Forumuslim : Une question, une réponse



Recherche Avancée


 Message du Forum 
Le Guide des meilleurs restos Halal


=>>Aider ACDLP à s'agrandir avec vos dons<<=

Afficher votre pub ici ?
   
  
               
           
     
La Jurisprudence (Fiqh) des relations entre les Musulmans et les non-Musulmans


 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Islam Sunnite Index du Forum -> Forum Membres -> Histoires et Rappel de l'Islam
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Rashid
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2012
Messages: 2 663
Sexe: Masculin
Localisation: Erbil, Irak-Kurdistan

MessagePosté le: 15/03/2014 08:03:30    Sujet du message: La Jurisprudence (Fiqh) des relations entre les Musulmans et les non-Musulmans Répondre en citant


Au nom de Dieu, Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux.
Que la prière d'Allah ainsi que la paix sois sur notre envoyé, notre prophète et notre bien-aimée Muhammed.
Mes chère frères et soeurs, As salam alaykoum wa rahmâtu ALLÂH y wa barakâtuh,



La Jurisprudence (Fiqh) des relations entre les Musulmans et les non-Musulmans

Par le Mufti  ibn Adam al-Kawthari - Qu'Allah le préserve -.

Question :

J'ai vu certains Musulmans garder des liens étroits et avoir de l’amitié avec des non-Musulmans. Quel est donc le point de vue Islamique sur les relations entre Musulmans et non-Musulmans?


Réponse :

Au nom d'Allâh, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux,

L'Islam est une religion de miséricorde, de tolérance et de modération. Il enseigne à ses adeptes à être modérés dans tous les domaines et horizons de la vie, dans les aspects du culte, dans les relations avec autrui et dans les interactions avec les membres d'autres confessions. Être extrême, d'une façon ou d'une autre, irait à l'encontre des enseignements purs d’Allâh le Très-Haut et de Son Messager bien-aimé 
 
.

Celui qui désire examiner les différents textes du Qour’an et de la Sunnah concernant l'interaction et la façon de communiquer avec les non-Musulmans, verra de manière claire et manifeste cet aspect (de modération). D'une part, l'Islam nous ordonne de ne pas aimer ou nous lier d'amitié avec des non-Musulmans, tandis que d’autre part, de nombreux textes et pratiques du Messager d’Allâh 
 
et de ses compagnons (qu'Allah soit satisfait d'eux) indiquent que l'on doit traiter les non-Musulmans de la manière la plus respectueuse et amicale.

Malheureusement, ceux qui n'ont pas une compréhension profonde de l'Islam semblent penser qu'il existe une contradiction dans les enseignements de l'Islam en ce qui concerne la manière dont son comportement doit être orienté envers les non-Musulmans. Ils voient les différents textes du Qour’an et la Sunnah admonestant ceux qui ont des relations étroites et amicales avec des non-Musulmans, tandis que d'autres textes semblent indiquer que d'avoir de bonnes relations avec les non-Musulmans est autorisé et encouragé. De même, certains non-Musulmans pointent du doigt l'Islam et ses adeptes, car selon eux l'Islam enseigne la haine, la violence et le rejet des non-Musulmans.

Cependant, avec la susdite explication, il devient clair que ces deux interprétations sont à côté de la plaque. Il n'y a aucune contradiction dans les enseignements de l’Islam. Jamais l'Islam n’a enseigné à ses adeptes la haine pour les autres êtres humains, quelle que soit leur foi. La réalité est que l'Islam enseigne la modération. Il permet aux Musulmans d'avoir de bonnes relations avec les non-Musulmans, mais dans une certaine limite. Cela devient plus clair en regardant les différents textes du Qour’an et les pratiques du Messager d’Allâh
 
et de ses Compagnons.

