à la façon dont vous vous rendez obèses par les bontés de Dieu, la façon dont vous satisfaites grâce à elles vos désirs vils, sans même obéir à Ses commandements ni éviter ce qu’Il a interdit ! Vous ne Lui payez pas ce que vous Lui devez, vous négligez Ses ordres et vous n’observez pas les limites de ce qu’Il vous a ordonné. '


Ses enseignements

Bien qu’il fut éminent parmi les grands saints – et c’est la raison pour laquelle on le surnomma al-ghawth al-a`zam ou le soutien parfait –,`Abd al-Qâdir al-Jîlânî est aussi un juriste hors pair de l’école hanbalite. On a signalé ses liens avec l’école chaféite et avec l’imâm Abû Hanîfa. Il fut le disciple de saints prestigieux, comme Abû al-Khayr Hammâd ibn Muslim ad-Dabbâs (mort en 525 H.) et Kwaja Abû Yûsuf al-Hamadhâni (mort en 535 H.), second, après Abû al-Hasan al-Kharaqâni (qui fut le shaykh de al-Harawi al-Ansâri dans la chaîne d’autorité primitive de le naqshbandiyya.

Les œuvres les plus réputées du shaykh `Abd al-Qâdir sont les suivantes :

• al-ghunya li tâlibi tarîqa l-haqq (Provisions suffisantes pour ceux qui cherchent la voie de la vérité) est une des présentations les plus concises qu’on ait jamais écrite de l’école juridique de l’imâm Ibn Hanbal, comprenant les enseignements solides des ahl as-sunna sur la `aqida et le tasawwuf.

• al-fath ar-rabbani (Les ouvertures seigneuriales), recueil de sermons destinés aux élèves et aux maîtres de la voie soufie et à tous ceux qu’attire la perfection. Fidèle à son titre, ce livre procure à son lecteur un profit et un gain spirituel immenses (traduit en français). • futuh al-ghayb (Ouvertures sur l’invisible), autre recueil de sermons plus avancés que les précédents, et comme eux d’une valeur inestimable.

• sirr al-asrâr (Secret des secrets), court traité de pratique soufie que le shaykh `Abd al-Qâdir rédigea à l’intention de ses disciples (traduit en français).


Étant donné son statut dans l’école hanbalite, `Abd al-Qâdir jouissait d’un grand respect auprès de Ibn Taymiyya, au point qu’il fut le seul auquel ce dernier accorda le titre de ' notre shaykh ' (shaykhuna) dans toute sa fatawa, alors qu’il réserva l’appellation ' mon imâm ' (imâmuna) à Ahmad ibn Hanbal. Il mentionnait fréquemment Jîlânî et son shaykh ad-Dabbâs comme les meilleurs exemples de soufis récents.

Les prodiges du shaykh `Abd al-Qâdir sont trop nombreux pour qu’on puise les compter. L’un de ces prodiges a consisté à faire don de la guidance, qui se manifeste dans ses paroles, par lesquelles des milliers de gens entrèrent dans l’islâm et se repentirent. Al-Shattanawfi cite, dans bahjat al-asrâr, de nombreux prodiges en mentionnant chaque fois la chaîne de transmission. Ibn Taymiyya utilise ces récits comme un moyen de satisfaire son souci d’authenticité, mais son élève adh-Dhahabi, tout en affirmant qu’il croit d’une façon générale aux prodiges de `Abd al-Qâdir et en qualifiant `Abd al-Qâdir de Shaykh al-Islâm, d’Imâm, de Savant et de modèle, se déclare cependant sceptique sur nombre d’entre eux. On a pu constater ce trait de caractère d’adh-Dhahabi dans la manière dont il doute du récit authentique de l’admiration de l’imâm Ahmad pour al-Muhâsibi…




Préface du Secret des Secret (Al Bouraq)

