Forumuslim : Une question, une réponse



Recherche Avancée


 Message du Forum 
Librairie Musulmane Souk Ul Muslim


Toutes l'équipe vous souhaitent de bonnes fête de l'Aid. 


=>>Aider ACDLP à s'agrandir avec vos dons<<=

Afficher votre pub ici ?
   
  
               
           
        
 
 
LES ABLUTIONS


 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Islam Sunnite Index du Forum -> La Médiathèque -> Livres sur l'Islam -> Sahih Boukhari
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
*~Nass~*
Soeur
Soeur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2007
Messages: 3 425
Sexe: Féminin
Localisation: Devant l'ordi

MessagePosté le: 16/11/2009 14:56:59    Sujet du message: LES ABLUTIONS Répondre en citant
LES ABLUTIONS (WOUDOU)

 



De ce qui se rapporte aux ablutions

De ces Paroles de Dieu : « Ô vous qui croyez, lorsque vous vous disposez à faire la prière, lavez-vous le visage ainsi que les mains jusqu’aux coudes, frottez-vous la tête et les pieds jusqu’aux chevilles. » (Coran 5.6)

Abou ‘Abdallah (El Bokhari) a dit : « Le Prophète a enseigné que le nombre des ablutions prescrites était d’une fois pour chaque partie du corps. Mais lui-même pratiqua deux ou trois lavages pour chaque partie sans toutefois excéder le nombre de trois. Aussi, les savants désapprouvent les excès et le fait de surpasser les actes du Prophète. »

La prière sans purification n’est pas acceptée

Selon Abou Horaïra, le Prophète a dit : « La prière de celui qui est victime d’une incongruité n’est pas acceptée (de Dieu) sans ablution. » Un homme de Hadramout demanda : - De quelle incongruité s’agit-il ? Et Abou Horaïra de répondre : - Lorsqu’il se produit une vesse ou un pet. »

Le mérite des ablutions et des traces d’ablutions

No’aïm Ben El Modjmer a dit : « J’étais sur la terrasse de la mosquée avec Abou Horaïra et celui-ci après avoir procédé à ses ablutions dit : - J’ai entendu le Prophète parler ainsi : - Quand les fidèles de ma communauté seront appelés le Jour de la Résurrection, ils porteront sur le front et les mains les traces brillantes laissées par les ablutions. Que quiconque est en mesure d’agrandir ces traces le fasse ! »

L’allégement des ablutions

Selon Ibn ‘Abbas, le Prophète dormit jusqu’à ronfler, puis il accomplit la prière « Peut-être, ajouta-t-il, il dormit jusqu’à ronfler, puis se leva et pria. »

Ibn ‘Abbas a dit : « Je passais la nuit chez ma tante maternelle Maïmouna, quand le Prophète se leva et fit des ablutions en usant de l’eau contenue dans une outre suspendue. Ces ablutions étaient légères et réduites. »

L’ablution complète

Ibn ‘Omar a dit : « L’ablution complète consiste à se laver entièrement. »

Ossama Ben Zeïd a dit : « L’Envoyé de Dieu quitta ‘Arafa et descendit de sa monture une fois arrivé au défilé. Là, il urina et procéda à des ablutions mais sans que ces ablutions soient complètes. – Tu as l’intention de faire la prière ô Envoyé de Dieu ? Lui demandai-je. – La prière est plus avant, me répondit-il. Il remonta sur sa monture et une fois arrivé à Mozdalifa, il mit pied à terre, procéda à des ablutions complètes cette fois-ci, et nous accomplîmes la prière du coucher du soleil (maghreb). Le Prophète l’exécuta aussi, puis, chacun de nous fit agenouiller son chameau à l’endroit qu’il occupait et nous fîmes la prière du soir (‘icha). Le Prophète accomplit cette prière (avec nous) sans avoir effectué d’autres prières entre les deux offices. »

De la formule

« Au Nom de Dieu, Clément et Miséricordieux »

La formule : « Au Nom de Dieu, Clément et Miséricordieux, » doit être employée en toute occasion, y compris au moment d’avoir des relations (avec sa femme).