Il y a de nombreux versets du Qour’an qui interdisent d'avoir une relation étroite et intime avec des non-Musulmans, par exemple :

1) Allâh le Très-Haut dit dans le Qour’an :

« Que les croyants ne prennent pas, à la place des fidèles, les négateurs pour alliés ! Quiconque le fera aura rompu toute alliance avec Allâh, à moins d'y être contraint par un péril à redouter. » [1]

L’Imam Abou Bakr al-Jassas (qu'Allah lui fasse miséricorde) stipule dans l'explication de ce verset :

« La déclaration d’Allâh [à moins d'y être contraint par un péril à redouter] signifie, que si vous craignez qu’ils s’en prennent à votre vie ou aux membres de votre corps, alors vous pouvez vous préserver d'eux en exprimant l'amitié avec les mécréants sans que cela ne vienne du fond de votre cœur ... C'est l'opinion de la majorité des savants. » [2]

2) Allah le Très-Haut dit :

« Ô vous qui croyez ! Ne prenez point Mes ennemis et les vôtres pour alliés ! » [3]

L’Imam Abou Bakr al-Jassas (qu'Allah lui fasse miséricorde) affirme que ce verset a été révélé au regard du Compagnon Hatib Ibn Abî Balta'a (qu'Allâh soit satisfait de lui) qui avait écrit aux non-croyants de Quraysh en leur donnant des lignes directrices (concernant leur sécurité et d'autres questions du même acabit). S’il avait agi ainsi, c’est qu’il craignait pour sa richesse et les enfants qu'il avait laissés derrière lui à la Mecque .... [4]

3) Et :

« Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas de confidents en dehors de votre communauté, qui feraient tout pour vous corrompre » [5]

4) Et :

« Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas les juifs et les chrétiens pour alliés. Ils sont alliés les uns des autres. Quiconque parmi vous les prend pour alliés sera des leurs » [6]

L'imam et exégète Ibn Kathir (qu'Allâh lui fasse miséricorde) déclare dans le commentaire de ce verset :

« Allâh le Très-Haut interdit (dans ce verset) à Ses serviteurs croyants de se lier d’amitié et d'être intime avec les Juifs et les Chrétiens - ceux qui sont ennemis de l'Islam et de son peuple ... » [7]

5) Et:

« Tu ne verras jamais ceux qui ont foi en Allâh et au Jugement dernier sympathiser avec ceux qui s'insurgent contre Allâh et Son Envoyé, fussent-ils leurs pères, leurs fils, leurs frères ou de leur tribu » [8]

Les quelques versets Coraniques cités ci-dessus indiquent qu'il est illégal d'avoir une amitié profonde et d’être intime (muwalat) avec des non-Musulmans, même proches. Cependant, de nombreux autres textes du Qour’an et de la Sunnah, les agissements et la pratique du Messager de Allâh 
 
, le comportement de ses Compagnons à l’égard des non-Musulmans, indiquent que l'on doit traiter les non-Musulmans avec sympathie, générosité, compassion et sollicitude.

1) Allah le Très-Haut dit :

« Allâh ne vous défend pas d'être bons et équitables envers ceux qui ne vous attaquent pas à cause de votre religion et qui ne vous expulsent pas de vos foyers. Allâh aime ceux qui sont équitables » [9]

2) Et :

« Ô vous qui croyez ! Soyez fermes dans l'accomplissement de vos devoirs envers Allâh, et impartiaux quand vous êtes appelés à témoigner ! Que l'aversion que vous ressentez pour certaines personnes ne vous incite pas à commettre des injustices ! Soyez équitables, vous n'en serez que plus proches de la piété ! Craignez Allâh! Allâh est si bien Informé de ce que vous faites » [10]

Dans ces deux versets, Allâh le Très-Haut nous commande de traiter les non-Musulmans de manière juste et honorable. L'aversion ressentie pour leurs croyances ne doit pas inciter un Musulman à les traiter injustement.

Le Messager bien-aimé d’Allâh 
 
, qui a été envoyé comme une miséricorde pour toute l'humanité, a fait preuve de bonté, de compassion, de générosité et de politesse envers les non-Musulmans, il est difficile de trouver des exemples semblables dans l'histoire.