Si l’arbre se juge à ses fruits, `Abd al-Qâdir al-Jîlânî est certes un arbre d’une valeur inestimable : il inspire en effet la plus ancienne des confréries soufies, la qâdiriyya, aujourd’hui encore la plus importante du monde musulman.
Né en 1077 dans un village du jîlân (dans l’Iran actuel), `abd al-qâdir arrive à Bagdad vers 1095 pour étudier.
La nizâmiyya, première université musulmane, vient juste de perdre le grand al-Ghazâlî, parti à la découverte de lui-même. Alors `abd al-qâdir renonce à s’y inscrire, et c’est avec plusieurs maîtres qu’il se forge en quelques années, dans une cité où se côtoient les plus grands saints et les pires perversions, une solide formation dans les différentes sciences religieuses. Il y mène, semble-t-il, une vie agitée, tant au plan spirituel qu’au plan matériel.

Puis il part pour, disent certains, vingt-cinq années d’errance et de retraite. “ Me prenant par la main, Dieu m’a élevé au-dessus de tous les adorateurs. Je suis proche de mon Seigneur et comblé de L’avoir rencontré. ”
Son maître le plus marquant est alors abu al-khayr al-dabbas, celui qui a dit : “ Le plus court chemin qui mène l’homme à Dieu, c’est de L’aimer. ”
On dit qu’il a également été formé par abû yûsuf al-hamadânî, un des premiers maîtres de la chaîne de la confrérie naqshbandiyya.

En 1127, il réapparaît à Bagdad, et se révèle alors un prédicateur hors pair. Le “ faucon gris de Dieu ” (al-bâz al-ash-hab) embrase le cœur des milliers de fidèles qui se pressent pour écouter ses sermons. Et cette aptitude à ouvrir les coeurs continue à oeuvrer depuis bientôt mille ans, même si un orientaliste moderne n’accorde (avec un peu de présomption ou de naïveté ...) que peu de valeur aux sermons d’`abd al-qâdir al-jîlânî, pas assez en tout cas pour justifier sa réputation !

Dans sa propre école, `abd al-qâdir passe le reste de sa longue vie (il meurt en 1166) à enseigner, entouré d’une nombreuse famille. Son enseignement prône à la fois le respect de la loi divine (`abd al-qâdir se rattache au hanbalisme) et la lutte intérieure (le grand jihâd=soufisme) contre les passions.

Le secret des secrets est un petit livre que le maître a écrit pour ses disciples. Il n’est peut-être pas inutile de préciser ici ce que signifie le mot “ soufi ”, puisqu’aussi bien ce livre est un “ livre de soufisme ”. Le mot est aujourd’hui utilisé à propos de quiconque s’engage dans une démarche spirituelle dans la voie du soufisme. En toute rigueur, le mot doit être réservé à celui qui est parvenu au terme du voyage. Celui-là n’a d’ailleurs rien à dire, ni à ceux (très rares) qui sont, comme lui, réalisés (cela ne servirait à rien), ni à ceux qui le suivent sur le chemin (ils ne comprendraient pas). Autant dire qu’un “ soufi ” ne se révèle pas.

Ceux qui suivent la voie soufie sont un peu plus nombreux : ils ne se diront jamais soufis, car ils savent. Enfin viennent ceux, très nombreux, qui se préparent à entrer dans la voie soufie. Parmi eux, beaucoup pensent avoir déjà emprunté la voie, alors que le long, très long travail de purification préalable est à peine entamé et que peu parviendront à franchir cette première étape. À tous ceux-là, le shaykh `abd al-qâdir al-jîlânî apportera une aide précieuse, si Dieu le veut, car c’est pour eux qu’il a écrit le présent livre.