Selon Ibn ‘Abbas, le Prophète a dit : « Au moment d’avoir des relations avec sa femme, si chacun de vous dit : - Au Nom de Dieu, ô mon Dieu, écarte de nous le diable et écarte-le de ce que Tu nous réserves et qu’une naissance vienne à se produire, le diable ne pourrait porter préjudice à l’enfant. »

Ce qu’on doit dire avant d’entrer dans les toilettes

Anas a dit : « Au moment d’aller aux toilettes, le Prophète prononçait la formule suivante : - Ô mon Dieu, je me réfugie auprès de Toi, contre les génies mâles et les génies femelles. »

Le fait d’introduire de l’eau dans les toilettes

Selon Ibn ‘Abbas, le Prophète entra un jour aux toilettes dans lesquelles j’avais placé de l’eau pour les ablutions. Il demanda qui avait pris ces dispositions. Lorsqu’on l’informa que c’était moi, il prononça cette invocation : « Ô mon Dieu ! Enseigne-lui la religion. »

On ne doit pas uriner ou faire ses besoins face à la Qibla, à moins qu’un mur ou quelque chose de semblable n’y fasse obstacle

Selon Abou ‘Ayoub El Ansari, l’Envoyé de Dieu a dit : « Lorsque quelqu’un veut satisfaire un besoin naturel, qu’il ne se place pas face à la Qibla et qu’il ne lui présente pas le dos non plus. Prenez l’est ou l’ouest comme orientation (1). »

(1) : Pour les autres contrées, l’orientation de la Qibla doit être recherchée en conséquence. Cependant, ces recommandations ne sont pas valables lorsqu’il existe un mur ou un obstacle qui se dresse par rapport à la Mecque.

On ne doit pas faire usage de la main droite dans certaines circonstances

D’après Abou Qatada, le Prophète a dit : « Quand l’un de vous boit, qu’il ne souffle pas dans le récipient en buvant ; quand il va (aux toilettes) qu’il ne tienne pas sa verge avec la main droite et qu’il ne s’essuie pas également avec la main droite (après satisfaction des besoins). »

L’ablution pratiquée une seule fois

(Pour chaque partie du corps)

Ibn ‘Abbas a dit : « Le Prophète procéda à son ablution en se lavant une seule fois (pour chacun de ses membres). »

L’ablution pratiquée deux fois

(Pour chaque partie du corps)

D’après ‘Abdallah Ben Zeïd, le Prophète procédait à son ablution en se lavant deux fois (pour chacun de ses membres). »

L’ablution pratiquée trois fois

(Pour chaque partie du corps)

Homran, esclave affranchi, rapporte avoir vu son maître ‘Othman Ben ‘Affan, procéder ainsi (pour ses ablutions) : il commanda un récipient (rempli d’eau), versa trois fois sur ses mains en les lavant. Puis, avec la main droite, il puisa le liquide et se rinça la bouche ; après cela il renifla et rejeta l’eau qu’il avait reniflé. Ensuite il se lava le visage à trois reprises ainsi que les deux mains jusqu’aux coudes. Enfin il se frotta la tête et lava ses pieds jusqu’aux chevilles par trois fois. Ayant terminé il prononça ces mots : « l’Envoyé de Dieu a dit : - Celui qui ferait ses ablutions de la même façon que j’ai procédé aux miennes et qui accomplirait deux reka’as sans que son esprit se laisse distraire, verrait le pardon de ses péchés antérieurs. »

L’eau aspirée par les narines doit être rejetée dans les ablutions

Selon Abou Horaïra, le Prophète a dit : « Quand l’un de vous effectue ses ablutions il doit renifler l’eau par les narines et la rejeter après…Quand l’un de vous se réveille, qu’il lave d’abord sa main avant de la plonger dans l’eau réservée aux ablutions, car durant son sommeil il ignore où sa main a pu se porter. »

Le lavage de l’endroit recouvert par la bague

Selon un traditionaliste, lorsqu’il faisait ses ablutions, Ibn Sirin ne manquait pas de laver l’emplacement recouvert par sa bague.

On doit se laver les pieds lorsqu’on porte les sandales et non se contenter de frotter les sandales seulement

Un jour ‘Obaïd Ben Djoraïdj, dit à ‘Abdallah Ben ‘Omar : « Ô Abou ‘Abderrahmane ! J’ai vu que tu pratiquais quatre actions que je n’ai vu accomplir par aucun de tes compagnons. – Quelles sont ses actions, ô Ibn Djoraïdj ? répondit ‘Abdallah. – J'ai remarqué que tu ne touchais que les deux coins yéménites (extrémités de la Ka’ba qui font face au Yémen), j’ai aussi vu que tu portais des sandales «sabtiya » et que tu teignais en jaune tes vêtements ; j’ai aussi constaté, alors que les pèlerins adoptaient l’état d’ihram (sacralisation) dès l’apparition de la nouvelle lune, toi tu ne le faisais que le jour de l’Abreuvement (8ème jour du mois Dou El Hidja). » ‘Abdallah répondit : « En ce qui concerne les coins (de la Ka’ba), je n’ai observé l’Envoyé de Dieu poser ses mains qu’aux yéménites. Quant aux «sabtiya », j’ai vu que l’Envoyé de Dieu ne chaussait que des souliers sans poil, et moi il me plaît de les porter aussi. Au sujet de la couleur jaune, l’Envoyé de Dieu faisait teindre dans cette teinte et je l’ai imité. Enfin pour la tenue d’ihram, j’ai remarqué que l’Envoyé de Dieu n’adoptait pas cet habit avant que sa monture ne s’ébranle. »

