Forumuslim : Une question, une réponse



Recherche Avancée


 Message du Forum 
Le Guide des meilleurs restos Halal


=>>Aider ACDLP à s'agrandir avec vos dons<<=

Afficher votre pub ici ?
   
  
               
           
       
La reconstruction du Troisième Temple est en route


 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Islam Sunnite Index du Forum -> Bienvenue dans votre espace -> Actualités musulmanes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ludovic
Participant du forum
Participant du forum

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2012
Messages: 94
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 04/11/2014 16:41:36    Sujet du message: La reconstruction du Troisième Temple est en route Répondre en citant
Salam aleykoum wa rahmatoula wa barakatou

Bislmil-Lâh y rahmen y rahim ir-Rahman ir-Raheem was-salaat was-salaam `ala Nabiyyina Muhammadin wa `ala alihi wa sahibihi ajma`een

La reconstruction du Troisième Temple est en route

Lu sur croah.fr

La version israélienne concernant la tentative de meurtre de l’extrémiste juif Yehuda Glick soulève énormément de questions et de doutes…



Et pourtant, elle suit parfaitement le scénario prédit par Glick lui-même au sujet d’un acte de violence spectaculaire prenant pour cible les juifs, et qui favoriserait le but recherché par le mouvement sioniste : le remplacement de la mosquée d’al-Aqsa par le « troisième temple » juif.

Glick a probablement tenté de provoquer la violence palestinienne, et s’est retrouvé pris à son propre piège.



Yehuda Glick est un extrémiste juif dont la principale raison de vivre est de reconstruire le Troisième Temple.

Les enjeux sont on ne peut plus élevés, puisque les extrémistes juifs, dont Glick fait partie, et qui sont soutenus par le gouvernement israélien, tentent activement de faire de leurs plans messianiques une réalité.

L’escalade de la violence et des confrontations est une partie essentielle de leur plan.

S’ils parviennent à leurs fins, la violence qui s’en suivrait dans la région pourrait être encore plus catastrophique que la situation actuelle. L’un des principaux soutiens de ces plans visant à construire le troisième temple a prédit une « guerre mondiale ».
Fusillade à Jérusalem

Depuis des mois, les colons israéliens, inspirés et guidés par le New Yorkais Glick et son comparse Moshe Feiglin, président adjoint du parlement israélien, la Knesset, ont multiplié leurs incursions dans le complexe d’al-Aqsa, provoquant des épisodes de violence en incitant les Palestiniens à réagir aux provocations.

La nuit dernière, alors qu’il quittait les lieux d’une conférence intitulée « Le peuple juif retourne au Mont du Temple » (le nom par lequel les juifs désignent le complexe al-Aqsa) Glick s’est retrouvé face à un assaillant qui a ouvert le feu et l’a gravement blessé.

<iframe width="640" height="480" src="//www.youtube.com/embed/HrnItmQIFMs" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>




Moshe Feiglin, témoin oculaire et spécialiste en linguistique pour l’occasion : « un fort accent arabe », une conclusion basée sur 4 mots. Chapeau !

« L’auteur de cette tentative d’assassinat s’est adressé à lui et lui a demandé en Hébreu, avec un fort accent arabe, si c’était bien lui Yehuda », a déclaré Feiglin, qui affirme avoir été témoin des faits, aux médias.

L’assaillant se serait alors enfuit en moto.

Feiglin, membre du parti au pouvoir le Likoud, a déclaré que Glick était en train de charger sa voiture d’équipement suite à la conférence du Menachem Begin Heritage Center.
La Prophétie de Glick

« Je suis choqué suite à ce qui s’est passé, bien que l’on pouvait s’y attendre », a déclaré Feiglin. « La faiblesse du gouvernement et son incompétence dans la lutte contre le terrorisme ont eu pour conséquence cette tentative de meurtre, tout comme nos concessions en fermant le Mont du Temple aux fidèles. »

En effet, l’attaque (ou ce qui semble en être une) était « prévisible », et comme le quotidien Haaretz le rapporte, Glick lui-même l’avait prévue.

Glick a prédit la semaine dernière que la situation au Mont du Temple ne changerait qu’après un acte de violence contre les juifs.

