Forumuslim : Une question, une réponse



Recherche Avancée


 Message du Forum 
Le Guide des meilleurs restos Halal


=>>Aider ACDLP à s'agrandir avec vos dons<<=

Afficher votre pub ici ?
   
  
               
           
       
Donner son avis sur une question juridique


 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Islam Sunnite Index du Forum -> Science de la religion (Verrouillé) -> Avis des Savants - Fatwa
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Abida
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2007
Messages: 2 325
Sexe: Féminin
Localisation: France

MessagePosté le: 28/05/2012 20:18:41    Sujet du message: Donner son avis sur une question juridique Répondre en citant
:assalam!
Donner son avis sur une question juridique


  
  
 
Ce sujet est un rappel pour tous les membres du forum, moi y-compris, sur le fait de donner son avis sur une question d’ordre religieuse, un rappel sur la lourdeur et la gravité de donner des fatwa, c'est-à-dire trancher sur ce qui est hallal ou haram, barak Allahou fikoum de lire attentivement les articles qui vont suivre.  
  
 
Les membres suivants remercient Abida pour ce message :
Muslim-93 (28/05/12), Abû Bakr As Sidîqq (23/07/12), Sâhib (03/11/12), soeurislam (09/05/13), whatever (31/05/13), ukhty (30/09/13)
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 28/05/2012 20:18:41    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Abida
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2007
Messages: 2 325
Sexe: Féminin
Localisation: France

MessagePosté le: 28/05/2012 20:31:57    Sujet du message: Donner son avis sur une question juridique Répondre en citant

 
Donner son avis sur une question juridique  

par l'Imam al-Habib Ahmad Mashhûr al-Haddad
 
 
 

Le Messager de Dieu
disait vrai quand il déclarait :

"Dieu n'écarte pas la connaissance en la confisquant aux gens mais en se saisissant des savant par la mort jusqu'à ce que, quand il n'en restera plus un seul, les gens choisiront des dirigeants ignorants qui, lorsqu'ils seront sollicités, donneront des avis juridiques non fondés sur la connaissance, si bien qu'ils s'égareront et qu'ils égareront les autres"
(Rapporté par al-Bukhari)

Ce hadîth recommande avec insistance de ne pas solliciter les avis juridiques des ignorants et de ne pas prendre leurs déclarations au sérieux. Il exprime aussi une menace puissante contre ceux qui donnent des avis juridiques sans posséder la connaissance nécessaire, car il les présente comme des gens qui divaguent et qui conduisent les autres à l'égarement. Si ces escrocs savaient combien leur attitude est périlleuse, les mettant juste au bord du précipice de l'enfer, ils abandonneraient leur position épouvantable.

'Abd al-Rahman ibn Abi Layla
a dit :
J'ai rencontré cent vingt Auxiliaires (Ansâr) parmi les compagnons du Messager de Dieu
. Quand une question était posée à l'un d'eux, il la soumettait à un autre qui à son tour la transmettait à un autre, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'elle revienne au premier.


Al-Sha'bi, al-Hassan et Abu Hasin, qui étaient du nombre des Successeurs (Tabi'un) disaient :
Vous donner des avis juridiques sur des questions telles que 'Umar Ibn al-Khattab
, s'il avait été consulté à leur sujet, aurait rassemblé les gens de Badr pour y répondre.

(Les gens de Badr sont les compagnons qui ont combattu à Badr aux cotés du Prophète
. Ils sont considérés comme les plus éminents parmi les Compagnons après les quatre califes et ceux auxquels le Paradis a été assuré par une prédication du Prophète
. Au cours de son califat, 'Umar avait coutume de les rassembler afin de recueillir leur opinion sur des questions d'importance)
.