Il semble qu’il faille aussi préciser que, contrairement à une idée malheureusement répandue, le soufisme est indissociable de l’islam. Le soufisme repose sur la tradition, c’est-à-dire la transmission ininterrompue depuis le Prophète Muhammad (la chaîne de transmission de certaines confréries remonte à Dieu, par Gabriel). Les maîtres auto-proclamés, sans lien établi avec la tradition, n’ont pas cours dans le soufisme. Car couper le soufisme de sa source essentielle revient à le réduire à une sorte de gymnastique ou d’hygiène “ spirituelle ”. Elles peuvent être utiles, mais elles ne nourrissent pas cette attitude intérieure spécifique où se mêlent la nostalgie du temps du pacte primordial et le désir ardent de retrouver l’intimité du Créateur.

http://www.doctrine-malikite.fr/forum/Le-mensonge-exclut-la-foi-al-Jilani_m63329.html
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
« En vérité la parole est dans le cœur
Et la langue n'a été mise que comme preuve contre le cœur...»

Pour vos fatwas, envoyez ici : malikite@doctrine-malikite.fr
Les membres suivants remercient Rashid pour ce message :
isyami (31/03/15)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 31/03/2015 20:05:31    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
isyami
Soeur
Soeur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2013
Messages: 3 280
Sexe: Féminin
Localisation: Oran-Algérie

MessagePosté le: 31/03/2015 22:06:38    Sujet du message: Le soufisme ? Témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites. Répondre en citant
salaam
merci pour ce précieux partage akhy Rashid.Qu'Allah illumine ton coeur.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
L'homme nait seul , meurt seul et arrive à la vérité seul.Alors sois comme tu es et ton âme te guidera vers le chemin de la vérité.
Pour vos fatwas ,envoyez ici malikite@doctrine-malikite.fr et vos questions privées, ici forumuslim@openmailbox.org
Les membres suivants remercient isyami pour ce message :
Rashid (31/03/15)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
mirsa57
Participant du forum
Participant du forum

Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2015
Messages: 69
Sexe: Masculin
Avertissement:

MessagePosté le: 31/03/2015 23:20:33    Sujet du message: Le soufisme ? Témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites. Répondre en citant
Aleykoum Salam wa rahmatoullahi wa barakatouhou
Je n'ai qu'une chose à dire :
La Prophète Mohammed sallallahu alayhi wa sallam n'a jamais enseigné le soufisme !

Les soufismes si je ne me trompe pratique :
- l'adoration des tombes
- l'adoration des saints
- le panthéisme
- la croyance en l'incarnation/réincarnation
- la célébration de l’anniversaire du Prophète (sallallahu alayhi wa sallam)
- renier les 99 Noms d'Allah et Ses Attribut
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Dernière édition par mirsa57 le 31/03/2015 23:35:53; édité 1 fois
Revenir en haut
Rashid
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2012
Messages: 2 657
Sexe: Masculin
Localisation: Erbil, Irak-Kurdistan

MessagePosté le: 31/03/2015 23:20:39    Sujet du message: Le soufisme ? Témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites. Répondre en citant
salâmou^alaykoum wa rahmatoulahi barakatouh

C'est rien ma sœur.
Barakâ Allâhu fiki, ainsi que le tien. Amin. Very Happy
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
« En vérité la parole est dans le cœur
Et la langue n'a été mise que comme preuve contre le cœur...»

Pour vos fatwas, envoyez ici : malikite@doctrine-malikite.fr
Les membres suivants remercient Rashid pour ce message :
isyami (31/03/15)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Rashid
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2012
Messages: 2 657
Sexe: Masculin
Localisation: Erbil, Irak-Kurdistan

MessagePosté le: 31/03/2015 23:26:50    Sujet du message: Le soufisme ? Témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites. Répondre en citant
mirsa57 a écrit:
Je n'ai qu'une chose à dire :
La Prophète Mohammed sallallahu alayhi wa sallam n'a jamais enseigné le soufisme !