« Quand est-ce que les choses vont changer? Dès que les arabes blesseront quelqu’un au Mont du Temple, le premier ministre se réveillera alors, mais ce sera trop tard. » « La violence augmente chaque jour, et la police est impuissante. Et une police impuissante, c’est la porte ouverte à la violence. »
Yehuda Glick

Ces déclarations soulèvent quelques questions : si Feiglin se trouvait assez proche de Glick pour entendre l’accent de l’assaillant, pourquoi n’a-t-il pas été pris pour cible également ?

Après tout, Feiglin, qui affirme être la cible d’attaques incessantes sur Facebook, est sans aucun doute plus célèbre et plus facilement reconnaissable que Glick. Feiglin a fréquemment mené des incursions à al-Aqsa, et en tant que président-adjoint de la Knesset, il apparait régulièrement dans les médias.

Au cours du massacre de Gaza par l’armée Israélienne l’été dernier, Feiglin a atteint de nouveaux sommets de notoriété en incitant au génocide, appelant Israël à « mettre les Palestiniens dans des camps de concentration et à les exterminer ».

Bien entendu, il se pourrait également que Glick soit simplement la cible spécifique de l’assassin en herbe, et que ce dernier n’ait pas eu de temps à perdre.
Quel type d’accent ?

Selon les « témoins occulaires » cités dans la version en hébreu de Haaretz, l’assaillant a demandé à Glick « Es-tu Yehuda Glick ? » avant de faire feu à trois reprises.

Les quatre mots en hébreu sont « Ha’im ata Yehuda Glick ? »

L’assaillant aurait également prononcé « Yehuda, tu m’agaces » , en hébreu, « Yehuda, ‘itsbanta oti. »

À l’exception de la lettre ‘ayn, ces deux phrases ne contiennent aucune consonne dont la prononciation est facilement différentiable chez une personne dont la langue maternelle est l’arabe ou l’hébreu.

« Si une ‘ayn pharyngée a été prononcée, cela pourrait indiquer un accent arabe », a déclaré Uri Horesh, linguiste et maître assistant en langue arabe à la Northwestern University, à The Electronic Intifada. « Mais cela pourrait également indiquer l’accent d’un juif israélien d’origine arabe. »

Il n’y a pas que la prononciation des consonnes qui distingue l’arabe de l’hébreu moderne teinté d’ashkenaze, selon Horesh. Mais le plus intriguant dans cette histoire, c’est que les phrases prétendument prononcées par l’assaillant « sont trop courtes pour qu’une personne non-experte en langues puisse affirmer avec certitude que l’interlocuteur avait un quelconque accent, qui plus est un accent prononcé ».

Les déclarations de Feiglin sont donc, dans le meilleur des cas, très suspectes. Dans le pire des cas, c’est une incitation délibérée et calculée à la haine anti-arabe. Il y a peu de doutes sur le fait qu’en tant que défenseur de politiques génocidaires à l’égard des Palestiniens, Feiglin ferait n’importe quoi pour incriminer les Palestiniens en tant que groupe ethnique dans leur ensemble.

Malgré les témoignages fournis par les « témoins oculaires », les médias israéliens n’ont pas la moindre description physique de l’assaillant.
Le « suspect » exécuté quelques heures plus tard

Souvenons-nous du meurtre du jeune Muhammad Abu Khudair, kidnappé devant une maison des territoires occupés de Jérusalem aux premières heures du 2 juillet, brulé vif et dont le corps a été jeté dans une foret. La police israélienne a mis plusieurs jours pour arrêter les suspects, et ce après une intense pression internationale.

Et ce malgré le fait qu’ils disposaient d’une vidéo montrant clairement le visage des assassins.



À gauche, Muhammad Abu Khdeir. À droite, son cousin Tariq Abu Khdeir. Tous deux ont été victimes des sbires de l’État Juif Du Levant. Le premier cité a été brûlé vif par des colons.

Et souvenons nous du 15 mai, lorsqu’un sniper israélien a abattu de sang froid deux adolescents palestiniens, Nadim Nuwara et Muhammad Abu al-Thathir, dans le village de Beitunia en Cisjordanie.

Ces assassinats ont été filmés sous plusieurs angles, et déclenché un tollé international ainsi qu’une demande d’enquête de la part des États-Unis. Pourtant, six mois après les faits, Israël n’a pas encore réussi à trouver le moindre suspect ou à procéder à la moindre arrestation. (Ndr: le cousin de Muhammad Abu Khdeir, Tareq Abu Khdeir, tabassé par la police, n’a du son salut qu’à sa double nationalité palestinienne-étasunienne.)