Alors que Makka al-Mukarrama était sous l'emprise de la famine, il sortit personnellement pour aider ses ennemis qui lui avaient fait quitter sa ville natale. Lors de la conquête de La Mecque, tous ses ennemis devinrent sous son pouvoir et son contrôle, et pourtant il les libéra tous, leur accorda l'amnistie mais également le pardon pour ce qu’ils firent dans le passé. Lorsque des prisonniers de guerre non-Musulmans furent présentés devant lui, il les traita avec autant de gentillesse et de tendresse que celle que l’on pourrait accorder à ses propres enfants. Ses ennemis lui avaient infligé toutes sortes de blessures et de douleur, mais il ne leva jamais la main pour se venger, ni ne leur souhaita du mal, au contraire il priait pour qu’ils soient guidés. Une délégation de la tribu des Banu Thaqifa (qui n'avaient pas encore accepté l'Islam) vint lui rendre visite. Ils eurent l'honneur de rester dans la Mosquée du Prophète, un endroit considéré par les Musulmans comme le plus sacré des lieux. [11]

Il existe de nombreux autres exemples dans la vie du Messager de Allâh 
 
. L'épisode de Ta’if, le traité de Hudaybiyya et beaucoup d'autres événements similaires qui démontrent de manière catégorique le point de vue de l'Islam en ce qui concerne la manière de traiter et de se comporter avec les non-Musulmans.

De même, les Compagnons (Sahaba) du Messager de Allâh 
 
ont également traité les non-Musulmans avec tendresse et gentillesse. Ils leur ont donné leurs justes droits et ne les ont jamais opprimés, d’aucune façon.

Ainsi, nous voyons que si l'Islam interdit à ses adeptes d'être très intimes avec les non-Musulmans, dans le même temps, il ne les empêche pas d’être tendres et généreux avec eux. À partir de ces deux principes et des exemples trouvés dans la littérature Islamique, les savants et juristes ont classé l'amitié avec les non-Musulmans en quatre niveaux et étapes :

1) Muwalat ou Mawadda : Il s’agit ici du fait d’avoir des relations étroites et intimes, un amour profond et l'affection du cœur.

Ce type de relation est réservé seulement pour les Musulmans, de ce fait il ne sera pas permis à un Musulman d’avoir ce type d'amitié avec des non-Musulmans. Les versets du Qour’an interdisant aux Musulmans d'entretenir une amitié profonde et étroite avec les non-Musulmans, en particulier le premier verset de la sourate al-Mumtahina, concernent ce genre de relation.

2) Mudarat : Il s’agit ici du fait d’exprimer l'amitié et l'amour seulement extérieurement, sans avoir intérieurement d'amour pour eux et pour leurs croyances. Il s'agit d'une simple expression extérieure de la première étape (muwalat), qui implique d'être agréable, amical, poli et aimable envers les non-Musulmans. Cela consiste à faire preuve de bonnes manières, de courtoisie et à bien se conduire envers les autres êtres humains.

Ce type de relation avec les non-Musulmans est permis, car il est réservé à tous les êtres humains, qu'ils soient Musulmans ou non-Musulmans. Cela devient encore plus important quand l'objectif est de se sauvegarder contre d’éventuels dommages, de convier à l'Islam ou quand il s’agit d’invités. Le verset du Qour’an dans lequel Allâh dit « à moins d'y être contraint par un péril à redouter » se réfère à ce type de relation. Cependant, si l'on craint de corrompre ses valeurs religieuses, alors il ne sera pas autorisé d’entretenir ce type d'amitié avec des non-Musulmans.

3) Muwasat : Il s’agit ici du fait d’aider, d’assister et d’être bon envers les non-Musulmans. Cela comprend l’aide caritative, le soutien, les condoléances, les consolations et soulager du mal, comme donner de l'eau à un non-Musulman ayant soif ou de la nourriture à quelqu'un ayant faim.

Ceci est également autorisé pour toutes les catégories de non-Musulmans, sauf pour ceux qui sont directement en guerre avec les Musulmans. Le verset du Qour’an dans lequel Allâh le Très-Haut dit : « Allâh ne vous défend pas d'être bons et équitables envers ceux qui ne vous attaquent pas à cause de votre religion et qui ne vous expulsent pas de vos foyers. Allâh aime ceux qui sont équitables » se réfère à ce type de relation avec les non-Musulmans.

4) Mu'amalat : Il s’agit ici de commercer, de traiter et d'échanger avec les non-Musulmans. Ceci est également autorisé avec tous les non-Musulmans, sauf avec ceux qui nuisent à l'Islam et aux Musulmans en général. [12]

Ce qui précède illustre clairement la nécessité pour les Musulmans d'être modérés en ce qui concerne leurs interactions avec les non-Musulmans. Malheureusement, certains Musulmans font preuve de démesure, dans un sens comme dans l’autre.