Il faut accorder la primauté aux membres du côté droit dans l’ablution et le lavage (funéraire)

Selon Oum ‘Atiya, le Prophète s’adressant aux femmes qui lavaient le corps de sa fille leur dit : « Commencez d’abord (par laver) la partie droite du corps, aux mêmes endroits que pour les ablutions. »

D’après ‘Aïcha, dans l’accomplissement de ses actes, le Prophète préférait commencer par la partie droite, que ce soit pour se chausser, se peigner, faire ses ablutions ou pour toute action.

La recherche de l’eau pour les ablutions au moment de la prière.

‘Aïcha a dit : « L’heure de la prière Sobh, était arrivée et malgré nos recherches on ne trouva pas d’eau (pour les ablutions). C’est alors que fut révélée la sourate sur le tayamoum (ablutions sans eau) (Coran 4.43 et 5.6). »

Anas Ben Malik a dit : « L’heure de la prière de l’après-midi, étant arrivée, les fidèles cherchèrent de l’eau pour les ablutions sans en trouver. On remit à l’Envoyé de Dieu, un récipient contenant de l’eau et celui-ci, après avoir plongé la main dans le vase, recommanda aux fidèles d’utiliser ce liquide pour leurs ablutions. Je vis l’eau s’écouler des doigts de l’Envoyé de Dieu et jusqu’au dernier, chaque fidèle put procéder à ses ablutions. »

De l’eau qui a été employée pour laver les cheveux de quelqu’un

‘Ata ne voyait pas d’inconvénient à utiliser des cheveux pour confectionner des ficelles ou du cordon.

Sofiane a dit : « Ainsi est le dogme établi, car Dieu a dit : « Ô Croyants, quand vous vous préparez à la prière, lavez vos visages et vos mains jusqu’aux coudes, essuyez vos têtes, lavez vos pieds jusqu’aux chevilles. Quand vous avez fait œuvre de chair, lavez-vous le corps. Si vous êtes malades ou en voyage, si vous venez de satisfaire un besoin ou si vous avez eu des relations avec une femme, et que vous ne trouviez pas d’eau, ayez recours à du bon sable que vous passerez sur le visage et les mains. » (Coran 5.6).

Quand la propreté de l’eau est en cause, les ablutions peuvent êtres exécutées mais elles doivent être suivies de l’ablution sans eau (le tayamoum). »
Des cheveux du Prophète

Ibn Sirin raconte qu’il dit à ‘Obaïda : « Nous possédons des cheveux du Prophète qui nous sont venus d’Anas - ou de la famille d’Anas. - Si j’avais un seul cheveu de lui, répondit ‘Obaïda, cela me causerait plus de satisfaction que de posséder le monde et tout ce qu’il renferme. »

Anas rapporte que lorsque l’Envoyé de Dieu se rasa la tête (pour le pèlerinage d’Adieu), Abou Talha fut le premier à prendre de ses cheveux.

Quand un chien a bu dans le récipient de quelqu’un, que celui-ci lave, sept fois l’ustensile (avant de le réutiliser)

D’après Abou Horaïra, l’Envoyé de Dieu a dit : « Si un chien boit dans le récipient de quelqu’un parmi vous, que celui-ci lave sept fois cet ustensile.»

Des chiens, de celui qui leur vient en aide et de leur utilité

D’après Abou Horaïra, le Prophète rapporta qu’un jour, un homme aperçut un chien si assoiffé qu’il léchait le sol humide. L’homme enleva alors sa bottine et l’utilisa pour recueillir de l’eau qu’il donna au chien, et ce plusieurs fois de suite jusqu’à ce que l’animal eut apaisé sa soif. Dieu agréa ce comportement et fit entrer l’homme au Paradis.