Mais désormais, on nous informe que quelques heures à peine après que Glick a été victime de coups de feu, la police israélienne intrépide a traqué le « suspect » et l’a « arrêté » à son domicile en Cisjordanie.

En effet, les forces israéliennes semblent avoir mené l’exécution extrajudiciaire d’un Palestiniens de 32 ans, Muataz Hijazi, comme le rapporte Haaretz :

Selon la police israélienne et le service de sécurité Shin Bet, le suspect a tenté d’échapper à son arrestation en montant sur le toit de sa maison et en se cachant derrière des panneaux solaires. Lorsque l’unité spéciale anti-terrorisme de la Police, également connue sous son acronyme hébreu « Yamam », a encerclé le suspect, il a ouvert le feu. L’unité a riposté, et a abattu le suspect. Le Shin Bet a déclaré qu’Hijazi a passé 11 ans dans une prison israélienne pour des atteintes à la sécurité, et a été relâché il y a trois ans. Il appartenait précédemment au Jihad Islamique, mais depuis sa sortie de prison, il n’a au aucun contact avec quelque organisation que ce soit. Les services de sécurité ont affirmé qu’ils enquêtaient sur la possible implication de Hijazi dans une attaque quelque peu similaire qui s’est produire sur les versants du Mont Scopus en août dernier, lorsqu’un homme en moto a ouvert le feu sur un soldat de l’IDF, blessé gravement.
Haaretz

L’agence de presse Ma’an donne une version quelque peu différente des faits :

Les forces spéciales ont pris d’assaut le quartier d’al-Thuri près de Silwan à 02h30 du matin, et ont commencé à inspecter les toits avant d’abbattre Muataz Ibrahim Hijazi, 32 ans, après un échange de coups de feu. Les témoins affirment que Hijazi a été abattu et n’a pas été en mesure de riposter ou de se déplacer, après quoi les forces israéliennes ont fait irruption dans son domicile et sont montés sur le toit. Les unités spéciales ont alors renversé un réservoir d’eau sur lui alors qu’il baignait dans son sang. Le président d’une association sportive locale, Hani Gheith, a confié à Ma’an que les forces israéliennes n’ont fait irruption dans le domicile d’Hijazi qu’une fois qu’ils étaient sûrs qu’il était mortellement touché.
Ma'an News Agency

Hijazi a été « arrêté pour la première fois en 2000 sur base de sa participation à l’intifada d’al-Aqsa. Il a été condamné à 7 ans de prisons, mais s’en est pris à un gardien israélien en prison, ce qui lui a valu une prolongation de 4 ans de sa peine d’emprisonnement », selon Ma’an.

Selon un communiqué de presse israélien, qui cite un « employé anonyme » du Begin Heritage Center, Hijazi travaillait au restaurant du centre. Si cela est vrai, et il est peu probable que ça le soit, cela n’aurait rien d’inhabituel : les emplois de service dans les institutions israéliennes de Jérusalem sont habituellement confiés à des Palestiniens.

Mais être Palestiniens et avoir un « casier », tout en travaillant à proximité des lieux, c’est plus que suffisant pour devenir « suspect » aux yeux d’Israël, peu importent les faits.

Il s’agit d’un « suspect » idéal : peu d’israéliens remettraient en question la version officielle. Surtout en raison du temps passé par Hijazi en prison et de son affiliation au Jihad Islamique.
« Ils voulaient le tuer »

Le journaliste Dan Cohen, du Middle East Eye, s’est rendu au domicile d’Hijazi quelques heures plus tard, et a mis en lumière des doutes concernant la version israélienne.

« J’ai tout vu. Il n’avait pas d’arme », affirme un voisin. « Il était sur le toit, donc la police aurait pu l’arrêter, mais ce n’était pas leur objectif. Ils le voulaient mort. »

Un autre voisin, Bellal Burqan, 23 ans, a vu la scène depuis une maison adjacente qui surplombe le toit où Hijazi a été tué, et a décrit à Cohen la scène de violence massive de la police. « Ils tiraient partout », affirme Burqan.

Après qu’Hijazi a été abattu, la police a tiré un coup de feu supplémentaire dans sa tête à bout portant, une tactique bien connue consistant à s’assurer que le suspect est bien mort.