Certains deviennent assez extrêmes dans leur manière de traiter les non-Musulmans, allant jusqu’à considérer tous types de contact avec les non-Musulmans comme péché. Ils sont très agressifs dans leur approche avec les non-Musulmans et ils considèrent les Musulmans ayant une quelconque relation avec les non-Musulmans comme pécheurs.

Cette approche est erronée, comme nous pouvons voir très clairement dans les versets du Qour’an fourni ci-dessus et dans la pratique du Messager d'Allâh 
 
et de ses nobles Compagnons (qu'Allâh soit satisfait d'eux tous). Ces personnes doivent prendre conscience que l'Islam ne s'est pas propagé par la force ou l'agression, mais que c’est l’excellent comportement affiché par les Musulmans qui les a convaincus. Beaucoup de grandes personnalités telles que Khalid ibn al-Walid, Amr ibn al-Ass et autres (qu'Allâh soit satisfait d'eux) ont accepté l'Islam quand ils ont observé le comportement spectaculaire du Messager d’Allâh 
 
lors du traité d'al-Hudaybiyya. Les gens furent choqués (de manière positive) et étonnés de voir un tel comportement, exprimé même envers les ennemis, ce qui favorisa ensuite leur adhésion à l'Islam.

Aujourd'hui, nous avons une grande opportunité dans la propagation de l'Islam parmi les non-Musulmans. Il n'y a jamais eu de meilleur moment pour faire Da'awa, mais ce sont les Musulmans qui sont la cause de l’entrée ou non des non-Musulmans dans l’Islam. Les Musulmans doivent s'assurer que leurs mauvaises manières et leur comportement hostile ne soient pas ce qui empêche les gens d'accepter l'Islam. Si nos actions ont pour conséquence d’empêcher à ce que des personnes entrent dans cette belle religion qu’Allâh nous a donné, alors notre responsabilité est engagée et nous devrons en répondre dans l'au-delà.

De l’autre côté, certains Musulmans deviennent si proches et intimes avec des non-Musulmans, qu'il ne reste aucune différence entre la croyance et la mécréance. Dans de nombreux versets, le Qour’an nous a interdit d'aimer dans nos cœurs les non-Musulmans ainsi que leurs croyances. Pourtant, certains Musulmans s'assoient, mangent, vivent et se mêlent aux non-Musulmans, comme si ce n'est pas grave si l'on croit ou non. Ceci constitue l’autre face de l’extrémisme devant également être évité. La vie d'un Musulman a un objectif qui est de vivre une vie conforme aux commandements d’Allâh le Tout-Puissant et de Son Messager bien-aimé 
 
, par conséquent, le véritable amour ne peut être donné que pour ceux qui partagent le même but et pas pour ceux qui rejettent cette conception basique de la vie.


Sur la base des explications fournies ci-dessus, nous allons maintenant examiner certaines questions spécifiques relatives aux relations entre les Musulmans et les non-Musulmans :


Donner des cadeaux aux non-Musulmans ou en recevoir de leur part

Il est dit dans Al-Fatawa al-Hindiyya, l'un des ouvrages de référence de l'école Hanafite :

« L’Imam Muhammad (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a enregistré des narrations (en apparence) contradictoires dans son al-Siyar al-Kabir, certains indiquant que le Messager d’Allâh 
 
a accepté des cadeaux provenant de non-Musulmans, tandis que d'autres indiquent le contraire, par conséquent, il est nécessaire de concilier entre ces narrations qui sont (en apparence) contradictoires ....

Concernant cette narration dans laquelle le Messager d’Allâh 
 
n'avait semble-t-il pas accepté le cadeau provenant d'un non-Musulman, le Faqih Abu Ja'far al-Hindawani a déclaré que si le Messager d’Allâh 
 
avait agit ainsi, c’est qu’il pensait que la personne qui lui donnait le cadeau s’imaginait que la lutte entreprise par le Messager d’Allâh 
avait pour but l'acquisition de la richesse et non pas l’élévation de la Parole d'Allâh. Par conséquent, même aujourd’hui il demeure interdit d’accepter un cadeau d'un tel individu. Quant à la narration dans laquelle le Messager d’Allâh 
 
avait accepté le cadeau d'un non-Musulman, il avait agi ainsi car il pensait que la personne donnant le cadeau reconnaissait que le Messager d’Allâh 
 
luttait pour l'Islam et l'élévation de la parole d'Allâh et non pour un gain matérialiste. En conséquence de quoi, encore aujourd’hui, il demeure autorisé d’accepter le cadeau d'un tel individu.

