Forumuslim : Une question, une réponse



Recherche Avancée


 Message du Forum 
Librairie Musulmane Souk Ul Muslim


Toutes l'équipe vous souhaitent de bonnes fête de l'Aid. 


=>>Aider ACDLP à s'agrandir avec vos dons<<=

Afficher votre pub ici ?
   
  
               
           
        
 
 
Bonjour, je me présente
Aller à la page: 1, 2  >

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Islam Sunnite Index du Forum -> Bienvenue dans votre espace -> Les membres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Côme
Débutant du forum
Débutant du forum

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mai 2013
Messages: 46
Sexe: Masculin
Localisation: Annecy

MessagePosté le: 22/05/2013 18:29:12    Sujet du message: Bonjour, je me présente Répondre en citant
Bonjour a tous,


Je me présente :


Je suis non-croyant (mécréant comme vous dites mais je préfère le terme non-croyant ou athée)
Mais je suis respectueux des religions (toutes les religions).
Je me suis inscrit sur ce site car la religion Musulmane m'intéresse particulièrement et m'interpelle sur certains côtés.
J'espère que les savants de ce forum pourront répondre à mes nombreuses interrogations et qu'ils ne se sentiront pas offensés par mes questions.
Les membres suivants remercient Côme pour ce message :
sondos (22/05/13), musslimaa (22/05/13)
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 22/05/2013 18:29:12    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
ukhty
Soeur
Soeur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2012
Messages: 7 035
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 22/05/2013 18:31:19    Sujet du message: Bonjour, je me présente Répondre en citant
:assalam!


Bonjour et Bienvenue parmi nous Inchâ Allah "futur frère en Allah" :)


N'hésite pas à poser tes questions Inchâ Allah ( Ca veut dire Si Allah ( Dieu) le veut ) :)


En espérant que tu te plairas parmi nous.
Nous ne sommes pas des savants mon frère Côme mais des musulmans cherchant le savoir tous les jours, tant que Allah nous le permet :)
Je t'invite à découvrir ce magnifique forum, il y a beaucoup de choses qui te seront utiles dans tes recherches Inchâ Allah


::fleur:: ::fleur::
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Un loup ne pourra jamais devenir ami avec une poule !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Invitéio
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2012
Messages: 2 413
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 22/05/2013 18:48:35    Sujet du message: Re: Bonjour, je me présente Répondre en citant
Côme a écrit:
Bonjour a tous,


Je me présente :


Je suis non-croyant (mécréant comme vous dites mais je préfère le terme non-croyant ou athée)
Mais je suis respectueux des religions (toutes les religions).
Je me suis inscrit sur ce site car la religion Musulmane m'intéresse particulièrement et m'interpelle sur certains côtés.
J'espère que les savants de ce forum pourront répondre à mes nombreuses interrogations et qu'ils ne se sentiront pas offensés par mes questions.


Bonjour Very Happy

Bienvenue sur ce très beau forum ! ::fleur:: ::fleur::

Personne ne sera offensé ni de ta présence ni de tes questions.. Allah ou A3lem. Nous sommes ici dans ce forum pour apprendre ensemble dans le respect de chacun, dans l'amitié et la fraternité en Dieu.. D'ailleurs tu le vois, le forum est Muslim Forum Paix, Amour et Fraternité trés content


J'espère que tu trouveras les réponses à tes questions ..

A bientôt Inchâ Allah ! Very Happy
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Dieu exalté dit : « Je suis tel que Mon serviteur M'estime »

[Boukhâri]


Dernière édition par Invitéio le 22/05/2013 21:42:52; édité 1 fois
Revenir en haut
sondos
Soeur
Soeur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2009
Messages: 1 708
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 22/05/2013 19:29:14    Sujet du message: Re: Bonjour, je me présente Répondre en citant
Rosee Bonjour Rosee  
 
et rose Bienvenue rose à toi Côme sur le forum ::fleur::  
 
 
Incha'Allâh que ce forum te sera bénéfique ! 
 
::fleur:: N'hèsite pas à participer à poser tes questions , et à demander des précisions. C'est par le partage et l'entraide que l'on progresse le plus.  
 
::fleur:: Au plaisiiir de te répondre et te relire bientôt ::fleur::  
 
rose  

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
** la Vérité sur Jésus **


http://www.dailymotion.com/video/x9xhik_la-verite-sur-jesus-vstf_news
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
'Abd Al-Majid
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 22/05/2013 19:31:30    Sujet du message: Bonjour, je me présente Répondre en citant
Bonjour côme,


ca me fait plaisir de voir que des non musulmans peuvent aussi venir sur le forum, (ca casse un peu les frontières que les gens semblent mettre entre nous).
En fait les musulmans n'ont pas instaurés de termes pour désigner tel ou tel personne. Je crois qu'officieusement on utilise plus souvent le terme de "mécréant" pour désigner ceux qui veulent clairement inciter à la haine religieuse (Islamophobie) mais ce point n'est absolument pas important.


Bref, on est pas des savants, plutôt des musulmans plus ou moins instruits (plus pour les autres modérateur et moins pour moi trés content ) sur notre religion qui tentons de partager ce que l'on sait. On se base souvent sur des savants (qui ne sont pas du forum) pour répondre aux questions un peu compliquées qui nécessitent certaines connaissances.


Notre démarche n'a rien à voir avec les caricatures des musulmans qui passent à la télé.
On à un certain nombre de règle (que tous musulmans doit suivre) afin de garantir la conformité scientifique de nos dire.
Exemple : Si on s'interroges sur la signification d'un passage du Coran, on a pas le droit de chercher à interpréter car ce serait la meilleure façon de faire dire au Coran ce que l'on veut lui faire dire, donc on se remet A ou AUX quelques interprétations officiellement acceptées.