Les soufismes si je ne me trompe pratique :
- l'adoration des tombes
- l'adoration des saints
- le panthéisme
- la croyance en l'incarnation/réincarnation
- la célébration de l’anniversaire du Prophète (sallallahu alayhi wa sallam)
- renier les 99 Noms d'Allah et Ses Attribut


As salam alaykoum,
Mon frère, prétend-tu connaitre mieux l'Islam et le soufisme que Abu Hanifa, l'Imam Malik, Ash-Chaéfi ou Ahmad ? qu'Allâh les agrées tous.
Reviens avec des arguments, tu est en train de te confronté a 4 école de jurisprudence, ta intérêt a venir avec une montagne d'argument, quand on sais pas, on demande la connaissance, on viens pas en réfutant tout.

Tu as lu une miette de ce que j'ai publier ?
Tu prend les soufis pour des imbécile ? Ce sont eux qui répète le plus La Illaha Illa Allah, de tout les être sur terre et tu veux qu'Il ADORE une tombe ou un saint ?
Je te dit, le soufisme est en parfait accord avec l'Islam, mieux, c'est indissociable a l'Islam et tu est loin de connaitre tout l'Islam.
Tu doit te conformer a l'Islam et non conformer l'Islam a la vision réductrice de l'Islam que tu as.

Et le Prophète. alayhi salat wa salam, à enseigner le soufisme, c'est lui le Modèle même de l'Ihsan, c'est lui le Maître, Le Saint, par excellence, qu'Allâh le bénisse et que son salue sois sur lui.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
« En vérité la parole est dans le cœur
Et la langue n'a été mise que comme preuve contre le cœur...»

Pour vos fatwas, envoyez ici : malikite@doctrine-malikite.fr
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
mirsa57
Participant du forum
Participant du forum

Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2015
Messages: 69
Sexe: Masculin
Avertissement:

MessagePosté le: 31/03/2015 23:32:37    Sujet du message: Le soufisme ? Témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites. Répondre en citant
Aleykoum Salam wa rahmatoullahi wa barakatouhou

Donne moi un seul Verset du Quran qui parle des saints comme tu le prétend "
"'les prodiges des saints sont absolument vrais et corrects et reconnus par tous les savants musulmans. Le Coran l'a indiqué en différentes places et les Hadîth du Prophète (paix et salut sur lui) l'ont mentionné et celui qui nie les prodiges des saints, est innovateur ou disciple d'innovateurs."
Tu adores Allah ou bien les saints ?

Les Soufis recherche l'invisible
Allah a dit dans la sourate Al Naml n°27 verset 65: « Dis: Nul de ceux qui se trouvent dans le ciel et sur la terre ne connaissent l'invisible à part Allah et ils ne savant pas quand ils seront ressuscités »
Allah a dit dans la sourate Al An'am n°6 verset 59: « C'est lui qui détient les clefs de l'invisible. Nul autre que lui ne les connait ».
Allah a dit dans la sourate Younous n°10 verset 20: « Ainsi dis: L'invisible appartient seulement à Allah ».
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut
Rashid
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2012
Messages: 2 657
Sexe: Masculin
Localisation: Erbil, Irak-Kurdistan

MessagePosté le: 31/03/2015 23:40:23    Sujet du message: Le soufisme ? Témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites. Répondre en citant
salâmou^alaykoum wa rahmatoulahi barakatouh

Oui, quand on fait le tafsir du Coran sois-même on arrive a ses conclusions là, les conclusions d'un ignorant.

Je t'es mis tout les arguments, tu n'as qu'a lire mon frère, si tu ne veux pas, tu fais ce que tu veux.

Tu dis connaitre le sunnisme, mais sais-tu que beaucoup de grand figure étais des soufies ? Cherche auprès des savants, ne pense pas que la science va te tombé dessus, certain on fait des milliers de kilomètre pour rejoindre et apprécier des conseil d'un savant/saint comme Abd Al-Qadir Al-Jilani.

Voici un récit de lui, juge-en le contenu par toi même, qu'Allâh ouvre nos poitrines. :

« Le mensonge exclut la foi », disait notre prophète (salallahu’ alayhi wa salam) : « Il est son contraire ».