L'Imam al-Ghazali
a comparé ces escrocs à une vielle femme qui, entendant que les combattants allaient être enregistrés à la cour du sultan pour recevoir des dons, enfila une armure complète, prit quelques armes et se présenta à la cour. Le sultan ordonna à ses hommes de la mettre à l'épreuve du combat et du maniement de l'épée, mais sans son armure. Quand on lui enleva son casque et son armure, elle se révéla être une vielle femme. Quelqu'un dit alors : " C'est un total manque de respect pour le trône ; qu'on s'empare d'elle et qu'on en fasse un exemple ! "

Qui donc est plus injuste que celui qui invente un mensonge contre Dieu pour égarer les gens sans se fonder sur aucun savoir ?
(Sourate al-An'am, verset 144)


L'Imam al-Habib Ahmad Mashhûr al-Haddad
Miftah el Jennah, p. 86-87.
 
source: http://www.aslama.com/forums/showthread.php/36255-Donner-son-avis-sur-une-q…

 
Les membres suivants remercient Abida pour ce message :
Sâhib (03/11/12)
Revenir en haut
Abida
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2007
Messages: 2 325
Sexe: Féminin
Localisation: France

MessagePosté le: 28/05/2012 20:50:10    Sujet du message: Donner son avis sur une question juridique Répondre en citant
:assalam!
Attention à ne pas donner des fatwa sans science
 






  
Certes, cette vie du bas-monde est comme un mirage. Elle aura, c’est certain, une fin. C’est au jugement de Allah que nous retournerons, à une tombe qui nous étreindra et à un jour du jugement qui nous rassemblera. Bonheur donc à celui qui aura préparé dans ce bas monde ce qui lui profitera pour le jour de la résurrection, ce jour-là où ni biens ni enfants ne seront utiles sauf pour celui qui sera venu sauf de toute forme de mécréance.

Allah ta^ala dit dans le Qour’an honoré : (ya ‘ayyouha l-ladhina ‘amanou t-taqou l-Laha wa l-tandhour nafsoun ma qaddamat lighad ; wa ttaqou l-Laha ‘inna l-Laha khabiroun bima ta^maloun)

  
ce qui signifie : « Ô vous qui êtes croyants, accomplissez les devoirs et gardez-vous des interdits, et que chacun considère ce qu’il prépare pour l’au-delà. Faites preuve de piété à l’égard de Allah. Certes Allah sait tout ce que vous faites » [Al-Hachr / 18].

Je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Allah, Lui Qui dit dans la révélation explicite :

(wa la taqfou ma layça laka bihi ^ilm ; ‘inna s-sam^a wa l-basara wa l-fou’ada koullou ‘oula’ika
kana ^anhou mas’oula
)

  
ce qui signifie : « Ne dis pas ce dont tu n’as pas de science ; certes, l’ouïe, la vue et le coeur, sur tout cela il sera interrogé » [sourat Al-‘Isra’ / 36].

Mes frères de foi, Abou Dawoud a rapporté le récit de l’homme qui avait une blessure à la tête et qui s’est retrouvé jounoub une nuit froide. Il a demandé le jugement selon la Loi à ceux qui étaient avec lui mais qui n’étaient pas aptes à être interrogés. Ils lui ont dit : Fais le ghousl. Il s’est lavé et en est mort. On apprit la nouvelle au Messager de Allah salla Allahou ^alayhi wa sallam qui dit alors : (qatalouhou qatalahoumou l-Lahou ; ‘alla sa’alou ‘idh lam ya^lamou ; fa’innama chifa’ou l-^iyyi ssou’al)

  
ce qui signifie : « Ils l’ont tué, que Allah les rétribue ! Pourquoi n’ont-ils pas demandé ?! N’ont-ils pas su que le remède à l’ignorance c’est de demander aux gens de science ?! ». Il a dit aussi :

(‘innama kana yakfihi ‘an yatayammama wa ya^siba ^ala jourhihi khirqatan thoumma yamsahou ^alayha wa yaghsilou sa’ira jaçadihi)

ce qui signifie : « Il lui aurait suffi de faire le tayammoum, de mettre un pansement sur sa blessure, de passer la main mouillée dessus et de laver le reste de son corps ».

La parole de Allah : (wa la taqfou ma layça laka bihi ^ilm) signifie : Ne parle pas sans science car c’est un des grands péchés de la langue de donner un avis de jurisprudence sans science. Il a été validé et authentifié du Messager de Allah salla Allahou ^alayhi wa sallam qu’il a été interrogé sur quelque chose et qu’il a répondu : (la ‘adri) ce qui signifie : « Je ne sais pas ». Puis il a interrogé Jibril qui a dit : (la ‘adri ‘as’alou Rabba l-^izzah)

ce qui signifie : « Je ne sais pas, je demande à Allah ». Il a interrogé Allah ta^ala Qui lui a fait connaître la réponse à cette question. Il est ensuite allé au Prophète salla Allahou ^alayhi wa sallam et lui a dit ce que son Seigneur lui avait enseigné.