En fait L'Islam est une grande communauté qui admet une certaine souplesse scientifique en tolérant plusieurs avis différent au sein d'une petite marge raisonnable. C'est un peu comme en génétique (c'est une diversité autour d'une unicité)


Bref je ne suis pas là pour monologuer. J'attends vos questions avec grand plaisir trés content
Revenir en haut
Côme
Débutant du forum
Débutant du forum

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mai 2013
Messages: 46
Sexe: Masculin
Localisation: Annecy

MessagePosté le: 22/05/2013 19:43:36    Sujet du message: Bonjour, je me présente Répondre en citant
Merci beaucoup pour votre accueil très sympa.


J'aurais une première question mais peut être dois je créer un nouveau sujet pour la poser ?


voilà la question :


J'ai lu qu'il existait deux Coran, le premier écrit à la Mecque et un autre écrit à Medine .
Puis ces deux Coran ont été regroupés en un seul.
Pourtant ce qui est écrit dans l'un contredit souvent ce qui est écrit dans l'autre 
Comment faites vous pour discerner le vrai du faux?


Encore merci pour votre accueil 
Revenir en haut
Invitéio
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2012
Messages: 2 413
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 22/05/2013 20:09:12    Sujet du message: Bonjour, je me présente Répondre en citant
Côme a écrit:
Merci beaucoup pour votre accueil très sympa.


Pas de souci Very Happy

Côme a écrit:

J'ai lu qu'il existait deux Coran, le premier écrit à la Mecque et un autre écrit à Medine .
Puis ces deux Coran ont été regroupés en un seul.
Pourtant ce qui est écrit dans l'un contredit souvent ce qui est écrit dans l'autre 


Pour avoir un dialogue construit et intelligent, il faut avoir des arguments concrets trés content

C'est pour cela que je te demande d'apporter les preuves de ce que tu avances ...


Bonne continuation .. Very Happy
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Dieu exalté dit : « Je suis tel que Mon serviteur M'estime »

[Boukhâri]
Revenir en haut
'Abd Al-Majid
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 22/05/2013 20:16:12    Sujet du message: Bonjour, je me présente Répondre en citant
C'est vrai et c'est faux côme.


En fait tu fais référence aux révélations.
Il faut savoir que la révélation du Coran se faisait petit à petit
Au fur et à mesure que le Prophète Mohammed (paix et bénédiction de Dieu sur lui) était confronté à certaines situation Dieu lui révélait ce qui allait guidé la communauté des musulmans.


Ce que certains détracteurs ont appellés 2 coran n'est en fait qu'un Coran mais qui s'est adapté en fonction de deux grandes étapes dans la vie des premiers musulmans.


Mais que ce soit à la Mecque ou à Médine, c'est toujours les mêmes versets qui sont rappelés sur la croyance sur l'enfer et le Paradis sur le fait qu'il faut être bon etc. C'est la preuve qu'Il n'y a qu'un Coran. 
Je vais essayé de te trouver l'écrit d'un savant dessus
Revenir en haut
'Abd Al-Majid
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 22/05/2013 20:20:26    Sujet du message: Bonjour, je me présente Répondre en citant
L’orientaliste hongrois, au goût raffiné pour ce qui est des procédés rhétoriques utilisés par les Arabes, estime que le Coran de la Mecque avait une grande valeur esthétique... A Médine, en revanche, son niveau a baissé ! !
Il semblerait que notre homme ne saisisse pas très bien ce qu’implique la disparité des thèmes en termes de diversité de style.
Ainsi, si la répartition de l’héritage fait par exemple l’objet d’un verset, alors le mode d’expression adopté ne saurait être sentimental ou fougueux, comme cela est le cas dans les versets décrivant les affres de la Résurrection, lesquelles sont décrites d’une manière visant à mater les instincts rebelles. Le discours sur la Majesté divine à travers la méditation sur l’immensité de l’univers nécessite un style autre que celui utilisé pour lister les directives concernant le mariage ou le divorce par exemple.
L’éloquence se définit, quant à elle, par l’adéquation entre le discours et la situation. A partir de là, toute tentative d’atteinte à l’éloquence d’une partie du Coran, sous prétexte que son style n’est pas passionné ou spontané, est une bouffonnerie fort peu sérieuse... C’est sur cette base qu’on peut lire ce qu’écrit Goldziher au sujet de l’éloquence du Coran, à la page 9 :
« Le changement survenu dans le caractère prophétique de Muhammed ne pouvait manquer de se faire sentir dans le style et la tenue littéraire du Qorân.
[...] De la période mekkoise datent les prédications dans lesquelles Muhammed présente sous une forme fantastique, impétueuse et spontanée, les images que lui suggérait son ardente exaltation. [...]