En effet, en vertu de cette loi que deux choses opposées ne peuvent trouver place ensemble, le mensonge, lui aussi, ne peut exister dans le cœur du croyant ; de même la foi ne peut avoir de place dans le cœur d’un homme qui s’adonne au mensonge.

Or, en ce qui vous concerne, je ne vois pas que vous agissiez selon vos dires. La plupart du temps, ce que vous conseillez aux autres vous ne le pratiquez pas vous-mêmes. Quand donc accorderez-vous vos actes et vos paroles ? Quelles preuves autres que vos actes comptez-vous fournir, pour attester ce à quoi vous croyez, ce à quoi vous prétendez ?

Sur ce point, le Coran dit ceci : « Dieu hait ceux dont les actes démentent les paroles » (Coran 61, 3)


En vérité ! Si vous étiez fermement convaincus, que tous vous ferez retour à Dieu, alors tout naturellement, vous eussiez donné des preuves de votre droiture, dans toutes vos paroles et dans tous vos actes : continuellement, vous eussiez travaillé à de bonnes œuvres.

Méditant sur cet avertissement, vous vous efforcerez d’embellir vos œuvres, et de les vivifier par la sincérité, en vous dégageant de l’hypocrisie et du mensonge, de la médisance et de la calomnie, ainsi que du faux témoignage. Ce faisant, votre foi se trouvera fortifiée, et le mensonge vous deviendra impossible. Prêtez attention à tout ceci, afin que vous ne déviiez pas du droit chemin.

Car celui qui suit ses propres suggestions risque de s’égarer. Si vous supposez ne pas avoir besoin des conseils des savants, alors c’est que vous prétendez posséder le savoir. Dans ce cas, démontrez-le par la pratique. Les preuves qui étayaient vos prétentions où sont-elles ? Si vous gardez en réserve ces éclatants témoignages de votre vertueuse conduite, lorsqu’une épreuve vous atteindra, ferez-vous alors montre de patience ? Conserverez-vous votre sérénité ? N’irez-vous pas auprès de chacun vous répandre en lamentations et gémir ?

O peuple ! repens toi de tes péchés passés : O insensé prétentieux ! Ne revendiquez-vous pas pour vous-mêmes : l’amour de Dieu ! S’il en est ainsi : repentez-vous des affections et des attachements que vous concevez les uns pour les autres ! Car, en vérité, toute affection profonde, pour un autre que pour le seigneur notre Créateur et Dieu, est un péché ! Elle est même un très grand péché, en se plaçant au point de vue des degrés initiatiques !

O prétentieux ! Apprenez tout cela de moi ! Car j’ai parcouru toutes les étapes, de la première à la dernière. Des signes indiscutables me signalent ceux qui sont véridiques et sincères, et ceux qui affichent faussement ces sentiments. Oui, croyez-le, vos secrets sont exposés à mes regards.

On relate que Jésus (qu’Allah le salue) prêchait l’ascétisme, l’abstention et la mortification à ses disciples. Il leur disait : « Qui voyez-vous édifier et construire sur les vagues de la mer » ?
Combien profonde et grande est cette parole de Jésus ! Comparant le monde aux vagues de la mer, il a voulu faire entendre ainsi, que le monde n’est pas plus solide et ferme comme base, pour édifier un œuvre durable, que le liquide et mouvant océan et que, sur lui, il ne faut pas construire l’édifice de notre vie.

En vérité, vos longs projets, et vos imposantes demeures, ne sont pas plus solidement établis que sur les vagues de la mer. Le monde est un mirage ; chaque minute qui passe le modifie ou le détruit ; l’ange de la mort ou de la dissolution crie constamment : « enfantez et produisez pour la mort ! Construisez pour la destruction ! » De même que les vagues sont inconsistantes et fugitives, les affaires et les circonstances de ce monde sont changeantes et capricieuses. Ces vicissitudes sont visibles jusqu’à l’évidence !