La question portait sur le meilleur des lieux et le pire des lieux sur terre. Jibril a répondu : (khayrou l-biladi l-maçajid). Dans une autre version, il a répondu : (khayrou l-biqa^i l-maçajidou wa charrou l-biqa^i l-‘aswaq)

ce qui signifie : « Les meilleures des lieux sont les mosquées et les pires sont les marchés ».

Le Prophète salla Allahou ^alayhi wa sallam a dit : (man ‘afta bighayri ^ilmin la^anat-hou mala’ikatou s-sama’i wa l-‘ard) ce qui signifie : « Celui qui donne un avis sans science, les anges du ciel et de la terre le maudissent ».

Il a dit aussi : (man ‘afta bighayri ^ilmin fa^alayhi la^natou l-Lahi wa l-mala’ikati wa n-naci ‘ajma^in) ce qui signifie : « Celui qui donne un avis sans science, Allah le maudit, ainsi que les anges et tous les gens ».

Combien, combien de personnes causent la perte à eux-mêmes et mènent d’autres qu’eux à leur perte à cause d’un avis émis par eux sans science. A cause d’avis auxquels Allah n’a donné aucune valeur.

Par conséquent, mon frère musulman, si tu es interrogé sur une question au sujet de laquelle tu n’as pas reçu de transmission authentifiée, que tu n’as jamais entendue, réponds : Je ne sais pas. Souviens toi de la parole de Allah ta^ala : (wa la taqfou ma layça laka bihi ^ilm).

Un compagnon a dit : (‘ajra’oukoum ^ala l-fatwa ‘ajra’oukoum ^ala n-nar) ce qui signifie : « Celui d’entre vous qui a le plus d’audace pour donner des avis de jurisprudence est celui qui s’expose le plus pour entrer dans le feu ».

^Abdou l-Lah Ibnou ^Oumar, que Allah l’agrée, lui et son père, a dit par ailleurs : (al-^ilmou thalathah : kitaboun natiq ; wa sounnatoun mouhkamah wa la ‘adri) ce qui signifie : « La science a trois sources : un Livre clair, une sounnah parfaite et « je ne sais pas ».

C’est pourquoi, si celui qui donne un avis de jurisprudence est moujtahid, il donne l’avis selon son propre ‘ijtihad. Mais s’il n’est pas moujtahid, il ne peut donner d’avis qu’en se basant sur l’avis de jurisprudence d’un Imam moujtahid dont l’avis est rapporté par un texte. Celui qui a été interrogé sur quelque chose dont il n’a pas la connaissance, qu’il n’oublie pas la parole « je ne sais pas ». Il est parvenu de Malik, que Allah l’agrée qu’on lui avait posé quarante-huit questions. Il avait répondu à six et avait dit pour le reste « je ne sais pas ».

Il a été rapporté que notre maître ^Aliyy, que Allah l’agrée, avait été interrogé sur quelque chose et qu’il avait répondu alors : " (wa bardaha ^ala l-kabidi ‘an ‘ous’ala ^an chay’in la ^ilma li bihi fa’aqoula la ‘adri) ce qui signifie : « Quel soulagement de répondre « je ne sais pas » lorsqu’on m’interroge sur quelque chose dont je n’ai pas connaissance ». Si tel est l’état de celui qui a le plus de science parmi les compagnons, ^Aliyy que Allah l’agrée, que dire alors de quelqu’un d’autre que lui ?!

En effet, ceux qui entraînent les gens à faire ce qui peut les mener en enfer comptent parmi les plus graves épreuves qui soient arrivées à cette communauté. Leurs voix s’élèvent pour appeler au faux et à l’égarement, que Allah nous en préserve.

Ecoutez bien avec moi le hadith du Messager de Allah salla Allahou ^alayhi wa sallam :

(naddara l-Lahou mra’an sami^a maqalati fawa^aha fa’addaha kama sami^aha ; faroubba mouballighin la fiqha ^indah)
  
qui signifie : « Que Allah accorde un visage rayonnant le jour dernier à celui qui a entendu ma parole et l’a transmise telle qu’il l’a entendue. Combien sont ceux qui la transmettent mais qui n’ont pas l’aptitude à en extraire les jugements ».