Certains savants (Hanafi) ont conciliés d'une autre manière (les récits apparemment contradictoires), en déclarant que si le Messager d'Allâh 
 
n'avait pas accepté un cadeau provenant d'un non-Musulman c’est parce qu’il pensait qu'en acceptant son cadeau, cela  affaiblirait sa solidarité, qu’il perdrait le respect et aurait ensuite à adoucir son approche. Tandis qu’il aurait accepté le cadeau d'une personne s’il ne craignait pas les choses précitées ». [13]

Le susdit texte d'Al-Fatawa al-Hindiyya indique qu'il n'y a rien de mal à accepter et à donner un cadeau à un non-Musulman à condition de n’avoir aucune crainte pour sa foi. Le Messager d'Allâh 
 n'acceptait pas le cadeau des non-Musulmans lorsqu’il craignait que ce soit néfaste pour les Musulmans tandis qu’il les acceptait lorsqu’il n’avait pas cette crainte. Au contraire, quand il existe certains avantages à donner et à accepter des cadeaux, tels que l'espoir d'une acceptation de l'Islam, il convient de donner et d'accepter des cadeaux. Si l’on craint pour sa foi, alors on ne doit ni donner ni recevoir de cadeau.

En ce qui concerne le don et l'acceptation de cadeaux pendant la période des fêtes religieuses des non-Musulmans, comme les fêtes Noël, de Diwali, etc, c’est permis, car cela n'est pas en soi un acte religieux, mais une coutume sociale. L'intention de donner des cadeaux n’est pas de respecter la fête religieuse, mais plutôt de faire preuve de respect et de courtoisie envers celui à qui le cadeau est donné, comme le souligne l'Imam Ashraf Ali al-Tahanawi (qu'Allâh lui fasse miséricorde) dans son célèbre Imdad al-Fatawa, 3/482.

Par conséquent, il est permis de donner et de recevoir des cadeaux pendant la période des fêtes de fin d’année, avec l'intention de permettre au non-Musulman de se rapprocher de l'Islam, à condition que deux conditions soient remplies :

a) Le cadeau ne doit pas être donné dans l'intention de célébrer une fête non-Musulmane, mais plutôt de faire preuve de courtoisie envers un autre être humain,

b) Le cadeau ne doit pas être quelque chose qui est relié à la fête religieuse non-Musulmane, comme un arbre de Noël.


Inviter des non-Musulmans à manger et accepter leur invitation

Il est permis d'inviter un non-Musulman à dîner chez soi de temps en temps pour renforcer les liens familiaux ou pour entretenir d'autres liens sociaux. Sans un tel besoin, on devrait éviter d’en faire une habitude. De même, il sera autorisé d’accepter ce type d’invitation provenant d'un non-Musulman, à condition d’être certain que la nourriture est Halal et qu’il n’y a pas sur place d’activités illégales. [14]

Le Messager d'Allâh 
 
a lui-même accepté l'invitation d'un non-Musulman et il est venu manger chez lui [15]. De même, le Messager d'Allâh 
 
a invité des non-Musulmans dans sa demeure [16].

Il est dit dans al-Fatawa al-Hindiyya :

« Est-il permis de manger avec un adorateur du feu ou tout autre non-croyant? Il a été rapporté de l'Imam Hakim Abd al-Rahman al-Katib que si un Musulman est confronté à cela une ou deux fois, alors il n'y a rien de mal à cela, par contre il est détestable d’en faire une habitude » [17].


Assister à des fêtes religieuses non-Musulmanes

Il n’est pas permis à un Musulman de participer aux fêtes et cérémonies religieuses des non-Musulmans, car cela impliquerait l'approbation de leur foi. En prenant part à leurs fêtes religieuses, on approuve indirectement leur mécréance (kufr) et leur religion [18]. Le Messager d'Allâh 
 
a même interdit aux Musulmans la Salat à l'heure du lever du soleil, lors du zénith et au coucher du soleil, car cela ressemblait extérieurement aux adorateurs du soleil.