Montrant la perceuse électrique visible à proximité du corps d’Hijazi, visible sur les photos ci-dessous, Burqan affirme sarcastiquement : « c’est la seule arme qu’il possédait. »

<iframe width="640" height="480" src="//www.youtube.com/embed/y_vWGx8uRmM" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

<iframe width="640" height="480" src="//www.youtube.com/embed/VmfcIOK_0Xg" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>





1) Je me trouve au domicile de Mutaz Hijazi, le suspect de la fusillade d’hier soir, que les forces israéliennes ont assassiné ce matin. 2) Selon les témoins, voici l’ « arme » que Hijazi possédait.
Dan Cohen

Il est probable qu’Hijazi fasse partie d’une « banque de suspects » d’Israël, une liste de personnes pouvant être éliminées lorsqu’une opportunité se présente, ou pouvant servir de bouc-émissaire. Nous ne connaitrons peut-être jamais la vérité car la police israélienne (apparemment suffisant compétente pour traquer Hijazi en quelques heures, mais incapable de le prendre vivant) a tué cet homme. Les hommes morts ne parlent pas.



Alghad News publie une photo de ce qui semble être le cadavre de Mutaz Hijazi après qu’il a été tué par la police israélienne.
Dalia Hatuqa

L’écho est frappant lorsqu’on repense aux deux « suspects » immédiatement identifiés par Israël en juin pour l’enlèvement des trois adolescents israéliens en Cisjordanie. Les suspects ont été exécutés de façon extrajudiciaire en septembre en faisant usage de la « pressure cooker procedure » (procédure consistant à faire usage de machines Caterpilar pour démolir le domicile du suspect).

La famille Hijazi a été informée de la destruction de leur maison à brève échéance, ajoute Cohen.
« Reconstruire le Temple »

Entre temps, les médias de masse ont quelque peu édulcoré le profil de Glick. Le New York Times, comme a son habitude, l’a décrit de façon assez euphémique comme un « agitateur qui désirait davantage d’accès et de droits pour les juifs au site religieux de Jérusalem, objet de tensions très vives. »

En effet, Glick possède un historique impressionnant d’arrestations et de provocations, c’est une figure emblématique d’un mouvement dont le but est de remplacer la mosquée d’al-Aqsa et le Dôme du Rocher à proximité par le « Troisième Temple » juif.



Le Troisième Temple est convoité aussi bien par les extrémistes juifs sionistes que par les franc-maçons. Sa construction signifierait sans doute un conflit mondial majeur. Et la fin du monde serait alors toute proche.

Glick est une sorte de leader d’ « activistes du temples » dont les activités sont reprises dans un rapport de 2013 effectué par l’ONG israélienne Ir Amim.

Il est également le fondateur et le directeur du The Temple Institute (L’institut du temple), qui, selon Amim, « bénéficie d’un généreux soutien de l’establishment israélien ».

Beaucoup de groupuscules similaires ont des liens étroits avec le gouvernement israélien qui, en outre, les finance.

En septembre 1996, durant son premier mandat en tant que premier ministre, Benjamin Netanyahou a conspiré avec ces groupes de « templiers » pour ouvrir un tunnel « archéologique » le long des fondations du complexe al-Aqsa. De nombreux musulmans ont cru qu’il s’agissait non seulement d’une tentative de bouleverser le statu quo, mais également de mettre physiquement en péril la structure même du complexe.

Des dizaines de Palestiniens et quinze israéliens ont perdu la vie lors des épisodes de violence qui s’en sont suivis.

Par ailleurs, en septembre 2000, ce fut au tour du leader de l’opposition, Ariel Sharon, de mener une incursion à al-Aqsa, accompagné par des centaines d’unités des forces d’occupation, ce qui a déclenché la seconde Intifada. Les actions d’Ariel Sharon ont également enhardi le mouvement du Temple.

Ces incursions représentent autant de flagrantes violations du statu quo auquel Israël s’était engagé après avoir envahi et occupé Jérusalem Est en 1967.

À l’époque, les grands rabbins d’Israël avaient interdit aux juifs de prier à quelque endroit qui se trouve au sein des territoires théologiques au risque de souiller par inadvertance le « Saint des Saints » , le sanctuaire qui, selon la croyance juive, était un temple qui a existé à cet endroit par le passé, mais dont la situation géographique exacte est inconnue.