Mais, peu à peu, la fougue prophétique s’apaise dans les prédications de Médine, dont la rhétorique plus pâle, ramenée à un niveau moins élevé par la nature quotidienne des sujets traités, s’abaisse parfois jusqu’à la prose courante. »
Il ajoute : « La vigueur oratoire s’alanguit, en dépit de l’emploi, dans ces parties du Qorân comme dans les autres, du sadj`, prose rimée dans laquelle une même rime se répète pendant toute la durée de chaque période. »
Il dit enfin : « Tandis que Muhammed, à la Mekke, fait le récit de ses visions en périodes rimées dont les phrases coupées suivent pour ainsi dire le battement fiévreux de son cœur, à Médine la révélation revêt la même forme, mais dépouillée de son élan et de sa force, même lorsque le Prophète reprend les thèmes de la prédication de la Mekke. »
Ce que raconte cet orientaliste hongrois au sujet de la valeur rhétorique des sourates du Coran ressemble en tout point à ce que raconterait un paysan de mon village au sujet de la physique nucléaire ! ! Autrement dit, rien que de l’ignorance et de la prétention. Alors si en plus, sur cette ignorance vient se greffer une haine aveugle, le jugement porté ne saurait avoir la moindre valeur.
Nous, les Arabes, connaissons mieux que quiconque les différents procédés rhétoriques utilisés dans notre littérature et dans nos niveaux de langage.
Néanmoins, nous ne laisserons pas cette affaire passer de la sorte, car le Coranmecquois - comme le prétend Goldziher - est l’œuvre d’un homme fiévreux, sous l’emprise de visions occultes et superstitieuses !
Nous ne dirons rien de plus pour commenter ces inanités que de retranscrire ici un passage des visions apocalyptiques de Saint Jean, par lesquelles celui-ci clôt le Nouveau Testament. Nous aimerions que chaque lecteur - qu’il soit d’Orient ou d’Occident et quelle que soit sa religion - prenne un passage du Coran mecquois - n’importe quel passage - et compare les deux discours.
Ce Coran, dont l’auteur est Muhammad, homme prétentieux - comme ils le prétendent - et ce Testament, fruit d’une inspiration angélique faite à Saint Jean.
Voici les paroles de Jean, dont on ne saurait se gausser... !
Jean dit, dans le chapitre quatre [1] : « J’eus ensuite une vision. Voici, une porte était ouverte au ciel, et la voix que j’avais naguère entendue me parler comme une trompette me dit : Monte ici, que je te montre ce qui doit arriver par la suite. A l’instant, je tombai en extase. Voici, un trône était dressé dans le ciel, et, siégeant sur le trône, Quelqu’un... Celui qui siège est comme une vision de jaspe et de cornaline ; un arc-en-ciel autour du trône est comme une vision d’émeraude. Vingt-quatre sièges entourent le trône, sur lesquels sont assis vingt-quatre Vieillards vêtus de blanc, avec des couronnes d’or sur leurs têtes. Du trône partent des éclairs, des voix et des tonnerres, et sept lampes de feu brûlent devant lui, les sept Esprits de Dieu. Devant le trône, on dirait une mer, transparente autant que du cristal. Au milieu du trône et autour de lui, se tiennent quatre Vivants, constellés d’yeux par-devant et par-derrière. Le premier Vivant est comme un lion ; le deuxième Vivant est comme un jeune taureau ; le troisième Vivant a comme un visage d’homme ; le quatrième Vivant est comme un aigle en plein vol. Les quatre Vivants, portant chacun six ailes, sont constellés d’yeux tout autour et en dedans. Ils ne cessent de répéter jour et nuit : "Saint, Saint." »
Au chapitre treize, Jean dit :
« Alors je vis surgir de la mer une Bête ayant sept têtes et dix cornes, sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des titres blasphématoires. La Bête que je vis ressemblait à une panthère, avec les pattes comme celles d’un ours [...]. »
Tout cela est bien entendu une révélation céleste au sujet de laquelle il ne saurait y avoir le moindre doute. Son éloquence ne saurait être remise en question... !
Quant à ce que dit Muhammad dans son Coran révélé à la Mecque : « Bienheureux sont certes les croyants, ceux qui sont humbles dans leur prière, qui se détournent des futilités, qui s’acquittent de l’aumône purificatrice, et qui préservent leur chasteté. » [2]
Ces paroles sont des phrases coupées suivant pour ainsi dire le battement fiévreux de son cœur. Elles sont le récit de visions provoquées par la réunion d’états pathologiques chez un individu appréciant la communication avec les forces invisibles... ! Du moins le prétend-il, se faisant passer ainsi pour un Prophète... ! De plus, ces écrits sont l’œuvre d’êtres humains, et on ne peut en aucun cas les mettre au même niveau que les visions apocalyptiques de Saint Jean, dont la source est l’inspiration divine... !
Que peut-on dire à cet orientaliste et à ses semblables, sinon répéter le célèbre hadith :
« Si tu n’as pas honte, fais ce qu’il te plaît. » [3]
Malgré tout, familiarisons-nous avec les attaques menées contre le Coran par notre orientaliste perspicace et avec les descriptions qu’il en fait. Au terme de son étude sur la valeur esthétique du Coran, il aboutit à la conclusion suivante, page 10 :
« Le Qorân est donc la base première de la religion islamique, son Écriture sainte, sa charte révélée. Il présente, dans son ensemble, un amalgame des caractères essentiellement différents qui ont marqué chacune des deux premières époques de l’enfance de l’Islâm. »
Cette conclusion est le fruit - comme nous l’avons vu - d’introductions ressemblant de près au raisonnement bovin auquel nous faisions allusion au début de ce chapitre... !
La chasse aux équivoques, là où il n’y a pas d’équivoque, est la cause ayant entraîné certains orientalistes à prétendre avec une insistance fort peu gracieuse qu’il existe une différence entre le Coran mecquois et le Coran médinois. Ils imputent cela - comme ils se l’illusionnent - aux circonstances auxquelles a dû faire face le Messager à Médine, lesquelles lui auraient dicté des paroles allant à l’encontre de ce qu’il disait être à la Mecque une révélation de la part de Dieu.
Leur fougue à vouloir prouver cette illusion les a tellement subjugués qu’elle leur a fait perdre tout équilibre scientifique.
L’orientaliste Margoliouth estime par exemple que les versets coraniques parlant de l’arrivée d’Abraham à la Mecque, et de l’installation de ses descendants aux abords de la Ka`bah, après qu’il l’eut construite avec son fils Ismaël, seraient forgés de toutes pièces. Muhammad aurait été amené à les composer afin de pouvoir se rapprocher des Juifs et établir un lien de parenté entre les Arabes et eux...
Et ce serait pour cette raison qu’on peut lire dans la sourate 2, la Vache - qui est une sourate médinoise : « Et quand Abraham supplia : ‹Ô mon Seigneur, fais de cette cité un lieu de sécurité, et fais attribution des fruits à ceux qui, parmi ses habitants, auront cru en Dieu et au Jour dernier.› » [4]
Ou encore : « Et quand Abraham et Ismaël élevaient les assises du Sanctuaire : ‹Ô notre Seigneur, accepte ceci de notre part ! Car c’est Toi l’Audient, l’Omniscient.› » [5]
L’orientaliste qui porte une telle accusation au Coran oublie, dans sa fougue exubérante, deux choses :
  1. L’évocation d’Abraham, de sa visite à la Mecque et de ses contacts avec des éléments arabes n’a pas commencé à Médine, pour faire plaisir aux Juifs de la ville. Elle a commencé à la Mecque, là où il n’y avait ni Juifs ni flagornerie ! 