Rendre visite à un non-Musulman malade

Il n'y a rien de mal à visiter un non-Musulman qui est malade (iyada), qu’il soit Chrétien ou Juif [19]. On rapporte que le Messager d'Allâh 
 
rendait visite aux non-Musulmans lorsqu’ils étaient malades, comme cela est indiqué dans les ouvrages relatifs à la Sunnah.


Rendre visite et offrir ses condoléances lors d’un décès

Il est autorisé de rendre visite à un non-Musulman pour présenter ses condoléances lors d’un deuil familial.

Il est dit dans al-Fatawa al-Hindiyya :

« Si un non-Musulman décède, on peut dire au père du défunt ou à quelque autre de ses parents : Que Dieu vous récompense par quelqu'un de meilleur et vous honore par l'Islam, et qu'Il vous accorde un enfant Musulman ... » [20].

Ainsi, il est autorisé de rendre visite à un non-Musulman dans le cas d'un deuil familial, mais il convient, lors des condoléances, de lui souhaiter qu’Allâh lui accorde quelqu'un de meilleur que le défunt non-Musulman.


Assister à la cérémonie des funérailles d'un non-Musulman

Il est permis d'assister aux obsèques d'un parent non-Musulman, issu de la famille, d’un voisin ou d’un proche. Il est dit dans al-Bahr al-Ra'iq :

« Et l'on peut suivre les funérailles d’un non-Musulman, de loin ...» [21]

Il n’est toutefois pas autorisé d’assister à une cérémonie d'obsèques religieuses, surtout quand cela implique qu’il faille prier pour un non-Musulman après son décès. Faire des invocations  et prier en faveur d’un défunt non-Musulman, en lui dédiant les récompenses (isal al-Thawab) etc. est illégal. Le Messager d'Allâh 
 
a demandé à ce qu’on ne prie pas pour son oncle Abu Talib. Il en a été de même avec Sayyidina Ibrahim (sur lui la Paix).

Allah le Très-Haut dit :

« Il ne sied ni au Prophète ni aux croyants d'implorer le pardon d’Allâh en faveur des polythéistes, fussent-ils leurs proches, une fois bien établi que ceux-là sont destinés à être les hôtes de l'Enfer. » [22]

Cependant, il sera autorisé d’invoquer Allâh afin qu’un(e) non-Musulman(e) vivant(e) soit guidé(e), dans l’espoir que cette personne accepte l'Islam. Il sera également autorisé d’invoquer pour la santé et le bien-être d’un non-Musulman. [23]


Les non-Musulmans et la Mosquée (Masjid)

Il est autorisé aux Musulmans de donner la permission aux non-Musulmans d'entrer dans la Mosquée, notamment à des fins de Da'awa. Il est dit dans Al-Fatawa al-Hindiyya :

« Il n'y a rien de mal à ce que les non-Musulmans (dhimmis) entrent dans le Haram de la Mecque (Al-Masjid al-Haram) et dans toutes les autres Mosquées. C'est l'opinion la plus solide dans le madhaab (Hanafite), comme mentionné dans al-Muhit de Sarakhsi. » [24]


Les Musulmans et les lieux de culte non-Musulmans

Il est déconseillé (makruh) pour un Musulman de pénétrer dans un lieu de culte non-Musulman, comme une église ou une synagogue [25], sauf s'il y a un avantage certain, plus important que ce mal.


Se lever en respect pour un non-Musulman

Il est dit dans Al-Fatawa al-Hindiyya :

« Si un non-Musulman (dhimmi) entre et qu’un Musulman se lève pour lui ; s'il se lève avec l'espoir de le faire entrer en Islam, alors il n'y a rien de mal à cela. Toutefois, si l'on se lève sans avoir cette intention ou qu’on se lève en raison de sa richesse, alors cela est détestable. » [26]

Par conséquent, il sera permis de se lever pour un non-Musulman sans pour autant éprouver de respect pour la foi qu’il porte dans son cœur et également si cela est fait pour une raison diplomatique, telle que l'espoir qu’il accepte l'Islam ou pour prévenir l’inimitié ou la haine. Le Messager d'Allâh 
 
s’est lui-même levé pour Ikrima Ibn Abî Jahl (chef des Quraysh) et Adi ibn Hatim (chef de la tribu des Banu Tay) avant qu’ils n’aient accepté l'Islam. Cependant, on doit éviter de se lever en respect pour la foi ou les croyances d’un non-Musulman.