Le Messager a fait une invocation dans son hadith à celui qui a appris son hadith et l’a transmis exactement tel qu’il l’a entendu, sans déformation, pour qu’il ait un visage rayonnant c’est-à-dire un beau visage au jour du jugement, et qu’il soit sauf du tourment qui arrivera suite aux dangers du jour du jugement. En effet, le jour du jugement est le jour des dangers et des grandes difficultés.

Il nous a fait comprendre par son hadith en disant : (faroubba mouballighin la fiqha ^indah) que certains de ceux qui entendent directement de lui sa parole n’en ont pas la compréhension, c’est-à-dire la capacité d’extraire les jugements à partir de son hadith. Leur part est seulement de rapporter ce qu’ils ont entendu, bien qu’ils comprennent la langue arabe éloquente. Qu’arrive-t-il donc à certains qui ont l’audace d’émettre des fatwa sans science ! Ils disent : (Eux sont des hommes et nous aussi, nous sommes des hommes) ! Ils visent par « eux » les moujtahid comme les quatre imams Ach-Chafi^iyy, Malik, Abou Hanifah et ‘Ahmad Ibnou Hanbal. La hawla wa la qouwwata ‘illa bi l-Lah ; il n’est de préservation et de force que par Allah.

Il n’y a pas de doute, mes frères de foi, que la grande réussite est la récompense de qui suit le Messager de Allah salla Allahou ^alayhi wa sallam d’une manière complète et ne suit point les mauvais penchants de l’âme, les penchants qui mènent à l’interdit. Notre Chaykh Al-^Abdariyy a dit vrai lorsqu’il a dit : " (mani t-taba^a l-hawa hawa) ce qui signifie : « Celui qui suit les mauvais penchants de l’âme va chuter ».

Nous demandons à Allah d’être parmi ceux qui écoutent les paroles et qui mettent en pratique le meilleur de ce qu’ils entendent, certes Allah est sur toute chose tout puissant.

Ô Allah, nous Te demandons le pardon et la sauvegarde dans le bas monde et dans l’au-delà.

Nous demandons enfin à Allah, qu’Il nous accorde la réussite pour accomplir ce qu’Il agrée.

Voici mes propos et je demande à ce que Allah me pardonne ainsi qu'à vous.

source
  
Revenir en haut
Abida
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2007
Messages: 2 325
Sexe: Féminin
Localisation: France

MessagePosté le: 28/05/2012 21:59:55    Sujet du message: Donner son avis sur une question juridique Répondre en citant
:assalam!
  
Conditions de la Fatwa et de l’interprétation   


La Fatwa consiste en une interprétation (ou une compréhension) du texte traditionnel en vue de statuer sur un sujet ou émettre un ordre légal, c'est le domaine exclusif des savants compétents. Il peut s’agir aussi d’un effort juridique (Ijtihâd) du savant si le texte traditionnel est absent. Comme on l’a vu dans l’exemple précédent: les compagnons ont interprété la parole du Prophète (paix et salut sur lui) car ils ont vécu avec lui et ont été éduqué et enseigné par lui directement. En plus, ils n’ont pas hésité à revenir vers lui pour statuer sur leur interprétation.

La discipline de la Fatwa et de l’interprétation du texte sacré a ses convenances et ses conditions. Elle obéit à des règles strictes.

On cite parmi ces règles :

1. La connaissance du Coran et de ses sciences (‘ulûm Al-qur’ân): ses différentes interprétations (les exégèses : selon Ibn ‘Abbâs, selon Ibn Mas‘ûd..), circonstances et causes de révélation de chaque verset (Asbâb An-nuzûl), statut de chaque verset ...ainsi que la connaissance du Hadîth et ses sciences: degré d’authenticité de chaque hadîth, sa portée, son statut.,son interprétation...