O mes fils ! Vos fautes et vos crimes vous enveloppent et vous encerclent, comme les bûches autour du bûcher, où ils vous ont emprisonnés. Les passions de la bête humaine et satan attisent avec un farouche entrain le feu latent dont ce bois est porteur. Lorsque vous commettez un acte mauvais, ce bois s’enflamme, mais une bonne œuvre vient étouffer ce foyer. Eteignez donc ce foyer tout entier, afin qu’un jour vous ne risquiez pas d’être consumés par lui ! Que vos bonnes actions, non plus, ne vous illusionnent pas. En ce qui concerne chaque chose et chaque acte c’est la fin qu’il faut considérer. Pensez à votre fin et soyez sincères : repentez-vous. Chaque repentance efface les fautes du registre de vos actions ; repentez-vous et retournez à dieu, priez-Le qu’Il accepte votre repentir. Gloire à Dieu qui couvre nos fautes : O Seigneur ! couvre nous du voile de Ton pardon ! Accorde-nous la droiture et délivre-nous du mensonge !

O mon peuple ! La droiture mène l’homme au paradis ; le mensonge le guide vers l’enfer. Mohammed disait ceci : « Les bienheureux respireront les parfums délicieux du paradis à la distance de cinq cents années ; quant à ceux qui sont fiers de leurs bonnes actions, de leurs bonnes œuvres, de leurs travaux et en tirent vanité, ils ne respireront jais ces délicates senteurs, ces divins parfums ! Ceux qui s’enorgueillissent de leurs pratiques et pensent placer ainsi Dieu dans cette obligation, et tous ceux qui sont hypocrites, n’auront pas de part à cette faveur.

O peuple ! Vous voulez des récompenses obtenues sans efforts et sans peines ; sans accomplir aucune belle action, et sans avoir eu à persévérer dans le bien ? Les compagnons du prophète n’obtinrent cependant le rang si élevé qu’ils occupent aujourd’hui, qu’après de longs efforts et près avoir souffert de grandes peines.

L’été, en plein soleil, ils faisaient leurs prières et leurs prosternations sur un sol et des pierres si brûlantes que la peau de leur front et de leur visage se détachait toute brûlée. En hiver, avec leurs vêtements, détrempés par les pluies, ils supportaient les odeurs des misérables loques qui les vêtaient, faites de peaux mal tannées, qui se décomposaient sur leurs corps. La plupart du temps, la faim et la soif leur tenaillaient les entrailles. Ce pendant, ils persévérèrent, et souffrirent tous ces maux patiemment, et bien d’autres encore. C’est par de telles vertus qu’ils méritèrent ce titre glorieux de « compagnons » Telles étaient les choses dans le passé
« O Seigneur ! accordez-nous la patience dans toutes les circonstances ».

Sermon du mardi 18 Djumad II de l’an 545 de l’Hégire

Source : « Un grand saint de l’Islam – ‘Abd al-Kâdir Guilânî » pp 135-139, Geuthner Editions



Si tu suis ton propre Islam, tu risques fort de faire marche arrière alors que tu croit avancer. Fait attention à toi.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
« En vérité la parole est dans le cœur
Et la langue n'a été mise que comme preuve contre le cœur...»

Pour vos fatwas, envoyez ici : malikite@doctrine-malikite.fr


Dernière édition par Rashid le 01/04/2015 00:18:10; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
mirsa57
Participant du forum
Participant du forum

Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2015
Messages: 69
Sexe: Masculin
Avertissement:

MessagePosté le: 31/03/2015 23:46:36    Sujet du message: Le soufisme ? Témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites. Répondre en citant
Regarde comment tu parts en dérive...
le Prophète sallallahu alayhi wa sallam est le Maitre dis tu ? Le Maître c'est Allah
Révise ton Tawhid !