    Dans le Coran mecquois, il existe une sourate intitulée « Abraham » contenant ce qui suit : 

    « Et quand Abraham dit : ‹Ô mon Seigneur, fais de cette cité un lieu sûr, et préserve-moi ainsi que mes enfants de l’adoration des idoles.› » [6

  2. L’Ancien Testament - que cet orientaliste considère comme un Livre Saint - assure qu’Abraham et son fils se sont rendus en Arabie. Comment donc un orientaliste mentalement équilibré peut-il dire que les versets de la sourate 2, la Vache, sont inexacts, qu’ils ont été composés pour faire plaisir aux Juifs et qu’ils contredisent le Coran mecquois ? !

Le plus drôle, ce n’est pas qu’un orientaliste se trouve impliqué dans une telle absurdité grotesque, emporté par son désir de vouloir prouver que le Coran deMédine contredit le Coran de la Mecque.
En fait, le plus drôle, c’est qu’arrive par la suite le Docteur Tâhâ Husayn, qui reprend ces errements de l’esprit à son propre compte et les mentionne dans son livre sur la poésie pré-islamique, voulant ainsi faire croire aux gens que cette hérésie est le fruit de son propre raisonnement, non la colportation aveugle de ce que raconte un orientaliste fanatique...
Le Professeur Muhibb Ad-Dîn Al-Khatîb - parlant de Tâhâ Husayn et de la valeur de ses savantes études - dit : « On dit que le Docteur Tâhâ s’est rétracté de ces inanités et s’est repenti de cette hérésie. »
Mais ce n’est pas cela qui nous intéresse. Ce qui nous intéresse, c’est de démasquer les sources de cet égarement que constituent ces recherches oiseuses menées par des Margoliouth ou des Goldziher.
Or voici que son livre sur la poésie pré-islamique est entre nos mains. Ne nous y dit-il pas à la page 26 que l’épisode d’Abraham et d’Ismaël est une légende, même s’il est évoqué par la Thora ou mentionné par le Coran ?
D’après lui, les Juifs qui se sont installés en Arabie ont inventé cette histoire. Il estime que cet artifice de leur part n’est qu’une ruse pour tenter de faire croire à une filiation entre les Juifs et les Arabes, entre l’Islam et le Judaïsme, entre le Coran et la Thora.
Puis à la page 29, il se contredit en disant : « Cette histoire est récente et n’est apparue que quelque temps avant l’avènement de l’Islam. »
Que ce crime ait été commis par les Juifs avant l’Islam - comme nous l’assure notre noble et érudit historien critique à la page 29 de son livre - ou qu’il ait été commis après la révélation du Coran, ruse de leur part pour tenter d’établir une filiation entre l’Islam et le Judaïsme - comme il nous l’affirme quelques pages plus tôt -, le résulat demeure le même : la légende d’Abraham est, pour notre Professeur Tâhâ Husayn, une rumeur colportée par les Juifs et plus particulièrement par ceux d’entre eux qui se sont installés en Arabie. Cette légende ne saurait être admise au sein de l’Histoire, même si intercèdent en sa faveur la Thora, le Psautier, l’Évangile et leCoran réunis !!
Quant à nous, si nous nous référons à la Bible, nous remarquons qu’elle fait mention d’Abraham, d’Ismaël et des enfants d’Ismaël au chapitre vingt-cinq de la Genèse, et au chapitre premier du premier livre des Chroniques. Ces deux endroits de la Bible - en particulier le premier - figurent parmi les chapitres les plus anciens, le premier étant même contemporain de Moïse - paix sur lui.
Le Professeur Tâhâ Husayn sera donc bien urbain, avec nous et avec la science, de venir nous expliquer comment ces comploteurs juifs qui se sont installés en Arabie ont pu ainsi immiscer cette légende, avant ou après l’Islam, dans des chapitres précédant l’Islam d’un grand, mais très grand nombre de siècles ? !
Comment ont-ils pu immiscer ce mensonge dans la Thora alors qu’ils étaient à Yathrib, à Khaybar, ou dans d’autres cités d’Arabie, cependant que les Juifs du reste du monde ne s’en sont même pas aperçus ? ! Ou alors, c’est qu’ils ont fomenté cela en connivence avec tous les Juifs du monde, voulant ainsi faire croire à une filiation entre les Juifs et les Arabes, entre l’Islam et le Judaïsme, entre la Thora et le Coran... ?
Margoliouth et Goldziher se noient dans le mensonge lorsqu’ils accusent Muhammad d’avoir composé le Coran ou lorsque leurs passions leur évoquent quelque chose appelé contradictions entre le Coran médinois et le Coran mecquois. Les contradictions n’existent en fait que dans les têtes de ces gens, et de ceux qui les suivent avec ébahissement.
L’orientaliste calomniateur poursuit donc sa diffamation et pénètre dans une série de mensonges pour lesquels nous ne voyons pas d’autre issue que de les mentionner, nous contentant de clarifier leur inconsistance. Ainsi écrit-il à la page 11 :
« [Ces succès] ne réalisèrent pas, comme on l’admet encore souvent, l’unité complète des tribus arabes politiquement éparses, divisées, même au point de vue religieux [...]. »
Il prétend que cette union ne s’est réalisée qu’après la domination militaire des Musulmans à l’époque du Califat...
A la page 11, il revient encore une fois à son idée de départ, selon laquelle les enseignements islamiques présentés par Muhammad seraient un mélange éclectique de notions puisées dans les principales religions de son temps - le Judaïsme, le Christianisme, le parsisme et l’idôlatrie -, et qu’il n’aurait fait qu’adapter et remettre au goût du jour.
L’orientaliste hongrois insiste sur cet emprunt des idées à la page 12, où il dit :
« Muhammed a accueilli, quelle qu’en fût la nature, les apports que lui fournissaient les contacts superficiels auxquels l’amenait son commerce, et il les a, le plus souvent, mis en œuvre sans aucun ordre. »
Autrement dit, l’Islam est une boutique dans laquelle on peut trouver pêle-mêle toutes sortes de marchandises importées, dont le propriétaire n’a guère fait plus que voyager ça et là pour les ramener avec lui.
Néanmoins, notre orientaliste impartial nuance ses propos à la page 13 :
« Tout en admettant une création en six jours, il a délibérément rejeté l’idée que Dieu se soit reposé le septième. C’est pourquoi ce fut non pas le septième jour, mais la veille, qui fut choisie, et choisie non comme jour de repos, mais comme jour de réunion [...]. »
Autrement dit, Muhammad aurait dû croire en ce Dieu fatigué et exténué afin de parfaire son imitation des autres civilisations, conformément à l’esprit trouble de cet orientaliste ! Mais ce Dieu qui a envoyé Muhammad dit à propos de Lui-même : « En effet, Nous avons créé les cieux et la terre et ce qui existe entre eux en six jours, sans éprouver la moindre lassitude. » [7]
Oui, le Dieu qui a envoyé Muhammad S’est décrit dans Son Livre de telle manière à Se réhabiliter des illusions que s’en font les Juifs, les Chrétiens, les Mages et les idolâtres, tous réunis. Il a prescrit des lois que ni ceux-là ni leurs ancêtres ne connaissaient... Malgré tout, Muhammad a importé ces idées d’autrui... Soit... !
Après cela, notre orientaliste continue à s’enfoncer dans sa calomnie, prétendant que l’idée que l’Islam inculque au sujet de Dieu est de moindre valeur que l’idée que s’en faisaient les religions antérieures ! C’est fort possible après tout, car l’Islam n’a pas imité la Genèse lorsque celle-ci décrit Dieu menant un combat de boxe contre Jacob... ! Ou lorsqu’elle décrit Dieu comme un Être fatigué d’avoir créé les cieux et la terre... ! Ou lorsque la Bible décrit Dieu, rentrant dans le ventre d’une femme pour ressortir de son vagin... ! Ou lorsqu’elle décrit Dieu de la manière que nous avons lue dans les visions apocalyptiques de Saint Jean !
Notre orientaliste embarrassé revient ensuite une nouvelle fois à la charge, pour dire que l’Islam englobe incontestablement des vertus morales, même si ces vertus sont empruntées aux anciennes religions.
Pour notre part, nous savons que la noblesse de caractère n’est pas restreinte à une religion particulière... La plupart des philosophies humaines englobent également les fondements de ces vertus et recommandent de les suivre... Pourquoi donc l’Islam est-il accusé d’avoir emprunté à autrui, alors que les religions juive et chrétienne ne sont pas accusées d’avoir importé leur identité, brique par brique, de la part des Grecs ou des Égyptiens ? !
La noirceur qui colore les cœurs des orientalistes ne se déteint ni de peu ni de beaucoup, dès qu’ils abordent Muhammad et sa religion. Piégés dans leurs rancœurs, ils ne font que répéter les accusations auxquelles les avaient déjà précédés les niais Bédouins de la Jâhiliyyah [8] : « Et ils disent : ‹Ce sont des contes d’anciens qu’il se fait écrire ! On les lui dicte matin et soir !› Dis : ‹L’a fait descendre Celui qui connaît les secrets dans les cieux et la terre. Et Il est Pardonneur et Miséricordieux.› » [9]
La seule différence entre les premiers ignorants et leurs successeurs orientalistes, c’est que les premiers ont eu honte de leur erreur, et s’en sont repentis... Quant à ces derniers, c’est au nom de la science qu’ils mentent... et c’est au nom de la recherche neutre qu’ils calomnient : « Sourds, muets, aveugles, ils ne peuvent donc pas revenir de leur égarement. » [10]
 