‘Abdallah Ben ‘Omar a dit « Au temps de l’Envoyé de Dieu dans la mosquée, les chiens allaient et venaient, sans qu’on verse de l’eau derrière. »

Du chien utilisé pour la chasse

‘Adi Ben Hatem a dit : « J’avais consulté le Prophète et il me répondit : - Si tu envoies ton chien dressé et qu’il tue un gibier, tu peux le manger. Mais s’il a mangé renonces-en, car il n’a chassé que pour son compte. - Et si, lui dis-je, j’envoie mon chien et que je trouve un autre chien avec lui ? - Ne mange pas, a-t-il répondu, car lorsque tu as prononcé la formule liminaire (Au Nom de Dieu), tu avais en vue ton chien et non un autre. »

De la validité des ablutions et de la prière

Djâbir Ben ‘Abdallah a dit : « Si quelqu’un rit durant la prière, il doit renouveler sa prière mais non les ablutions. »

El Hassan a dit : « Si quelqu’un arrache quelque chose de ses cheveux ou de ses ongles ou encore s’il retire ses bottines, il n’est pas tenu de renouveler ses ablutions. »

D’après Djâbir, lors de la bataille de Dat Riqa, à laquelle assistait le Prophète, un homme fut touché par une flèche et perdait son sang. Il fit des génuflexions (reka’a) et des prosternations (sadjda) et termina sa prière.

El Hassan a dit : « Les Musulmans n’ont cessé de prier malgré leurs blessures. »

Abou Horaïra a dit : « Il n’y a pas lieu de renouveler l’ablution si ce n’est à cause de la survenance d’une impureté fortuite. »

Taous, Mohammed Ben ‘Ali, ‘Ata et les habitants du Hidjaz ont soutenu que le sang coulant d’une blessure n’impose pas une nouvelle ablution.

Ibn ‘Omar après avoir pressé un bouton au visage en fit sortir du sang, sans pour cela refaire ses ablutions.

Selon Ibn ‘Omar et El Hassan, lorsqu’on applique des ventouses, il y a lieu de laver seulement les coupures (de ces ventouses).

Quand le fidèle est à la mosquée dans l’attente de la prière

Selon Abou Horaïra, le Prophète a dit : « Le fidèle qui est à la mosquée dans l’attente de la prière, ne cesse d’être en état de prière tant qu’il n’est pas victime d’une impureté fortuite… »

En ce qui concerne les pertes séminales

D’après Mohammed Ben El Hanafiya, ‘Ali Ben Abou Talib a dit : « J’étais affecté de pertes séminales et j’avais honte de demander conseil à l’Envoyé de Dieu. Je chargeai alors Miqdad Ben El Assouad de le questionner. Il lui répondit qu’il y avait lieu de renouveler l’ablution. »

Les ablutions doivent suivre les relations charnelles sans émission

Zeïd Ben Khalid interrogea ‘Othman Ben ‘Affan : « Que doit faire l’homme qui a eu des relations avec sa femme sans émission ? – Il doit effectuer l’ablution comme pour la prière et laver son organe. Ainsi j’ai entendu le Prophète, répondit ‘Othman. – J'ai interrogé à ce sujet ‘Ali, Zoubaïr, Talha et ‘Obay Ben Ka’b et tous ont approuvé ces propos, ajoute Zeïd. »

La récitation du Coran et la pratique d’autres actions après la survenance d’une impureté

D’après Ibrahim, il n’y a pas d’empêchement à réciter le Coran lorsqu’on est au bain, ni à écrire une lettre, et ce, sans ablution.
De celui qui pense que l’ablution n’est indispensable qu’après un évanouissement grave

Des tourments de la tombe

Asma Bint Abou Bakr a dit : « Je suis partie voir ‘Aïcha, la femme du Prophète, quand se produisit une éclipse du soleil. Les fidèles debout priaient et ‘Aïcha faisait de même. Je demandai : « Qu’ont-ils les fidèles ? - Elle me montra de la main le ciel et dit : « Gloire à Dieu ! - Je m’inquiétai : - Est-ce une manifestation divine ? Elle acquiesça. Je restai debout pour prier, mais je fus prise d’étourdissement et me versai de l’eau sur la tête.

Lorsque l’Envoyé de Dieu revint chez lui, il loua et glorifia le Seigneur, et dit : « Il n’y a rien de ce que je n’avais vu auparavant que je ne vienne d’apercevoir dans cette station de prière, même le Paradis et l’enfer. Il m’a été révélé aussi que vous serez suppliciés dans les tombes de la même façon – ou à peu près de la même façon – que vous serez éprouvés par l’Antéchrist (Dadjâl) (on ne sait quelle formule utilisa Asma). On dira à chacun d’entre vous : - Que sais-tu de cet homme ? Le Croyant ou l’homme des bonnes œuvres (on ne sait au juste quelle expression utilisa Asma) répondra : « C’est Mohammed, l’Envoyé de Dieu. Il est venu vers nous avec les preuves évidentes de son apostolat. Nous avons accepté son Message, nous avons cru et avons obéi à ses préceptes. » A celui-là on dira : - Repose en paix car tu es un Croyant véritable. » Quant à l’hypocrite – ou au sceptique – (on ne sait lequel des deux mots fut utilisé par Asma), il répondra : - Je ne sais pas, j’ai entendu les gens dire quelque chose et j’ai dit comme eux. »