2. La connaissance de l’abrogé et de l’abrogeant (An-nâsikh wa al-mansûkh) que cela concerne le Coran ou le Hadîth : certains versets figurent dans le Coran parce que la chronologie de la révélation l’a voulu et parce que la pédagogie évolutive de la sagesse coranique l’a exigé, mais ils ne sont plus applicable et ne comptent plus en matière de jurisprudence. A l’inverse, certains versets étaient révélés au Prophète (paix et salut sur lui) et les compagnons les avaient appris, ensuite, Dieu révéla qu’ils soient abrogés(annulés en lecture et écriture:naql) du Coran mais qu’ils restent applicables en matière de jurisprudence (hukm).

*Exemples d’abrogé et d’abrogeant :

Pour le Coran :
« Ils t’interrogent sur le vin et le jeu (de hasard). Dis « Il y a en eux un grand péché et des profits pour les gens et leur péché est plus grand que leur profit. »[1]

Après la révélation de ce verset : une partie des musulmans a cessé de consommer le vin et une partie a réduit sa consommation…

Ensuite, et dans la continuité de cette pédagogie éducative, la révélation encourage encore plus la non consommation du vin en ordonnant les musulmans à ne pas approcher la prière en état d’ivresse, ce qui ne constituait pas encore une interdiction ferme du vin :

« O vous qui avez cru ! N’approchez pas la prière alors que vous êtes ivres jusqu’à ce que vous sachiez ce que vous dites… »[2]

Puis enfin, quand la foi s’est consolidée dans les cœurs, le verset de la Sourate Al- Mâida a été ferme et claire pour interdire définitivement la consommation du vin et les jeux du hasard et pour abroger le premier verset cité:

« O vous qui avez cru ! Le vin, la divination par les entrailles des victimes ainsi que le tirage au sort (jeu de hasard) ne sont qu’un acte impur de ce que fait Satan. Evitez le !....Le diable ne cherche qu’à introduire parmi vous les germes de la discorde par l’animosité et par la haine à travers le vin et le jeu (de hasard) et à vous détourner de l’invocation de Dieu et de la prière. Allez – vous donc y mettre fin ? »[3]

Pour la parole du Prophète (paix et salut sur lui) (Hadîth):

On cite l’exemple du Hadîth qui interdisait au début de l’Islam la visite des tombeaux (car les arabes à l’époque venaient de quitter les idoles de pierre) qui fut abrogé par le Hadîth suivant: « Je vous avais interdit de visiter les tombes, maintenant visitez les »[4] (car alors, en raison de leur foi, les compagnons ne risquaient plus d’adorer les morts ou les pierres)

Il faut savoir distinguer aussi dans le Coran : « le Muhkam et le Mutashâbih » c'est-à-dire les versets qui sont fermes et clairs et les versets qui ne peuvent être compris qu’au deuxième degré[5] : comme « la main de Dieu est au dessus de leur main »[6]…

3. Connaître la portée de chaque texte sacré ( portée générale, ou plutôt spécifique à une situation ou à une personne ou à une catégorie de personnes).

Exemples:
La prière de la peur (salât al-khawf) -décrite dans le Coran (Sourate An-nisâa, verset 102) et dans les Hadîths -est spécifique à une situation particulière...
Les versets à propos des polythéistes ne peuvent pas s'appliquer aux croyants...

4. Connaître les sujets à propos desquels les savants de la communauté ont établi un consensus (Ijmâ‘).

5. Connaître les outils de la jurisprudence (droit) islamique comme l’analogie, les intérêts collectifs, les dérogations…Et la jurisprudence dans les situations exceptionnelles (famine, contrainte, guerre)… : à titre d’exemple citons ce qu’a fait le deuxième Calife, ‘Umar, qui a annulé la sanction contre le vol au moment de la famine qui a touché l’Arabie à son époque (car les gens volaient pour manger et survivre !)[7].

'Umar a augmenté la sanction sur la consommation du vin, car les gens le consommaient de plus en plus à son époque.