Mais Glick a exprimé la théorie selon laquelle le Saint des Saints se trouve exactement sous le Dôme du Rocher.
« Guerre Mondiale »

Aujourd’hui, ce mouvement bénéficie d’un large soutien de la part des ministres du gouvernement. L’an dernier, le ministre du logement israélien Uri Ariel a appelé à ce qu’un temple juif soit construit sur le site d’al-Aqsa.

« Nous avons construit énormément de temples minuscules, mais nous devons construire un vrai temple sur le Mont du Temple », avait-il déclaré.

L’année précédente, Zevulun Orlev, parlementaire du parti Jewish Home et faisant fonction dans le gouvernement actuel, avait déclaré qu’enlever le Dôme du Rocher et la mosquée al-Aqsa de façon à construire un temple aurait pour conséquence que « le monde musulman, fort d’un milliard de personnes, déclencherait sans aucun doute une guerre mondiale ».

Cependant, Orlev avait ajouté que « tout ce qui est politique est temporaire, et qu’il n’y a pas de stabilité ».

« Au final, nous construirons ce temple, et ce sera un lieu de prières pour toutes les nations », avait déclaré Glick au journal israélien Maariv en 2012.

Mais dans un soucis de concession qui n’apportera de réconfort qu’à peu de gens, il avait ajouté que « la mosquée al-Aqsa et la mosquée d’Omar (un autre édifice du complexe) ne doivent pas forcément être démolies. Elles peuvent rester là où elles sont. Peut-être feront-elles parties du Temple. Il est écrit que le Temple mesure 50 mètres de haut. La mosquée d’Omar mesure 25 mètres de haut. Elle peut donc être intégrée à l’intérieur du Temple. »

Une autre interview concédée par Glick à Ir Amim a été sous-titrée « De l’air conditionné au parking, ils planifient le Temple de fonds en combles. »

Et les liens avec le gouvernement sont réciproques. Selon Ir Amim, Glick « a été désigné par le Likoud pour rédiger leur position sur le Mont du Temple » avant même les dernières élections en date d’Israël.
« Le Mont du Temple nous appartient »

En février 2012, des prospectus ont fait leur apparition à Jérusalem pour annoncer que Feiglin se rendrait au complexe d’al-Aqsa. Ces prospectus appelait également à « purifier les prémisses des ennemis d’Israël. »

Ce prospectus a eu le don de rehausser les craintes des Palestiniens et les tensions dans la ville, et Feiglin a nié tout implication dans la distribution de ces prospectus. Un site internet intitulé Har Habayit Shelani (Le Temple nous appartient) a également publié ces mêmes appels.



« En vérité, je vous le dis, mes bien chers frères, tuer tous les Palestiniens et construire ce troisième temple en détruisant le complexe d’al-Aqsa nous permettra de créer le royaume du machia’h sur terre! » Ou pas…

L’objectif de ce site internet, selon Ir Amim, est de « judaïser le Mont du Temple et de construire le Troisième Temple sur le Mont du Temple, en arrachant le Mont du Temple des mains des diaboliques voleurs du Temple. »

Comme le remarque Ir Amim, le commandant du District de Police de Jérusalem de l’époque, Nisso Shacham, a « déclaré que le site internet Har Habayit Shelanu était dirigé par Yehuda Glick », et par un autre activiste, Nechemia Elboim.

En réponse à ces provocations, des centaines de Palestiniens se sont barricadés à l’intérieur du complexe al-Aqsa et ont ensuite été pris d’assaut par les forces d’occupation israélienne. Certains Palestiniens ont répondu par des jets de pierres.

« Ces conflits urbains se répandent à d’autres lieux », affirme Ir Amim. « Par exemple, au checkpoint de Qalandiya, où un jeune Palestinien de 25 ans, Talat Ramiya, a reçu un coup de feu dans la poitrine et a été tué par les soldats israéliens qui ont prétendu que ce dernier avait tiré une fusée éclairante dans leur direction. »

Ces épisodes de violence pourraient bien être le but recherché par le mouvement du Temple.

«Glick et Feiglin semblent avoir adopté la « stratégie du choc » de Naomi Klein en guise de tactique», observe une experte israélienne, Dena Shunra. « Ils flirtent avec les frontières de la loi, et entrent en action dans des endroits très sensibles, dans l’espoir de provoquer une réaction, réaction dont ils espèrent profiter pour poursuivre leur objectif plus large de contrôle accru sur le complexe en le retirant du contrôle musulman ( en droit islamique : Waqf) pour l’amener sous contrôle israélien. »
Un précédent inquiétant

Pour ceux qui pensent que la destruction des lieux saints musulmans est impensable, il existe un précédent inquiétant et relativement récent: en 1992, la mosquée Babri, datant du 16ème siècle, a été détruite par des nationalistes hindous dans la ville de Ayodhya, dans le nord de l’Inde.