P.-S.Traduit de l’arabe du livre de Sheikh Muhammad Al-Ghazâlî, Difâ` `an Al-`Aqîdah Wash-Sharî`ah didd Matâ`in Al-Mustashriqîn, éditions Nahdat Misr, deuxième édition, janvier 1997.Notes
[1] Les versets cités sont tirés de la Bible de Jérusalem. NdT
[2] Sourate 23 intitulée les Croyants, Al-Mu’minûn, versets 1 à 5.
[3] Hadith authentique, rapporté par Ahmad, Abû Dâwûd et Ibn Mâjah d’après Ibn Mas`ûd ; rapporté également par Ahmad d’après Hudhayfah.
[4] Sourate 2 intitulée la Vache, Al-Baqarah, verset 126.
[5] Sourate 2 intitulée la Vache, Al-Baqarah, verset 127.
[6] Sourate 14 intitulée Abraham, Ibrâhîm, verset 35.
[7] Sourate 50 intitulée Qâf, verset 38.
[8] Ce terme désigne l’état dans lequel vivaient les Arabes avant l’Islam. On peut le traduire par letemps de l’IgnoranceNdT
[9] Sourate 25 intitulée le Discernement, Al-Furqân, versets 5 et 6.
[10] Sourate 2 intitulée la Vache, Al-Baqarah, verset 18.