6. La piété, le scrupule, la crainte de Dieu et la sagesse sont de même des qualités requises : la Fatwa est en effet une très lourde responsabilité : les facteurs de piété et de firâsa(le fait de voir avec la lumière de Dieu : la sagacité) sont nécessaires dans certaines affaires : 'Uthmân Ibn ‘Affân (que Dieu l’agrée) ayant perçu(douté) que la femme qui a commis l’adultère (zinâ) n’avait pas connaissance du texte qui l’interdit ; a jugé qu’elle ne pouvait pas être sanctionnée par le Hadd…
 
وحدث هشام بن عروة عن أبيه عن يحيى به عبد الرحمن بن حاطب قال: توفي عبد الرحمن ابن حاطب وأعتق من صلى من رقيقه وصام وكانت لو نوبية قد صلت وصامت وهي أعجمية لم تفقه فلم يرعه إلا حبلها، وكانت ثيبا. فذهب إلى عمر بن الخطاب فحدثه فأرسل إليها عمر فسألها فقال: أحبلت؟ قالت: نعم. من مرعوش بدرهمين، وإذا هي تستهله به ولا تكتمه فصادف عنده علي بن أبي طالب وعبد الرحمن بن عوف وعثمان بن عفان رضي الله عنهم فقال: أشيروا علي. وكان عثمان جالسا فاضطجع. فقال علي وعبد الرحمن: قد وقع عليها الحد. فقال عمر أشر علي يا عثمان. قال: قد أشار عليك أخواك. قال أشر علي أنت. قال عثمان: أراها تستهل به كأنها لا تعلمه وليس الحد إلا على من علمه. فقال عمر لعثمان: صدقت، والذي نفسي بيده ما الحد إلا على من علمه. ثم أمر عمر رضي الله عنه بجلدها مائة وتغريبها عاما تأديبا لها لقعودها عن السؤال عما يلزمها معرفته من أمر دينها


7. Connaître l’environnement (c'est-à-dire le contexte social et politique..) et l’impact des avis juridiques (sur l’intérêt et l’avenir de la communauté : particulièrement dans les pays non musulmans).

Exemples:

un Muftî ne peut pas se prononcer sur un produit financier sans consulter un spécialiste en finance pour connaître de façon précise son contenu...

Idem pour un produit alimentaire nouveau ou un produit pharmaceutique...

C'est pour cela qu'on trouve de plus en plus des comités de droit (Mujamma'ât fiqhiyya) composés en plus des savants en droit musulman, de spécialistes en divers domaines...

Si pour une affaire donnée, le Muftî est confronté à plusieurs avis juridiques possibles, il optera pour l'avis à la fois recevable et en même temps qui facilite la vie des gens...

Le Prophète (paix et salut sur lui) dit : «Cherchez la facilité (facilitez) et évitez la difficulté (les choses dures et compliquées) (ne rendez pas les choses difficiles) ; et soyez des annonciateurs de la bonne nouvelle et ne rebutez pas les gens (ne les dégoûtez pas et ne les faites pas fuir)»

Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim


Au regard de ce qu'on a dit, il paraît évident qu'il ne suffit pas de connaître le Coran par cœur et de maîtriser la langue arabe ou d’avoir fait quelques lectures de livres de la religion pour se permettre de donner des avis juridiques (fatwa)…Même le grand savant l’Imâm Mâlik de Médine : répondait fréquemment quand on lui posait des questions : « je ne sais pas ! » par crainte de Dieu et par pudeur.

S’adonner à la Fatwa sans avoir les compétences requises, porte préjudice à la foi et c’est même une source d’égarement. Cette attitude irresponsable souille l’image de l’Islam et des musulmans dans le monde.

Allah dit dans le Coran à ce propos : « ne dites pas au sujet de ce que vos langues décrivent en pur mensonge : « Ceci est licite (halâl) et cela est interdit (harâm) » afin de fabriquer le mensonge sur le compte de Dieu. Ceux qui fabriquent le mensonge sur le compte de Dieu ne récoltent pas le succès. Jouissance insignifiante et ils ont un supplice douloureux »[8]

Le prophète (paix et salut sur lui) a dit : « la personne qui se presse à donner les fatwas se presse vers l'Enfer »[9]. On signale l'exemple de compagnons qui refusaient de répondre aux questions et préféraient renvoyer le requérant à d'autres, par humilité et pour se décharger de la lourde responsabilité morale qu'impliquait l'exercice d'une telle fonction[10]. Une personne qui répond à toute question qui lui est posée est qualifiée de "fou". Des grands légistes ne se gênaient pas à répondre aux questions par: "Je ne sais pas", "Je l'ignore".

Abû-Hanîfah
disait: « Si je ne craignais la perte de la science, je me serais abstenu de répondre aux questions »[11].