Salam Aleykoum mon frère qu'Allah te guide !
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut
Rashid
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2012
Messages: 2 657
Sexe: Masculin
Localisation: Erbil, Irak-Kurdistan

MessagePosté le: 31/03/2015 23:49:30    Sujet du message: Le soufisme ? Témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites. Répondre en citant
salâmou^alaykoum wa rahmatoulahi barakatouh

Les sahabas on cheminer a Dieu par l'intermédiaire du Prophète, alayhi salat wa salam, les prédécesseur on cheminer sur la voie droite, par l’intermédiaire des compagnons etc.. etc.. Tout seul, si Dieu le veut tu peut être bien-guidée, mais la route est longue et très très très compliqué... Va auprès des savants, ils sont la pour ça, ils se feront une joie de t'aider.

Si le Prophète, alayhi salat wa salam, étais présent, ne lui demanderais-tu pas d'intercéder pour toi ?
C'est la même chose avec des saints dont la sainteté est déclarer.

L’Imâm pieux Shâfi‘î (fondateur de la doctrine Shafi‘ite « Shâfi‘isme ») dit:
« Je fais le Tabarruk par l’imâm Abû Hanîfa et je viens à sa tombe chaque jour en visiteur.
Quand j’ai un besoin(une demande), j’accomplis deux Rak’at (pour Dieu) et je viens visiter sa tombe pour demander à Allah ce que je veux en présence de sa tombe. Je ne suis pas encore loin alors que Dieu m’a exaucé. »

Prétend-tu connaitre le Halal et le Haram, la Sunna, le Coran, mieux que l'Imam Shâfi'i, si oui, j'arrête de discuté avec toi, car tu est un menteur.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
« En vérité la parole est dans le cœur
Et la langue n'a été mise que comme preuve contre le cœur...»

Pour vos fatwas, envoyez ici : malikite@doctrine-malikite.fr
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Rashid
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2012
Messages: 2 657
Sexe: Masculin
Localisation: Erbil, Irak-Kurdistan

MessagePosté le: 31/03/2015 23:51:50    Sujet du message: Le soufisme ? Témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites. Répondre en citant
salâmou^alaykoum wa rahmatoulahi barakatouh

Le Prophète lui-même s'est décrit comme étant le maître (sayyid) des hommes dans de très nombreux hadiths rapportés par Bukhari, Muslim, Tirmidhi, Abu Dawud, Ibn Majah, Ahmad et Darimi. En voici quelques exemples :


Je suis le maître de l'humanité au Jour du Jugement. (Bukhari)

Je suis le maître des gens [al-qawm] au Jour du Jugement. (Bukhari)

Je suis le maître des fils d'Adam; je le dis sans prétention. Je suis le premier devant qui la terre se fendra au Jour du Jugement; je le dis sans prétention. Je suis le premier intercesseur et le premier à qui l'intercession sera accordée; je le dis sans prétention. L'étendard de la Louange [liwa' al hamd] sera entre mes mains au Jour du Jugement; je le dis sans prétention. (Ibn Majah)

Je suis le maître des humains... (Muslim)

… Les savants affirment qu’il n’a pas dit “ Je suis le maître des fils d’Adam ” dans le but de s’en vanter ; bien au contraire, il a nié explicitement le fait qu’il s’agisse de prétention dans d’autres narrations rapportées par Muslim dans le célèbre hadith, “ Je suis le maître des fils d’Adam, je le dis sans prétention. ”

Il l’a dit pour deux raisons. D’abord par obéissance envers les Paroles du Très-Haut, Et quant aux bienfaits qui te sont accordés, raconte-les. [93 :11], ensuite parce qu’il lui est obligatoire de transmettre à son peuple afin qu’il sache, qu’il croit, qu’il agisse conformément à ce qui a été transmis, et qu’il le respecte comme il sied à son rang et comme Allâh l’a ordonné. (Sahih Muslim bi Sharh al-Imam Muhyi’l-Deen al-Nawawi, 15.39, Dar al-Ma’rifa)

Qu'Allâh exauce ton invocation, ainsi que toi Amin.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
« En vérité la parole est dans le cœur
Et la langue n'a été mise que comme preuve contre le cœur...»