http://www.islamophile.org/spip/De-l-eloquence-du-Coran-entre-la.html
Les membres suivants remercient Anonymous pour ce message :
Invitéio (22/05/13)
Revenir en haut
'Abd Al-Majid
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 22/05/2013 20:37:56    Sujet du message: Bonjour, je me présente Répondre en citant
Le Noble Coran est le Livre éternel de l’Islam. Il constitue l’âme de la da`wah [1] islamique, la source motrice de sa doctrine, son lexique et le registre de son mouvement. Dieu - Exalté Soit-Il - accorda à Ses Prophètes des miracles en adéquation avec leur époque afin d’appuyer leur Message. Il donna à Moïse un bâton qui se transforma en un énorme serpent avalant les cordes des magiciens. De même, lorsqu’il mit sa main sur son côté puis la ressortit, elle était d’une blancheur éclatante, plus éblouissante que le soleil. Les Egyptiens avaient en effet excellé en magie et Moïse vint avec un miracle qui surpassait leur magie.
Quand Moïse vint et lança son bâton,Magie et magiciens furent subjugués
Jésus fut envoyé à une époque marquée par des progrès médicaux et des avancements dans le développement des remèdes. Dieu lui accorda alors des miracles dans ces mêmes domaines si bien qu’il put guérir l’aveugle-né et le lépreux, et ressuscita les morts, par la permission d’Allâh.
Muhammad, quant à lui, fut envoyé dans les terres des arabes, au milieu de personnes illettrées, excellant dans l’éloquence et les belles paroles, versifiées ou en prose. D’ailleurs, des rencontres culturelles et littéraires annuelles réunissaient, dans le marché de `Uqâdh, les poètes afin qu’ils exposassent au grand public leur production intellectuelle et littéraire. Lorsqu’un poème leur plaisait, ils le suspendaient à la Ka`bah pour l’inscrire dans la postérité et pour témoigner de leur fièreté.
Les arabes avaient coutume d’user de la prose rimée, de parler par phrases rythmées et donnaient beaucoup d’importance à la rhétorique. Ils jouaient sur la corde de l’émotion, employaient des procédés linguistiques et variaient leurs expressions, afin de séduire leur audience et l’éveiller.
La révélation mecquoise s’adressa à ces Arabes. C’est la Parole de l’Audient, du Voyant, du Compatissant, le Parfaitement Connaisseur, qui créa l’homme et qui sait, mieux que quiconque, ce que l’âme de l’homme lui suggère. C’est ainsi que Dieu révéla le Coran, au paroxysme de l’éloquence. Plus encore, le Coran atteignit dans ce domaine un degré inaccessible, un rang hors concurrence.
Quand les Arabes adressèrent à Muhammad toutes sortes d’accusations mensongères et racontèrent à son sujet bon nombre d’histoires - ils dirent tour à tour qu’il était magicien, poète, devin et qu’il inventait des légendes - le Noble Coran les défia de produire un Livre semblable au Coran, ou d’inventer dix sourates comme celles du Coran, ou même une seule ! Puis le Coran inscrivit dans l’éternité leur incapacité à faire cela et déclara ce défi, pour eux et les autres : "Dis : ‹Même si les hommes et les djinns s’unissaient pour produire quelque chose de semblable à ce Coran, ils ne sauraient produire rien de semblable, même s’ils se soutenaient les un les autres›" [2].
La Révélation Mecquoise
Les premières révélations du Coran furent faites au Prophète alors qu’il était à la Mecque Honorée. La révélation se poursuivit dans cette ville pendant treize ans, appelant les gens à embrasser la foi en Dieu et à vouer un monothéisme pur au Créateur. Le Noble Coran lutta contre l’adoration des idoles et des statues, rappela aux gens la Résurrection et le Jugement, projeta des images du retentissement de la Trompe [3], l’exode à partir des tombes, la distribution des registres des oeuvres, la pesée des oeuvres, le passage sur le Sirât, l’entrée des pieux au Paradis et la chute des mécréants en Enfer.
Par ailleurs, le Coran détailla la description du Paradis et de ses délices : les fleuves qui y coulent, ses fruits à portée de mains, les houris aux yeux magnifiques [4] , et des éphèbes éternellement jeunes [5].
Le Coran décrit également l’Enfer et ses divers châtiments et tourments. Ses habitants auront le visage noirci ; leurs visages seront tournés dans le Feu, ils mangeront du darî` et du zaqqûm, ils boiront une eau bouillante telle le métal en fusion, brûlant le visage. Dieu - Exalté Soit-Il - ne les regardera pas, Il ne leur parlera point, et ils auront un douloureux châtiment.
Les sourates mecquoises et médinoises
Par convention, les savants qualifient de mecquois le Coran révélé avant l’hégire et de médinois ce qui en fut révélé après l’hégire, en référence aux villes de la Mecque et de Medine. Les sourates mecquoises représentent environ 19/30ème du Coran alors que les sourates médinoises représentent 11/30ème, sur un total de 114 sourates. Quatre-vingt-deux sont mecquoises à l’unanimité, vingt sont médinoises à l’unanimité et douze sourates font l’objet de divergences quant à leur caractère mecquois ou médinois.
Les vingt sourates médinoises sont : Al-Baqarah, Âl `Imrân, An-Nisâ’, Al-Mâ’idah, Al-Anfâl, At-Tawbah, An-Nour, Al-Ahzâb, Muhammad, Al-Fath, Al-Hujurât, Al-Hadîd, Al-Mujâdalah, Al-Hashr, Al-Mumtahanah, Al-Jumu`ah, Al-Munâfiqûn, At-Talâq, At-Tahrîm et An-Nasr.
Les sourates qui font l’objet de divergence sont : Al-Fâtihah, Ar-Ra`d, Ar-Rahmân, As-Saff, At-Taghâbun, At-Tatfîf, Al-Qadr, Lam Yakun [6], Idhâ Zulzilat [7], Al-Ikhlâset les deux sourates préservatrices.
Les quatre-vingt-deux sourates restantes sont consensuellement mecquoises.
Un registre pour chaque sourate
Lorsque nous prenons connaissance des caractéristiques de chacune des cent quatorze sourates du Coran, la date de leur révélation ainsi que l’ordre dans lequel elles furent révélées, nous mesurons l’effort colossal fourni par les savants devanciers pour préserver ce Livre honoré et classifier les sourates selon divers critères : les premières sourates révélées et les suivantes, les sourates révélées nuitamment et celles révélées de jour, celles révélées en été et celles révélées en hiver, celles accompagnées d’un cortège d’anges et celles révélées simplement, celles qui sont elliptiques et celles à vocation explicative, celles qui furent révélées à Al-Juhfah, à Jérusalem, à Tâ’if ou encore à Al-Hudaybiyah. Il s’en fallut de peu pour que chaque sourate possédât un registre spécial traitant de ses versets, la date de sa révélation, les circonstances entourant sa révélation, les prescriptions qu’elle contient, sa part de versets abrogeants et de versets abrogés, les versets explicites et les versets ambigus, les versets généraux et les versets spécifiques. Ils dressèrent également l’inventaire des versets médinois que recèlent les sourates mecquoises et inversement. Ils notèrent les sourates emmenées de la Mecque à Médine et inversement, celles emmenées de la Mecque en Abyssinie, celles révélées à la Mecque mais considérées comme médinoises [8], celles révélées à Médine mais considérées comme mecquoises, celles révélées à la Mecque à propos des habitants de Médine et celles révélées à Médine à propos des habitants de la Mecque, celles parmi les sourates médinoises dont la révélation s’apparente aux sourates mecquoises et inversement... soit plus de vingt catégories qui interdisent à celui qui les méconnaît et ne peut les distinguer de se prononcer à propos du Livre de Dieu le Très-Haut - selon les imâms des sciences du Coran.
Trois étapes pour la révélation mecquoise
Forts de notre connaissance du registre de chaque sourate, la date et l’ordre de sa révélation, nous pouvons répartir les sourates mecquoises selon trois phases distinctes.
  1. La toute première phase dans l’histoire de la da`wah comporte les sourates suivantes : Al-`Alaq, Al-Muddaththir, At-Takwîr, Al-A`lâ, Al-Layl, Ash-Sharh, Al-`Âdiyât, At-Takâthur et An-Najm. 