Selon la croyance nationaliste hindoue, la mosquée avait été construite sur le site d’un temple qui marquait la naissance du dieu Ram.

Des milliers de personnes ont perdu la vie dans des épisodes de violences et des pogroms suite à la destruction, et cet évènement continue d’empoisonner la politique de l’Inde aujourd’hui encore.

Les conséquences de la destruction de la mosquée d’al-Aqsa à Jérusalem, une profanation que les extrémistes juifs s’apprêtent à commettre, aurait une magnitude largement supérieure.
Changer le Statu Quo

Les Palestiniens qui résistent à l’occupation, l’annexion et la destruction de la moquée d’al-Aqsa pourraient concevoir Glick comme une cible potentielle, et qu’un Palestinien l’ait tué est une hypothèse plausible.

Mais une enquête de police impartiale et ouverte d’esprit (ce que les autorités israéliennes sont clairement incapables de faire) devrait également envisager la possibilité qu’un coup de feu non-létal asséné à Glick fasse partie d’un plan messianique des colons pour faire bouger les choses dans leur sens.

Juste après la fusillade, les ministres israéliens ont commencé à exiger un changement du statu quo sur le complexe al-Aqsa. Israël, pour la première fois depuis 1967, a fermé l’accès à tous les fidèles.



« Je prie pour que Yehuda Glick se rétablisse totalement », a déclaré le ministre du logement Uri Ariel. « Les projectiles qu’il a reçus la nuit dernière étaient dirigés à tous les juifs qui veulent exercer leur droit juif et moral de visiter le lieu le plus sacré qui soit pour le peuple juif, et prier au Mont du Temple. »

Certains Palestiniens craignent que, lors de la réouverture de l’accès au complexe, Israël puisse saisir l’opportunité d’imposer une nouvelle règlementation au nom de la « sécurité » : séparer les entrées ou créer des zones réservées aux juifs. Cela serai vu par les Palestiniens comme la première étape d’une prise de contrôle intégrale.

C’est précisément ce qu’a fait Israël à la mosquée d’Ibrahim à Hébron après qu’un colon de Brooklyn, Baruch Goldstein, a massacré 29 fidèles palestiniens en 1994.

Si Israël ne saisit pas cette opportunité, il pourrait s’agir d’une temporisation jusqu’à la prochaine provocation.

Souvenons-nous que c’était un extrémiste juif, Yigal Amir, qui a assassiné le premier ministre israélien Yitzhak Rabin en 1995 afin de mettre un terme à ce qu’il considérait comme une concessions aux Palestiniens de terres qui, selon lui, ont été promises aux juifs par Dieu.

Si cet acte reste justifié aux yeux d’Amir et de nombreux de ses partisans, y a-t’il une seule chose qui soit donc proscrite dans l’optique de reconstruire le Temple ?

Nous ne savons pas qui a tiré sur Yehuda Glick: cela aurait pu être un Palestinien, ou quelqu’un d’autre. Ce que nous savons avec certitude, c’est que Glick et ses comparses ont des plans apocalyptiques et misent sur les épisodes de violence et l’onde de choc qu’ils peuvent provoquer dans le but d’atteindre leurs objectifs.

Traduit d’après l’article de The Electronic Intifada par Fabio Coelho pour Croah.fr

A voir Un sioniste avertit les Musulmans: « Al-Aqsa est à nous et à nous seuls »

A voir Lieux et édifices de la Jérusalem musulmane

http://architectureislamiquejerusalem.centerblog.net/166-

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 04/11/2014 16:41:36    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
ludovic
Participant du forum
Participant du forum

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2012
Messages: 94
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 05/11/2014 10:55:32    Sujet du message: La reconstruction du Troisième Temple est en route Répondre en citant

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 19/10/2017 10:00:16    Sujet du message: La reconstruction du Troisième Temple est en route
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Islam Sunnite Index du Forum -> Bienvenue dans votre espace -> Actualités musulmanes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Bienvenue sur le Forum Muslim