La tête doit être frottée entièrement durant l’ablution

De ces Paroles de Dieu : « …Et frottez-vous la tête… » (Coran 5.6)

Ibn Mossaïb a dit : « La femme, tout comme l’homme, doit se frotter la tête (entièrement). »

L’ablution de l’homme avec sa femme

‘Omar effectua ses ablutions avec de l’eau chaude et dans la demeure d’une Chrétienne.

‘Abdallah Ben ‘Omar a dit : « Les hommes et les femmes pratiquaient ensemble leurs ablutions au temps de l’Envoyé de Dieu. »

De l’eau des ablutions versée par le Prophète sur un homme évanoui et des droits de succession

Djâbir a dit : « L’Envoyé de Dieu me rendit visite pendant que j’étais malade et évanoui. Il fit ses ablutions et versa sur moi l’eau qu’il avait utilisée. Je repris connaissance et lui dis : - Ô Envoyé de Dieu à qui reviendra mon héritage ? Mes seuls successeurs ne sont ni mon père, ni mon fils. C’est à la suite de cela que furent révélés les versets traitant des droits de succession. » (Coran 4.7 et suivants)

L’utilisation pour le lavage (ghosl) et l’ablution (ouodou) de récipients en bois et en pierre

D’après Homaïd, Anas lui a dit : « Le moment de la prière arriva et ceux qui habitaient à proximité rejoignirent leurs parents ; il resta cependant un certain nombre de fidèles. On amena à l’Envoyé de Dieu un récipient en pierre rempli d’eau. Ce récipient était petit de sorte qu’on ne pouvait étaler la main. (En dépit de cela) toutes les personnes purent procéder à leurs ablutions. Nous lui demandâmes, - Quel était votre nombre ? Quatre-vingt ou plus, répondit Anas. »

De la maladie du Prophète

‘Aïcha a dit : « Quand l’état du Prophète s’aggrava et que son mal empira, il sollicita de ses femmes l’autorisation de demeurer dans mon habitation durant sa maladie. Ayant obtenu leur acquiescement, il vint chez moi maintenu par deux hommes et les pieds traînant sur le sol. L’un des deux hommes était ‘Abbas, commente ‘Obaïd Allah, et comme je relatai cette histoire à ‘Abdallah Ben ‘Abbas, il me demanda : - Sais-tu qui était le deuxième homme ? – Non, lui répondis-je. – C’était ‘Ali (Ben Abou Talib), me précisa-t-il. »‘Aïcha avait rapporté que le Prophète était très malade après avoir été hébergé, aussi il dit : - Faites couler sur moi l’eau contenue dans sept guerbas (outres) dont les attaches n’ont pas été défaites, peut-être que je serais en mesure de faire des recommandations aux fidèles. On l’installa dans une cuvette appartenant à Hafsa, une de ses épouses, et on fit couler de l’eau sur lui jusqu’à ce qu’il nous indique que cela suffisait. Ensuite (se sentant mieux) il sortit pour aller rejoindre les gens. »

L’ablution avec un mod d’eau

Anas a dit : « Le Prophète procédait au lavage (de son corps) ou se lavait (ghosl) avec un sa’ d’eau et pouvait utiliser jusqu’à cinq mods. Quant à ses ablutions il ne faisait usage que d’un seul mod. » (Le mod équivaut approximativement à un demi litre)

L’essuyage des bottines (par le Prophète)

D’après Sa’d Ben Abou Ouaqas, le Prophète essuya ses bottines avec sa main humide. Quand ‘Abdallah Ben ‘Omar questionna son père (‘Omar) à ce propos, celui-ci répondit : - Oui tout cela est vrai, du reste lorsque Sa’d te cite un Hadith du Prophète, il n’est pas nécessaire de chercher d’autres sources ailleurs. »

D’après Dja’ffar Ben ‘Amr, son père a dit : « J’ai vu le Prophète essuyer avec sa main humide son turban ainsi que ses bottines. »

Quand quelqu’un se chausse après avoir pratiqué l’ablution des pieds

El Moghira a dit : « J’étais en voyage avec le Prophète et je voulais lui ôter ses bottines. – Laisse-les, me dit-il, quand je les ai enfilées, j’avais déjà pratiqué l’ablution. Puis il passa sa main humide sur ses chaussures. » (Ce qui justifie les deux Hadiths précédents)

De celui qui mange de la chair de mouton et du sawiq sans renouveler ses ablutions

Abou Bakr, ‘Omar et ‘Othman mangèrent de la viande de mouton et firent la prière sans renouveler leurs ablutions.