    Les sourates de cette période sont caractérisées par leur extrême concision, la brièveté des versets, l’harmonie des transitions, la variation du discours entre l’injonction, l’interdiction, l’interrogation et le souhait, le choix des termes, la matérialisation des abstractions, la personnification et l’attribution de mouvements, de vie et de discours à des objets inanimés. Les sourates sont alors autant de scènes évocatrices, de spectacles fantastiques et vivants, inscrits dans un appel à dessein trouvant son chemin vers les coeurs et s’écoulant à l’intérieur des esprits calmant leur orgueil, rectifiant leurs travers grâce aux vérités éclatantes qu’il expose à propos de l’univers et de ses scènes, la création, la résurrection, le commencement et le retour. 

    Le Noble Coran relate également dans cette phase de courts récits sur les prophètes précédents et les nations passées en guise d’avertissement aux polythéistes et à titre de soutien aux croyants. Il montre également que la religion est une dans ses fondements et ses croyances et que l’islam est un appel général embrassant l’ensemble de l’humanité. 

  2. La phase mecquoise intermédiaire comporte les sourates `Abasa, At-Tîn, Al-Qâri`ah, Al-Qiyâmah, Al-Mursalât, Al-Balad et Al-Hijr. Les sourates de cette période conservent la brièveté de leurs versets et le rythme des transitions, sauf que certaines sourates commencent à être plus longues, de même que certains versets s’allongent à leur tour. On peut dire que cette phase clarifie la précédente et détaille les questions qui y sont abordées. Pendant la première phase, le Coran aborde en effet la foi, le commencement et la résurrection, la rétribution, la révélation et le jugement, sans entrer dans les détails de ses questions, ni développer un argumentaire. Dans la phase intermédiaire, il passe en revue ces questions clarifiant l’idée sous-jacente, développant les arguments, apportant des démonstrations et citant des preuves historiques, cosmologiques et psychologiques pour appuyer son message et incliner les esprits par la sagesse et la bonne exhortation. 

  3. La troisième et dernière phase comporte les sourates As-Sâffât, Az-Zukhruf, Ad-Dukhân, Adh-Dhâriyât, Al-Kahf, Ibrâhîm et As-Sajdah. Les sourates et les versets s’y distinguent par leur longueur et l’apparition de quelques lettres disjointes au début de certaines sourates. Le discours s’y adresse à l’humanité entière et non pas seulement aux habitants de la Mecque. On y expose certains sujets relevant du ghayb [9] tels que l’Essence de Dieu, les anges et les dijinns, les prophètes et les saints [10], les miracles et les prodiges. Cette phase illustre également la foi monothéiste dans un nouveau style ; on y rappelle également les vertus de l’obéissance à Dieu et à Son Messager, préparant le terrain aux prescriptions et obligations qui allaient être détaillées à Médine.
Réfutation d’une fausse allégation
Je voudrais insister sur le fait que cette répartition émane d’une appréciation individuelle basée sur les caractéristiques prédominantes et non pas sur des qualités distinctives, car le Coran, que ce soit à la Mecque ou à Médine, du début à la fin, est la Parole de Dieu le Très-Haut le Tout-Puissant. Il sait parfaitement ce qui convient le mieux à chacun et voit parfaitement les besoins de l’audience. Ainsi était-il plus approprié de s’adresser aux habitants de la Mecque avec des versets courts et de les appeler à la foi et à la noblesse des caractères. Puis, Il leur apporta progressivement les preuves et étaya l’idée, tout comme ferait un enseignant pédagogue avec ses élèves en commençant par des sourates courtes, puis moyennes, et ainsi de suite, les instruisant graduellement et leur faisant aimer sa matière.
Cependant, on notera la présence de versets mecquois parmi les versets de certaines sourates médinoises sans pour autant que cela ne se ressente au plan de la cohérence et de l’harmonie. Au contraire, on est même étonné par l’unité du discours, la perfection des jonctions, la beauté et l’harmonie du rythme. Le Coran est ainsi comme un long collier aux perles régulières ou une loi posée dont les principes et les finalités sont fortement articulées.
On peut à loisir choisir une sourate du Coran et parcourir ses versets par la pensée et l’examiner de près par deux fois : comment débute-t-elle ? Comment se termine-t-elle ? Comment ses prémices s’allient-elles à ses conclusions et comment son début renvoie à sa fin ?
En filigrane, on voit par ailleurs dans l’ensemble de la sourate une orientation précise conduisant à une finalité particulière, tout comme le corps possède une structure unie faite de divers organes dont les fonctions sont différentes mais collaborent pour la réalisation d’un même objectif.
Ceci ne montre-t-il pas que l’agencement coranique n’est pas le fait des hommes mais plutôt l’oeuvre de l’Expert et Omniscient ? Vraie est Sa Parole : "Ne méditent-ils donc pas sur le Coran ? S’il provenait d’un autre que Dieu, ils y trouveraient certes maintes contradictions !" (Sourate 4, An-Nisâ’, Les femmes, verset 82)
 