Pour vos fatwas, envoyez ici : malikite@doctrine-malikite.fr
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ukhty
Soeur
Soeur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2012
Messages: 7 035
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 01/04/2015 15:31:24    Sujet du message: Le soufisme ? Témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites. Répondre en citant
salâmou^alaykoum wa rahmatoulahi barakatouh
Moi, je pense qu'en fin de phrase, par simple respect, on dit Allâhu a3lem, même si on est sûr de soi Allâh est bien plus Savant.
Donc pour reprendre le frère misra57, le soufisme, est une manière de vivre son âme, disons que l'enseignement spirituel, par là je veux dire la méditation, a été enseignée. Donc cet enseignement, tu n'es même pas obligé à l'appeler soufisme.


Le soufisme, c'est juste connaître Allâh. C'est une manière de goûter son âme. En fait, dans la religion, tu as trois piliers:


- L'islam
- L'iman
- L'ihsan => entre autres le soufisme est ce 3è pilier.


Je peux te donner un belle vidéo de Habib al Jifri, visionne, et tu nous en diras plus:



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Un loup ne pourra jamais devenir ami avec une poule !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Rashid
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2012
Messages: 2 657
Sexe: Masculin
Localisation: Erbil, Irak-Kurdistan

MessagePosté le: 03/04/2015 17:54:29    Sujet du message: Le soufisme ? Témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites. Répondre en citant
salâmou^alaykoum wa rahmatoulahi barakatouh


Allah est le plus Savant et le plus Sage.


L'Islam c'est Le Saint Coran, et des Milliers de Hadith qu'il faut considérer tous en même temps.

C'est la raison pour laquelle, on apprend pas sa religion en lisant simplement le Coran.
Le Coran c'est de la matière première qui doit être compris avec des outils telle que la connaissance parfaite de l'arabe, de la grammaire, des circonstances de la révélation, de l'abrogé et de l'abrogeant, du relatif et du général, de l'explicite et de l'ambigu, des exégèses qui font autorité, etc...

Il y a eu du chemin depuis la révélation jusqu'à nous.
Une production scientifique hors du commun.

Les grands savants de l'Islam ont organisé les informations issus du Coran et de la Sunna afin d'en conserver le fond et la forme, dans des sciences telles que le fiqh, la croyance et de l'excellence (soufisme).
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
« En vérité la parole est dans le cœur
Et la langue n'a été mise que comme preuve contre le cœur...»

Pour vos fatwas, envoyez ici : malikite@doctrine-malikite.fr
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Muhibb
Compagnon du forum
Compagnon du forum

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2013
Messages: 1 128
Sexe: Masculin
Avertissement:

MessagePosté le: 04/04/2015 08:15:04    Sujet du message: Le soufisme ? Témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites. Répondre en citant
mirsa57 a écrit:
Aleykoum Salam wa rahmatoullahi wa barakatouhou
Je n'ai qu'une chose à dire :
La Prophète Mohammed sallallahu alayhi wa sallam n'a jamais enseigné le soufisme !

Les soufismes si je ne me trompe pratique :
- l'adoration des tombes
- l'adoration des saints
- le panthéisme
- la croyance en l'incarnation/réincarnation
- la célébration de l’anniversaire du Prophète (sallallahu alayhi wa sallam)
- renier les 99 Noms d'Allah et Ses Attribut




Salam,
Le prophète 'alayhis salatu was salam a t-il enseigné le tawhid?
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 24/01/2017 06:01:57    Sujet du message: Le soufisme ? Témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites.
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Islam Sunnite Index du Forum -> Forum Membres -> Histoires et Rappel de l'Islam Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Bienvenue sur le Forum Muslim