Selon ‘Abdallah Ben ‘Abbas, après avoir consommé de l’épaule de mouton, l’Envoyé de Dieu accomplit la prière sans effectuer d’ablutions.

Le fait de se rincer la bouche après avoir mangé du sawiq

Souaïd Ben No’man relate qu’il accompagna l’Envoyé de Dieu, durant l’année de Khaïbar : « Lorsque nous arrivâmes à Sahba, l’agglomération la plus proche de Khaïbar, précisa-t-il, le Prophète effectua la prière de l’après-midi (‘assar) puis réclama les provisions. Mais nous n’avions que du sawiq ; il ordonna de le mélanger avec de l’eau avant de se restaurer et nous en mangeâmes aussi. Après cela, il se leva pour la prière du coucher du soleil (maghreb). Il se rinça la bouche, nous fîmes de même et il accomplit la prière sans procéder aux ablutions. » (Le sawiq est constitué de céréales torréfiées mélangées avec de l’eau, du lait, du lait caillé, du potage, etc.)

Faut-il se rincer la bouche après avoir pris du petit-lait ?

Ibn ‘Abbas rapporte que l’Envoyé de Dieu, après avoir bu du petit-lait, se rinça la bouche et dit : « Le petit-lait contient des particules (de matière grasse). »

De la prière en état de somnolence

Selon ‘Aïcha, l’Envoyé de Dieu a dit : « Au cours de la prière si quelqu’un parmi vous est pris de sommeil qu’il aille dormir jusqu’à ce que sa somnolence disparaisse. Celui qui prie, alors qu’il a sommeil, est inconscient de ses propos et ainsi, au lieu de demander la rémission de ses péchés, peut-être appelle-t-il la malédiction sur lui. »

Selon Anas Ben Malik, le Prophète a dit : « Si parmi vous, quelqu’un est pris de sommeil pendant sa prière, qu’il aille dormir afin d’être lucide dans ce qu’il récite (du Coran). »

Les ablutions en absence d’impuretés

Anas a dit : « Le Prophète se purifiait au moyen d’ablutions avant chacune de ses prières. » ‘Amr Ben ‘Amir demanda à Anas :
« Et vous-mêmes comment faisiez-vous ? – Nous nous en tenions à une seule ablution qu’on ne renouvelait qu’en cas d’impureté accidentelle, répondit Anas. »


Ne pas se préserver de l’urine est une faute grave

Ibn ‘Abbas a dit : « Alors qu’il marchait près d’un des jardins clôturés de Médine – ou de la Mecque – le Prophète entendit les cris de deux hommes que l’on suppliciait dans leurs tombeaux. – Ces deux hommes, dit-il, subissent des supplices pour des actions qui ne constituent pas un péché grave. L’un d’eux, ajouta-t-il, ne se préservait pas de son urine et l’autre répandait des médisances. Ensuite, il réclama une branche de palmier qu’il cassa en deux et planta une tige sur chaque tombe. On lui demanda : - Ô Envoyé de Dieu, pourquoi as-tu fait cela ? Il répondit : - Peut-être qu’ils seront soulagés de leur supplice pendant tout le temps que ces branches ne seront pas desséchées. »

Le Prophète évoquant l’homme (supplicié) dans son tombeau a précisé qu’il ne se préservait pas de son urine, en faisant allusion seulement à l’urine humaine.

Anas Ben Malik a dit : « Lorsque l’Envoyé de Dieu devait satisfaire un besoin naturel, je lui présentais de l’eau pour sa toilette. »
Le fait de répandre de l’eau sur l’urine (à la mosquée)

Abou Horaïra a dit : « Un Arabe entreprit d’uriner dans la mosquée. Les gens s’emparèrent de lui, mais le Prophète leur dit :- Laissez-le et faites couler un seau d’eau sur l’urine. Votre tâche est de faciliter les choses et non de les rendre contraignantes. » (Il s’agit d’ignorance et non d’un acte délibéré)

L’urine des enfants

Oum Qaïs Bint Mihsan raconte qu’un jour elle amena à l’Envoyé de Dieu, un de ses jeunes enfants, qui n’avait pas encore commencé à manger. L’Envoyé de Dieu le fit asseoir sur ses genoux et le garçon urina sur son vêtement. Le Prophète réclama de l’eau et en fit couler sur la partie souillée sans la laver.