L’Imâm Mâlik répondait souvent qu’on on l’interrogeait : « je ne sais pas »- comme on l’a vu– par humilité et par scrupule, malgré sa science vaste.


Notes de bas de page:

[1] Sourate 2, verset : 219

[2] Sourate 4, verset : 43

[3] Sourate 5, versets : 90-91

[4] Al-Bukhârî

[5] Voir le chapitre du dogme à propos du « Tafwîd »

[6] Sourate 48 verset 10 : on ne peut comparer la main de Dieu à aucune de Ses créatures. Dieu n’a pas de semblable, et on ne peut rien imaginer à Son propos: car même notre imagination est une de Ses créations, donc elle reste faible et limitée, Dieu est au dessus de toutes nos comparaisons (voir le chapitre du dogme).

[7] Voir au sujet du « Ta’wîl » (interprétation) : Mukhtasar as-sawâ'iq al-mursala d’Ibn Al-Qayyim, p. 155-156 et p. 39-48 – Majmû'atu rassâ'il al-imâm ash-shahîd, al-asl at-tâsi'a ashar – Al-madkhal li dirâsat a-s-sunna an-nabawiyya, Al-Qardâwî, p. 181-204 – Hujjat ullâh l-bâligha, Shâh Waliyyullâh, ou encore « hayâtu a-ssahâbati » (la vie des compagnons) de Kandahlâwî.

[8] Coran : Sourate 16 ; versets : 116 et 117.

[9] An-Nawawi, op. cit., 13-18.

[10] Rapporté par Al hâfidh Abû Khaythama dans son livre " Kitan 'ilm" (21), rapporté par ad-Darimi( 137.p49/1)

[11] Al-‘Imâdî, op. cit., 30-36; An-Nawawi, op. cit., 13-18; Ibn-as-Sâlih, op. cit., 71-85; Al-Qâsim, op. cit., 44-45.

source: http://www.doctrine-malikite.fr/Conditions-de-la-Fatwa-et-de-l-interpretati…

  

  
Revenir en haut
Abida
VIP du forum
VIP du forum

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2007
Messages: 2 325
Sexe: Féminin
Localisation: France

MessagePosté le: 28/05/2012 22:04:16    Sujet du message: Donner son avis sur une question juridique Répondre en citant
:assalam!

Le Prophète :
: a dit dans ce sens: « Celui qui interprète le Qour’an à sa guide ou sans connaissance qu’il soit prêt pour occuper sa place à l’Enfer. » [Hadith rapporté par At-Tirmidhi, An-Nissai et Abou Daoud].

Quant à l’Imam At-Tirmidhi, il rapporte du Prophète également : « Celui qui interprète le Qour'an selon son avis personnel, il commet une erreur même si ce qu'il a dit est correct ».

 
 

Les membres suivants remercient Abida pour ce message :
Revenir en haut
ukhty
Soeur
Soeur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2012
Messages: 7 035
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 30/09/2013 10:34:50    Sujet du message: Donner son avis sur une question juridique Répondre en citant
 
As salâm 'alaykum wa rahmâtu Allâhi wa barakâtuh, 

 
::fleur:: Up ::fleur::  
A lire, à re-lire et re-re-lire inchâ Allâh. 

 

 
Wa salâm 'alaykum wa rahmâtu Allâhi wa barakâtuh. 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Un loup ne pourra jamais devenir ami avec une poule !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ukhty
Soeur
Soeur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2012
Messages: 7 035
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 11/05/2014 17:55:32    Sujet du message: Donner son avis sur une question juridique Répondre en citant
As salâm 'alaykum wa rahmâtu Allâhi wa barakâtuh,  
 

  
 
 Up 
   

 
A lire, à re-lire et re-re-lire inchâ Allâh.  
 

Ce n'est pas toujours respecté. Rappel pour tous.  
 

=> Mis en post-it.  
 
Wa salâm 'alaykum wa rahmâtu Allâhi wa barakâtuh.  
 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Un loup ne pourra jamais devenir ami avec une poule !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 23/10/2017 03:09:33    Sujet du message: Donner son avis sur une question juridique
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Islam Sunnite Index du Forum -> Science de la religion (Verrouillé) -> Avis des Savants - Fatwa Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Bienvenue sur le Forum Muslim