Serrer la main des non-Musulmans

Il n'y a rien de mal à serrer la main d'un voisin Chrétien (c'est à dire d’un non-Musulman - et autres) en revenant d'un voyage (par ex.) si le non-Musulman est offensé qu’on ne lui serre pas la main. [27]

Cependant, il faut veiller à ne pas commettre autre chose d’illégal, tel que serrer la main d'un non-Mahram du sexe opposé.


Faire preuve de charité envers les non-Musulmans en leur versant la Zakat (et/ou autres)

Il y a consensus des savants (ijma') sur le fait que la Zakat ne peut pas être donnée aux non-Musulmans, comme cela est mentionné par l'Imam al-Kasani, Ibn Qudama, Buhuti, et d'autres. Le Messager d'Allâh 
 
a précisé que la Zakat se doit d'être prise aux Musulmans aisés et distribuée aux Musulmans pauvres. [28]

Cependant, il est permis d'aider et d'assister les non-Musulmans se trouvant dans le besoin en leur donnant d'autres formes de charité, comme par ex. en faisant preuve de bienfaisance et en étant équitable avec eux, comme cela est commandé par le Très-Haut dans le Qour’an. Si l'on craint que l'argent soit utilisé contre l'Islam et les Musulmans, alors il ne faut pas leur donner d'assistance caritative.

Enfin, on devrait toujours se rappeler que notre amour, notre haine, notre respect et notre  aversion se rapportent aux actions et non aux personnes qui commettent ces actes. Ainsi, nous n'aimons pas l'acte de mécréance (kufr), mais nous ne détestons pas les non-Musulmans car ils font également partie de la création d'Allah, par conséquent les non-Musulmans méritent les mêmes droits que les Musulmans. Qu’Allah le Très Haut nous donne la capacité de vivre une vie qui soit en accord avec Sa Satisfaction et avec celle de Son Messager bien-aimé 
 
. Ameen.


Et Allâh est plus Savant

[Mufti] Muhammad ibn Adam
Darul Iftaa
Leicester, Royaume-Uni



Notes :

[1] Qour’an, 3/28
[2] Ahkam al-Qour'an, 2/289
[3] Qour’an, 60/1
[4] Ahkam al-Qour'an, 5/325
[5] Qour’an, 3/118
[6] Qour’an, 5/51
[7] Tafsir Ibn Kathir, 2/94
[8] Qour’an, 58/22
[9] Qour’an, 60/8
[10] Qour’an, 5/8
[11] Voir : Ma'arif al-Qour'an, 2/51
[12] Source : Ahkam al-Qour'an, Al-Fatawa al-Hindiyya, Ma'arif al-Qour'an, 2/50-51, Jawahir Al-Fiqh, 179-193 et Ifadat Ashrafiyya, P: 11
[13] Al-Fatawa al-Hindiyya, 5/347-348
[14] Al-Fatawa al-Hindiyya, 5/347
[15] Voir : Ibn Qudama, al-Mugni, 7/3
[16] Sahih Mouslim, n° 2063
[17] Al- Fatawa al-Hindiyya, 5/347
[18] C’est-à-dire, participer de manière active à un acte religieux non-Islamique lors d’une fête religieuse non-Musulmane.
[19] et [20] Al-Fatawa al-Hindiyya, 5/348
[21] Dans al-Bahr al-Ra'iq, 2/205
[22] Sourate al-Tawbah, 9/113
[23] al-Mawsu’a al-Fiqhiyya, Koweït
[24] et [25] al-Fatawa al-Hindiyya, 5/346
[26] al-Fatawa al-Hindiyya, 5/348
[27] al-Fatawa al-Hindiyya, 5/348
[28] Sahih al-Bukhari, n° 1365


Source : www.sunnisme.com 


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
« En vérité la parole est dans le cœur
Et la langue n'a été mise que comme preuve contre le cœur...»

Pour vos fatwas, envoyez ici : malikite@doctrine-malikite.fr
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 15/03/2014 08:03:30    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Islam Sunnite Index du Forum -> Forum Membres -> Histoires et Rappel de l'Islam Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Bienvenue sur le Forum Muslim