Uriner debout et accroupi

Hodaïfa a dit : « Le Prophète s’en alla auprès d’un tas de détritus et là, il urina debout. Puis il réclama de l’eau que je ramenai et il effectua ses ablutions. »

Des règles et de l’interruption de la prière

‘Aïcha a dit : « Fatima Bint Hobaïch s’en alla trouver le Prophète et lui dit : - Ô Envoyé de Dieu, j’ai des pertes sans interruption, aussi je ne suis jamais purifiée, dois-je cesser la prière ? – Non, répondit l’Envoyé de Dieu, car il s’agit d’une veine (éclatée) et non de règles. Quand tes règles surviendront arrête la prière et, dès qu’elles disparaîtront, lave-toi pour te débarrasser du sang et reprends ta prière. »

Le lavage des taches

‘Aïcha a dit : « Je lavais les souillures qui tachaient l’habit du Prophète et quand il sortait pour aller à la prière, les endroits lavés étaient encore visibles sur ses vêtements. »

Des lieux de prière

Anas a dit : « Avant la construction de la mosquée (de Médine) le Prophète exécutait la prière dans des enclos à moutons. »

En ce qui concerne les impuretés dans la graisse et l’eau

Zohri a dit : « L’eau reste utilisable tant que ni son goût ni son odeur, ni sa couleur n’ont été corrompus. »

Hamad a dit : « Il n’y a pas de mal lorsqu’une plume d’un oiseau mort surnage sur l’eau. »

D’après Maïmouna, on questionna le Prophète sur la graisse dans laquelle une souris était tombée. Il répondit : « Jetez la souris et la matière tout autour et consommez ce qui reste de votre graisse. »

De ce qui se rapporte aux os de bêtes mortes et à l’ivoire

Zohri évoquant les os de bêtes mortes comme l’éléphant ou autres, a dit : « J’ai connu de nombreux savants parmi les précurseurs, qui se peignaient avec des peignes issus de ces os, ou qui usaient de boîtes à parfum de la même provenance et ils ne voyaient aucun mal à cela. »

Ibn Sirin et Ibrahim ont dit : « Il n’y a pas de mal à faire le commerce de l’ivoire. »

Des blessures reçues par un Musulman combattant dans la voie de Dieu

D’après Abou Horaïra le Prophète a dit : « Toute blessure reçue par un Musulman qui combat dans la voie de Dieu, retrouvera au Jour de la Résurrection, la forme qu’elle avait à son origine et le sang s’écoulera à nouveau, mais son parfum sera de musc. »

Les derniers sur terre seront les premiers dans l’autre vie

Selon Abou Horaïra, l’Envoyé de Dieu a dit : « Nous les derniers (sur terre) serons les premiers (dans l’autre vie). »

De l’eau stagnante

Selon Abou Horaïra le Prophète a dit : « Que personne d’entre vous n’urine dans l’eau stagnante qui ne coule pas, puis qu’il aille se laver avec. »

Quand la prière n’est pas viciée

Quand durant sa prière Ibn ‘Omar apercevait des tâches de sang sur son vêtement, il enlevait le vêtement et terminait sa prière.

Ibn Mossaïb et Cha’abi ont dit : « Quand un homme aperçoit sur son vêtement des traces de sang ou de sperme, alors qu’il est en station de prière ou qu’il prenne conscience qu’il n’est pas tourné vers la Qibla, ou encore qu’il a effectué l’ablution sans eau (le tayamoum) et qu’il découvre de l’eau par la suite, cet homme n’est pas tenu de refaire la prière. »

Si on jette sur un fidèle en train de prier des impuretés ou le cadavre d’un animal sa prière n’est pas entachée de nullité