P.-S.Traduit de l’arabe de `Ulûm Ad-Dîn Al-Islâmî (Les sciences de la religion islamique) de Dr. `Abd Allâh Shehâtah, éditions Al-Hay’ah Al-`Âmmah Al-Misriyyah lil-Kitâb, 3ème édition, 1998. ISBN 977-01-5786-4.Notes
[1] Appel à Dieu.
[2] Sourate 16, Al-Isrâ’, verset 88
[3] Il s’agit ici de la Trompe qui marque la fin du monde, puis donne le signal pour la Résurrection.
[4] NdT : " Et ils auront des houris aux yeux, grands et beaux, * pareilles à des perles en coquille.", 56 : 22-23
[5] NdT : "Parmi eux circuleront des garçons éternellement jeunes, * avec des coupes, des aiguières et un verre [rempli] : d’une liqueur de source.", 56 : 17-18
[6] sourate Al-Bayyinah
[7] sourate Az-Zalzalah
[8] Les sourates révélées après l’hégire sont dites médinoises indépendamment du lieu où elles furent révélées.NdT
[9] Al-Ghayb : Tout connaissance inaccessible par la raison humaine.NdT
[10] awliyâ’ : pluriel de walî, signifiant littéralement "allié" de Dieu, désigne les hommes exemplaires par leur piété et que Dieu rapproche de Lui. Cette notion ne recoupe pas exactement la notion de saint dans d’autres religions. NdT




http://www.islamophile.org/spip/Revelation-Mecquoise-et-Medinoise.html
Les membres suivants remercient Anonymous pour ce message :
Invitéio (22/05/13), musslimaa (22/05/13)
Revenir en haut
Côme
Débutant du forum
Débutant du forum

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mai 2013
Messages: 46
Sexe: Masculin
Localisation: Annecy

MessagePosté le: 22/05/2013 20:53:43    Sujet du message: Bonjour, je me présente Répondre en citant
 Abdelmadjid,


Ces textes ont parfaitement répondu à mon interrogation.


Merci beaucoup 
Les membres suivants remercient Côme pour ce message :
(22/05/13)


Dernière édition par Côme le 22/05/2013 21:03:18; édité 1 fois
Revenir en haut
Invitéio
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2012
Messages: 2 413
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 22/05/2013 20:57:40    Sujet du message: Bonjour, je me présente Répondre en citant
Côme a écrit:
 Abdelmadjid,


Ce texte à parfaitement répondu a mon interrogation.


Merci beaucoup 


Peux-tu cependant nous dire quels versets te semblaient contradictoires ? Enfin je parle d'un verset médinois qui serait en contradiction avec un verset mecquois ?
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Dieu exalté dit : « Je suis tel que Mon serviteur M'estime »

[Boukhâri]
Revenir en haut
Côme
Débutant du forum
Débutant du forum

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mai 2013
Messages: 46
Sexe: Masculin
Localisation: Annecy

MessagePosté le: 22/05/2013 21:29:48    Sujet du message: Bonjour, je me présente Répondre en citant
Invitéio a écrit:
Côme a écrit:
 Abdelmadjid,


Ce texte à parfaitement répondu a mon interrogation.


Merci beaucoup 





Peux-tu cependant nous dire quels versets te semblaient contradictoires ? Enfin je parle d'un verset médinois qui serait en contradiction avec un verset mecquois ?




Je ne saurais pas te répondre,
Je ne suis absolument pas assez érudit en la matière 
Je suis en train de lire en parallèle le Coran, la bible et la Torah mais je n'en suis qu'au debut et je dois avouer que ce n'est pas simple de tout bien comprendre et de bien interpréter ce que je lis....
Je précise que je n'ai pas affirmé qu'il existait deux Coran contradictoires c'était juste une interrogation car j'avais lu ça quelque part.
Abdelmadjid m'a bien éclairé 
Les membres suivants remercient Côme pour ce message :
Invitéio (22/05/13)
Revenir en haut
Invitéio
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2012
Messages: 2 413
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 22/05/2013 21:39:45    Sujet du message: Bonjour, je me présente Répondre en citant
Côme a écrit:

Je ne saurais pas te répondre,
Je ne suis absolument pas assez érudit en la matière 
Je suis en train de lire en parallèle le Coran, la bible et la Torah mais je n'en suis qu'au debut et je dois avouer que ce n'est pas simple de tout bien comprendre et de bien interpréter ce que je lis....
Je précise que je n'ai pas affirmé qu'il existait deux Coran contradictoires c'était juste une interrogation car j'avais lu ça quelque part.
Abdeladjid m'a bien éclairé 


Ah ok Very Happy

Je te conseille néanmoins de te faire ta propre opinion sur le Coran, car on lit souvent n'importe quoi sur internet, sans vouloir offenser personne..

De plus, le Coran c'est une Révélation, donc les versets sont à comprendre suivant leurs contextes, c'est pour cela qu'on conseille souvent de lire les exégèses trés content
Sinon tu peux lire le Coran, pour te faire une opinion globale Very Happy

Bonne lecture.. Inchâ Allah

Bonne soirée Very Happy
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Dieu exalté dit : « Je suis tel que Mon serviteur M'estime »

[Boukhâri]
Revenir en haut
Invitéio
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2012
Messages: 2 413
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 22/05/2013 21:48:21    Sujet du message: Bonjour, je me présente Répondre en citant
Invitéio a écrit:

De plus, le Coran c'est une Révélation, donc les versets sont à comprendre suivant leurs contextes, c'est pour cela qu'on conseille souvent de lire les exégèses trés content


Sinon pour comprendre vraiment le Coran, il faut 2 choses : le tafsir (exégèse) + la sira (biographie du prophète Mohammed salla Allah alayhi wa salam)

Very Happy
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Dieu exalté dit : « Je suis tel que Mon serviteur M'estime »

[Boukhâri]
Les membres suivants remercient Invitéio pour ce message :
(22/05/13)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 20/09/2018 00:05:14    Sujet du message: Bonjour, je me présente
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Islam Sunnite Index du Forum -> Bienvenue dans votre espace -> Les membres Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Bienvenue sur le Forum Muslim