Selon ‘Abdallah Ben Mess’aoud, le Prophète était en train de prier près du Temple (de la Ka’ba) à la Mecque tandis qu’Abou Djahl et ses amis étaient assis. L’un d’eux dit aux autres : « Qui ramènera de la boucherie un tel, des abats et les déchargera sur le dos de Mohammed lorsqu’il se prosternera ? L’individu le plus vil du groupe se chargea de l’affaire et rapporta les abats. Il attendit que le Prophète se prosterne pour déposer sa charge sur le dos de Mohammed, entre les omoplates. – J’assistai à cette scène, précise ‘Abdallah, mais je ne pouvais rien faire pour l’en empêcher, même si j’en avais la volonté. Alors les individus s’esclaffèrent, se rejetant mutuellement la responsabilité de cet acte. L’Envoyé de Dieu resta prosterné durant tout ce temps et il ne redressa la tête que lorsque Fatima sa fille arriva. Elle jeta loin de son dos l’immondice, puis le Prophète levant la tête s’exclama : « Ô mon Dieu, punis les Qoraïchites ! » Et cela à trois reprises. Cette malédiction affligea grandement les intéressés car ils étaient convaincus que les supplications faites en cette ville seraient suivies d’effet. Le Prophète nomma ensuite individuellement chacun des coupables. – Ô mon Dieu ! A Ta charge Abou Djahl et à Ta charge ‘Otba Ben Rabi’e et Cho’aïba Ben Rabi’e et Oualid Ben ‘Otba et ‘Oumaya Ben Khalef et ‘Otba Ben Abou Mo’ayit ; il nomma aussi un septième dont le nom a été oublié. Par Celui qui tient ma vie entre Ses Mains, reprit ‘Abdallah, j’ai aperçu (les cadavres de) tous les hommes que l’Envoyé de Dieu avait cités étendus dans le puits, le puits de Badr. « (Première bataille opposant les Musulmans aux infidèles)

Les ablutions avec du vin ou des boissons enivrantes ne sont pas admises

El Hassan et Abou ‘Alia désapprouvent de telles ablutions.

‘Ata a dit : « L’ablution sans eau (le tayamoum) est selon moi préférable à l’ablution effectuée avec du vin ou du lait. »

Toute boisson enivrante est interdite

D’après ‘Aïcha, le Prophète a dit : « Toute boisson qui provoque l’ivresse est interdite (haram). »
De la blessure du Prophète

Selon Abou Hazem, on demanda à Sahl Ben Sa’d Sa’di, comment on avait soigné la blessure du Prophète, il répondit : « Personne n’est mieux informé que moi, ‘Ali avait rempli d’eau son bouclier et Fatima lavait le sang sur le visage du Prophète. Puis on prit une natte qu’on brûla avant de la réduire en cendres qu’on étendit sur la blessure. »

Du frottoir à dents

Abou Moussa a dit : « J’allai voir un jour le Prophète, et le vis en train de se frotter les dents avec un frottoir qu’il avait en main et qui faisait : O’ ! O’ ! On aurait dit le bruit de quelqu’un qui vomit. »

Hodaïfa a dit : « Lorsque le Prophète se levait la nuit (pour prier), il se frottait les dents avec un frottoir. »

Le frottoir à dents doit être proposé en priorité au plus âgé

Selon Ibn ‘Omar, le Prophète a dit : « Je me suis vu en train de me brosser les dents à l’aide d’un frottoir, lorsque deux hommes, l’un plus âgé que l’autre, vinrent vers moi. Je tendis le frottoir au plus jeune des deux mais on me dit (l’Ange Djibril) «Au plus âgé ! » Je donnai alors le frottoir à celui qu’on me désignait. »

Le mérite de celui qui se couche après avoir fait ses ablutions

Selon Bara Ben ‘Azib, le Prophète lui a dit : « Quand tu rejoindras ton lit, effectue des ablutions identiques à celles de la prière, ensuite allonge-toi sur le côté droit et dis : - Ô mon Dieu ! Je Te livre mon visage, je T’abandonne toutes mes affaires et je confie mon dos à Ta protection et cela par adoration et par crainte de Toi, car il n’existe pas d’abri ou de refuge contre Toi sinon auprès de Toi. Ô mon Dieu ! Je crois au Livre que Tu as révélé et à Ton Prophète que Tu as envoyé. »

« Si tu meurs cette nuit, ce sera dans la foi et fais que ces propos soient les derniers que tu formuleras. »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 16/11/2009 14:56:59    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
mouslima059
Elève du forum
Elève du forum

Hors ligne

Inscrit le: 20 Sep 2007
Messages: 274
Sexe: Féminin
Localisation: Lille

MessagePosté le: 16/11/2009 20:05:21    Sujet du message: LES ABLUTIONS Répondre en citant
salâmou^alaykoum wa rahmatoulahi barakatouh  
 
 
Oukthy pour ce rappel !!  
 
q ALLAH te récompense amine  
 
 
 
Wa 3laykoum salâm  

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
La ila ha ill lALLAH MOHAMED rasoulolALLAH.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 18/09/2018 22:55:42    Sujet du message: LES ABLUTIONS
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Islam Sunnite Index du Forum -> La Médiathèque -> Livres sur l'Islam -> Sahih Boukhari Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Bienvenue sur le Forum Muslim